Les origines de l'Umbanda

L'atavisme culturel et l'inconscient collectif

Afin de comprendre les origines de l'Umbanda, nous devons comprendre que le monde ne concerne pas seulement les activités, ni la culture que nous voyons autour de nous. Chaque pays, chaque peuple, a son atavisme culturel, son bagage historique.

L'atavisme est l'ensemble des valeurs morales, physiques et culturelles que chaque nation possède et qui ont été héritées des générations précédentes. Ces expériences sont transmises de génération en génération en conservant, tout au long de l'histoire, une gamme de traits comportementaux qui identifient les peuples et les nations.


Carl Gustav Jung (Suisse, 1875-1961), un éminent savant de la psyché humaine, dit que l'atavisme est causée par un mécanisme qu'il a appelé « inconscient collectif », dont le contenu est composé d'archétypes, par exemple, des représentants communs des instincts dans différentes cultures. C'est dans ce système que les coutumes, les connaissances et les valeurs des ancêtres évoluent dans l'habitude et une sorte d'esprit conservateur pour les générations futures. On dit populairement que les jeunes ont dans le « sang » de nombreuses valeurs et défauts de leurs ancêtres. Maintenant, les spiritualistes savent que l'âme n'héritent pas des caractéristiques morales ou intellectuelles de ceux qui sont devenus les parents charnels de l'individu. Par conséquent, l'inconscient collectif est vraiment un mécanisme de transfert de valeurs.

Les tribus indiennes

Pour comprendre l'Umbanda, il faut d'abord comprendre comment la société brésilienne a été formée et comprendre ses racines ethniques. Un culte, une secte ou une religion, s'établit dans un groupe social donné lorsqu'il trouve des éléments culturels favorables à sa prolifération.

Quelles sont donc les caractéristiques socioculturelles de la société brésilienne ? Voyons : on sait qu'au Brésil, il existe un très grand mélange de races. D'une part, ce fait procure au Brésil aucune identité vraiment définie ; d'autre part ceci a conduit la nation à se transformer en véritable lieu de naissance, où une salle de découverte de l'esprit pour les descendances. D'où la possibilité de porter des idées religieuses de tendances diversifiées.

Quiconque arrive dans le pays, après un certain temps, se retrouve à la maison, compte tenu de la diversité des races et des coutumes. Au début, cependant, ce n'était pas le cas. Lors de leur arrivée sur le continent en l'an 1500, les colonisateurs portugais ont trouvé ici une importante civilisation indigène. Au fil du temps, ces peuples furent dominés et subjugués par les conquérants européens. Le reflet de cette domination se poursuit jusqu'à aujourd'hui sous la forme de persécutions, d'abandon et de préjugés contre les tribus autochtones. On peut donc dire que la première racine du peuple brésilien est l'Indien.

Habitués à la vie dans la nature, les forestiers ne s'adaptaient pas à ce que les blancs voulaient avec leur culture différente et réagissaient comme ils le pouvaient face à l'esclavagisme imposé par les nouveaux propriétaires de la terre.

Carence en main d'œuvre

L'esclavage
Les « capitanias », ces immenses fermes féodales, étaient censées produire des richesses destinées à la Couronne portugaise.

Mais il y avait un manque de main-d'œuvre. Les Indiens n'étaient pas disposés à servir de main-d'œuvre. Où trouver des travailleurs capables de remplir les obligations du domaine ? En Europe ? Certainement pas ! Personne n'était prêt à laisser les délices de la Cour pour faire face à un travail physique dans un pays chaud plein de moustiques, de maladies et d'autres choses pire encore, et, évidemment, parce qu'on leur imposait.

Ils ont eut l'idée d'aller chercher de la main d'œuvre en Afrique Noire. N'ayant pas de raisons logiques pour convaincre ces gens de quitter leurs terres, ils ont entrepris de véritables chasses à l'homme, caractérisées par la forme inhumaine avec laquelle elles ont été exécutées. L'esclavage des noirs était né. Et ils ont été amenés au Brésil en grande quantité. Beaucoup de ceux qui se sont embarqués dans les navires d'esclaves immondes ne sont jamais arrivé sur le pays de Tupiniquim, parce qu'ils étaient traités comme du bétail, ils sont tombés malades et ont été jetés en pâture aux requins afin qu'ils ne contaminent pas le reste de la cargaison. L'homme noir : c'est la 2ème racine du peuple brésilien !

 

Des patrimoines religieux et magiques qui fusionnent

Avant l'apparition du peuple brésilien, chacune de ces deux races, l'Indien et le Noir, avait son histoire millénaire et, avec elle, un patrimoine culturel et religieux. Lorsqu'ils se sont combinés avec la culture européenne apportée par les explorateurs, les aventuriers et plus tard par les immigrants, ils ont donné naissance aux bien connus « brésiliens ».

L'Umbanda a été fondée au Brésil pour diverses raisons. L'une d'entre elles est ce bagage religieux atavique qui lie les brésiliens au passé des nègres et des Indiens (noirs et cabocles). Elle a pu se développer dans ce lieu spirituel. Une autre raison était de développer le social avec les gens, de travailler plus directement aux intérêts immédiats et populaires.

L'Umbanda est également née dans les terres brésiliennes pour agir comme solution à certains processus obsessionnels, non atteints par la pratique spirite de l'époque : la magie noire.

Auteur : José Queid Tufaile Huaixan



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

L'origine de l'Umbanda

Les tribus indiennes

Carence en main d'œuvre

Des patrimoines religieux et magiques qui fusionnent


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : L'atavisme culturel et l'inconscient collectif




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 21 Octobre 2017. Il est un peu ancien mais toujours d'actualité.