Les différents sorts de shūr marocain

La sorcellerie marocaine est crainte dans l’ensemble du Maghreb, et ceci pour d’excellentes raisons. Il s’agit en effet d’une magie maléfique très puissante qui a de maintes fois fait ses preuves. Le shūr marocain est utilisé pour nuire à une personne mais peut aussi servir à contrôler cette personne pour obtenir des choses contre son consentement. On pense immédiatement à la magie sexuelle destinée à obtenir les faveurs d’une femme contre son gré. Mais ce n’est qu’un des aspects de cette sorcellerie arabe.

Comment fonctionnent les sorts de shūr ?

Le shūr est censé modifier le comportement, l’état psychologique et l’état physique de sa victime. Tout un programme ! …

Mais le pire c’est que ça marche !

En fait, les pratiques du shūr ne sont vraiment efficaces qu’avec son entourage proche (famille, voisins, collègues). Il n’est pas nécessaire d’être un sorcier pour la pratiquer. Il existe de nombreux sorciers, dont c’est le métier, qui vendent leurs services et sont prêts à vous céder des recettes pour réaliser un rituel de shūr. Confectionner un talisman magique, préparer un philtre magique ou concocter une préparation pour nuire à quelqu’un ne fait pas de vous un sorcier.

Dans le shūr la sorcellerie n’est pas héréditaire. Il ne s’agit pas d’un don ni d’une transmission de génération en génération comme cela peut exister dans d’autres systèmes de magie. N’importe qui peut faire de la sorcellerie à un moment ou un autre de sa vie. Il peut ensuite continuer à en faire ou bien arrêter. Il n’y a pas de règle. Il est donc très difficile de reconnaître les sorciers qui
pratiquent le shūr.

Le secret de fonctionnement des sorts de shūr se trouve dans le tissus social. Peu importe si la potion magique ou le maléfice fonctionne ou ne fonctionne pas, il y aura immanquablement de nombreux dégâts au niveau social. C’est pourquoi le shūr ne peut pas s’appliquer contre des personnes inconnues. Par exemple les touristes ne peuvent pas être affectés par cette sorcellerie.

Les symptômes présents chez les victimes de la sorcellerie

Vous devez sérieusement penser à la possibilité d’avoir été ensorcelé si jamais vous vous retrouvez dans une situation anormale de crise ou d’infortune. Le shūr est souvent associé à des symptômes de malchance et de malheur. Il faut alors s’interroger sur les personnes de son entourage à qui cela pourrait bénéficier. Est-ce qu’on a des ennemis ? Quelqu’un est-il jaloux de vous ? On ne peut faire confiance à personne, même à ses proches et à sa famille.

Il va sans dire que ces situations peuvent créer des conflits et des ruptures familiales ou amicales. Accuser quelqu’un d’avoir pratiqué sur soi de la sorcellerie n’est pas sans retombée. Le cercle social ou familial peut ainsi dramatiquement éclater. Donc avant d’accuser, ou même de suspecter quelqu’un, assurez-vous d’avoir recueillit suffisamment de preuves car ce n’est pas quelque chose d’anodin.

L’essentiel de cette sorcellerie réside dans le dispositif social et non dans la signification et le fondement pharmacologique de ses recettes.

La sorcellerie n’est pas seulement utilisée pour empêcher la réalisation de quelque chose, elle peut l’être également pour favoriser la réalisation d’objectifs n’impliquant pas de malveillance envers autrui. On peut s’en servir pour réussir un examen, pour trouver du travail, etc.

Les 10 principaux sorts de shūr

1. La séparation

Le sort de séparation n’est pas uniquement destiné à séparer un couple. Il peut s’appliquer pour séparer des amis, séparer des membres d’une famille ou séparer quelqu’un d’avec son associé dans une entreprise commerciale.

Les symptômes se reconnaissent par l’amour qui fait subitement place à la haine et au dégoût, par l’apparition du doute. Il arrive que l’un des deux partenaires se mette à accorder énormément d’importance à de simples détails sujets à discorde. C’est l’ensorcelé(e) qui éprouve de la répulsion pour tout ce que fait l’autre fait. Il ou elle ne se sent plus bien dans les lieux où l’autre se trouve alors qu’à l’extérieur tout se passe bien.

2. L’imagination

La personne affectée par le sort d’imagination voit bouger des choses inanimées. Elle inverse les proportions des choses, imagine des transformations et des métamorphoses. C’est un peu comme si elle était sous l’emprise d’une drogue psychotrope.

3. La magie d’amour

Les sorts de shūr s’emploient en magie d’amour pour faire monter le désir chez la victime. Attention, ces sorts ne sont pas uniquement destinés à obtenir des faveurs sexuelles d’une personne mais peuvent également servir à pousser quelqu’un à l’adultère car la victime à constamment envie d’avoir des relations sexuelles.

4. La folie

Les premiers symptômes du sort de folie sont les petits oublis et les distractions. Mais on retrouve très vite d’autres symptômes dans l’élocution et le regard qui peut rester fixe et vide. Les victimes ne tiennent pas en place et ont constamment envie de changer de lieu. Elles ne se sentent bien nulle part. On remarque aussi un changement dans l’apparence vestimentaire qui devient de plus en plus négligée. La personne atteinte du sort de folie peut parfois fuguer et se retrouver à errer dans les rues sans savoir où aller. On peut la retrouver à dormir n’importe où ailleurs que dans son lit (sur un canapé, à même le sol dans un coin de la pièce, …)

5. La sorcellerie de l’engourdissement

Les symptômes du sort d’engourdissement sont la solitude et le repli sur soi. La victime sombre dans un mutisme et fuit les endroits où il y a foule. Surviennent ensuite des douleurs, articulaires en général. L’ensorcelé(e) devient de plus en plus oisif.

6. Les hallucinations

Ce sort agit pendant le sommeil. Il se caractérise par la présence de cauchemars. Les premiers signes sont des rêves où on entend quelqu’un qui nous appelle mais il n’y a personne. On rêve qu’on est en train de tomber ou qu’on est poursuivi par des monstres ou des animaux. On se met ensuite à douter de ses amis et de sa famille.

7. La maladie

Les symptômes du sort de maladie sont des douleurs permanentes dans un membre. Ces douleurs peuvent aller jusqu’à la paralysie totale de ce membre. Le sort affecte aussi les sens, principalement la vue et la parole.

8. Le saignement

Ce type de sort n’est destiné qu’aux femmes. Nous vous laissons imaginer…

9. Empêcher une personne de se marier

Reconnaître les symptômes du sort pour empêcher un mariage est difficile. Le sujet fait souvent preuve d’une très grande anxiété et il ressent des douleurs passagères. Il connaît un sommeil difficile et perturbé. Des douleurs peuvent survenir parfois à l’estomac ou dans le bas de la colonne vertébrale. Mais tout ceci reste difficile à diagnostiquer et il est fort possible que ces douleurs correspondent à une maladie qui n’a rien d’un envoûtement.

10 La stérilité

Il n’existe pas de symptômes connus et fiables pour reconnaître les victimes d’un sort de stérilité.




Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

Symptômes sorts shūr

Comment fonctionnent les sorts de shūr ?

Les symptômes présents chez les victimes de la sorcellerie

Les 10 principaux sorts de shūr


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Les différents sorts de shūr marocain




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 27 Novembre 2016. Il est un peu ancien mais toujours d'actualité.