Les photographies de Nadar

auto-portrait de Nadar dans les Catacombes
Auto-portrait de Nadar dans les Catacombes de Paris
Passionné par les Catacombes, le photographe Félix Nadar réalisa une série de clichés qui restent des images d'archives sans équivalent. Il a immortalisé le travail quotidien des derniers ouvriers qui apportaient les ossements et les disposaient dans les galeries et les salles souterraines. Les Catacombes lui permirent d'expérimenter des solutions d'éclairage artificiel à base de lampes au magnésium. Il y consacra 3 mois en 1861 et expérimenta les poses longues et certaines mises en scènes. Son but était de montrer au monde ce qui était invisible. En effet, en raison de 4 visites par an, bien peu de personnes pouvaient découvrir le Paris souterrain.


Pourtant ces photographies sont restées longtemps inconnues et c'est l'exposition de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, du 5 novembre 1982 au 30 janvier 1983, qui permit de les découvrir dans leur totalité. Cette même année, un livre a été édité par la CNMHS : « Le Paris souterrain de Félix Nadar - 1861 ».

Une photographie représentant un autoportrait de Nadar dans les Catacombes, entouré de fioles de produits chimiques, nous plonge dans le sujet en même temps qu'elle nous laisse entrevoir les difficultés de l'entreprise ; pratiquer la photographie avec le collodion humide dans ces lieux nécessitant des poses fort longues, installer des éclairages dans ces dédales de couloir, utiliser des mannequins pour mimer les gestes des travailleurs, tout cela tenait de l'aventure et du surnaturel. Celle-ci dura trois mois environ, selon les propres dires de Nadar publiés dans son auto-biographie. Les premiers clichés ressortaient durs ; il fallait donc un second foyer de lumière adoucie, fouillant les parties ombrées. La longueur des temps de pose obligeait le photographe à utiliser des mannequins qui, disposés de façon précise, montraient le travail de mise en place des ossements.


Lire la suite ...