Qui était Ophiel ?

Illustration Ophiel
Ophiel (Edward C. Peach) était un occultiste américain né en 1904 dans l'Iowa (USA). Le nom de sa grand-mère était « Monie » Boberich et celui de sa mère était Alice Peach. Sous son nom de plume « Ophiel », il fut l’auteur de plusieurs livres publiés entre les années 60 et 70 dans lesquels il s'est concentré sur la nature pratique et expérimentale des sciences ésotériques. Il a notamment écrit dix livres (dont huit de sa série "Art & Pratique de…") sur divers sujets occultes dans les années 1960-70. Il s’agit de sujets allant de la projection astrale, de la visualisation créative, de la connaissance occulte générale sur les éléments, de la kabbale, à son propre système de divination, "L'Oracle de Fortuna" (Fortuna était une ancienne déesse romaine de la bonne chance.)

En eux, nous pouvons trouver une mine d'instructions pour le travail occulte. Beaucoup d'ésotéristes ont critiqué son style parce qu'il pousse l'étudiant à travailler avec des forces inconnues auxquelles – souvent – il n'est pas préparé.

 

Comment a commencé son épopée ?

En 1961, après avoir reçu une compensation de 1 000 $ pour une réclamation d'accident, il a utilisé cet argent dans la publication de son premier manuscrit, « L'art et la pratique de la projection astrale », qui a été imprimé à Hong Kong.

Ophiel déclara qu'il n'appartenait à aucune secte, aucun ordre et aucune fraternité et qu'il n'était lié par aucun serment, et pour cette raison il croyait qu'il devait révéler tous les secrets et les principes du travail occulte.

Les sources d'Ophiel sont principalement théosophiques (Blavatsky, Leadbeater, Besant) mais il fut aussi inspiré par les expériences magiques de la Golden Dawn (principalement Israel Regardie et Dion Fortune), par les leçons de BOTA (Constructeurs de l'Adytum) et par les doctrines d'un personnage peu connu nommé Vitvan, fondateur de « l'Ecole de l'Ordre Naturel ».

Plaque commémorative tombe d'Ophiel
Son nom Ophiel est tiré de l'esprit de Mercure et fait allusion au processus alchimique-astrologique pour la conversion du plomb en or à travers la pierre philosophale.

Il a essayé de créer un système de leçons par correspondance du style de l'ordre rosicrucien AMORC ou de l'école de Paul Foster Case (BOTA), mais cela n'a pas prospéré. De ce projet, il subsiste une série d'écrits connus sous le nom de « vignettes » et certains d'entre eux ont été traduits par des étudiants de la bibliothèque Upasika.

Ophiel est décédé à San Francisco (États-Unis) en 1988, à l'âge de 84 ans.

 

BIBLIOGRAPHIE PRINCIPALE

Art et pratique de la projection astrale – publié en 1961 – 6 éditions

L’art et la pratique de l'occulte – publié en 1968, 1976 - 3 éditions

L’art et la pratique de la Clairvoyance – publié en 1969 et 1981 – 2 éditions

Oracle de Fortuna – publié en 1971

Comment gagner l'attention et l'affection des autres : Comment contrôler et dominer les autres
par Ophiel – publication en 1971

L’art et la pratique de la magie talismanique – publié en 1973 et 1981 – 2 éditions

L’Art et la pratique de l'obtention de choses matérielles grâce à la visualisation créative
par Ophiel – publié en 1975 – 2 éditions

L'art et la pratique de la magie de la Caballe – publié en 1976, 1981 – 5 éditions

L'art et la pratique de contacter le Démiurge – publication en 1978

L'art et la pratique de la visualisation créative – publié en 1997 et 2001

Quelles étaient les inspirations d'Ophiel ?

Lors de l'examen ou de la critique de son travail, gardez à l'esprit l’époque à laquelle il a écrit ces livres, et ce qui était (et n'était pas) disponible dans les connaissances occultes authentiques dans les années soixante et soixante-dix. Ses sources principales de matériel provenaient de la littérature théosophique (la Société Théosophique établie par Helena Blavatsky) et des livres d'Israel Regardie sur la Golden Dawn, ainsi que de toute la littérature écrite par Dion Fortune. Il s'est référé aux livres de Max Freedom Long des années 1930 au sujet des fonctionnements internes de la magie de Kahuna hawaïenne. Ophiel fut aussi un étudiant de longue date du Vitvan (qui a fondé l'École de l'ordre naturel), une forme de théosophie encore active aujourd'hui.

Pas beaucoup d'informations pratiques sur l’occulte étaient facilement disponibles à cette époque. Ophiel avait l'intention de fournir à ses étudiants des informations sur l'occulte, et comment l'utiliser. Son Capri-corny-ness se reflète dans son approche des sujets. L'ami et éditeur d'Ophiel, Carl Weschcke, président de Llewellyn Books, a dit de lui :

Sa première question a toujours été : Cela peut-il me donner de l'argent, du pouvoir et du sexe ? C'était assez dérangeant pour la plupart des gens, mais il soutint que sans résultats pratiques, il n'était pas intéressé.
 

Et si on parlait de son œuvre ?

De l'avis de cet auteur, le travail d'Ophiel est imparfait et ne présente pas un système complet et organisé d'occultisme. Les livres ont tous été écrits avec un sentiment d'être continués et mis à jour. Il existe définitivement quelque chose qui s’y approche dans cet esprit et les livres d'Ophiel peuvent apporter quelques idées qui demandent à être creuser. C’est pourquoi dramatic.fr apprécie particulièrement son travail car il n’impose rien et laisse une ouverture personnelle que chacun peu combler comme bon lui semble.

Ses livres sont amusants à lire. Son style d'écriture était très informel et une grande partie de son travail met le lecteur droit dans sa tête, tapotant dans ses pensées, observant le processus de l’évolution de ses idées. Dans « L'art et la pratique du contact avec le Démiurge », son dernier livre, il révèle comment ses livres sont nés, un livre conduit à l'autre, puis à l'autre, etc. Ce sens de la recherche et de l'errance est évident dans ses écrits.

Le mérite de l'œuvre d'Ophiel n'est pas qu'il ait conçu un système d'illumination infaillible, mais plutôt l'occasion de voir comment il voyait sous la couche extérieure de la réalité et cherchait des significations cachées et des explications sur le pourquoi du comment. Il est clair à la lecture du catalogue complet des livres d'Ophiel que chaque livre a été écrit comme presque un rapport de ses conclusions dans un sujet particulier.

Ophiel était un homme étrange, coloré et excentrique. Mais Ophiel était un homme intéressant avec beaucoup de choses à dire.

Les sources

Comme dit plus haut, Ophiel a basé une grande partie de son matériel sur la Golden Dawn. Le Dr. Israel Regardie a écrit pas mal de livres sur la société secrète et son travail, et Ophiel était en contact direct avec lui.

Ophiel s'est également inspiré du travail du Dr. Paul Case. Paul Case était un autre ancien membre de Golden Dawn et le fondateur des Builders of the Adytum (BOTA), une organisation promouvant la propre interprétation du Dr. Cases des cartes Kabalah et du Tarot.

Ophiel s’inspire aussi du travail d'un autre ancien de la Golden Dawn : Dion Fortune (alias Violet Firth, auteur de livres sur la psychologie). Les « Mythes classiques de la littérature et de l'art anglais » de Charles Gayley étaient une exigence de lecture pour n'importe lequel de ses élèves.

Son « système », ou plutôt les éléments dispersés du système d'Ophiel, étaient basés sur des rituels et des exercices de la Golden Dawn. Une autre source d'information pour Ophiel était les livres de Max Freedom Long, qui a écrit sur les Kahunas d'Hawaii. Ophiel semblait particulièrement enthousiaste de ces livres parce que Long écrivait en détail sur le fonctionnement de la magie Kahuna, comment les fils de la matière astrale connectaient toutes les choses du monde extérieur, et comment l'individu pouvait gagner certaines choses et certains avantages en redirigeant et fortifiant ces fils astraux directement entre le magicien et « l'objet » de son désir. Ophiel trouva ces descriptions particulièrement puissantes en décrivant le processus dans ses propres livres de travail sur les plans intérieurs.

Il a approuvé l'utilisation des symboles tattwa (les éléments, Terre, Eau, Feu, Air et Akasha [Esprit]) et la Caballa (Arbre de Vie). Les symboles tattwa étaient des symboles de la philosophie spirituelle hindoue qui correspondaient parfaitement à l'usage occidental des symboles des quatre éléments. La Caballa est comme un Mandalla utilisé par l'occultiste pour organiser des symboles et des systèmes spirituels.

Ophiel forme un partenariat avec Carl Weschcke, éditeur de Llewellyn Book, sous le nom de The Gnostic Institute, pour publier les cours par correspondance d'Ophiel et ses « leçons scellées » et prévoit d'ouvrir une Mystery School Lodge sur la rivière St. Croix au Wisconsin.

La lumière intérieure

Comment Ophiel en est venu à écrire tous ces livres est décrit dans « L'Art et la Pratique de Contacter le Démiurge », son dernier livre. De toute évidence, il a découvert comment effectuer la « projection astrale » en quelque sorte. Il n'explique pas cette partie. Mais une fois qu'il l'a fait, et qu'il a pu, il a appris ce qu'il avait besoin d'apprendre pour écrire son premier livre, « L'Art et la pratique de la projection astrale ». Dans sa recherche sur la projection astrale, il a remarqué la Lumière à l'intérieur, la Lumière qui a rendu ses projections (et ses rêves, d'ailleurs) claires.

L'idée qu'il y avait de la LUMIÈRE, une lumière illuminante sur les plans intérieurs, n'a jamais attiré l'attention de ma pensée auparavant, mais ne m'était jamais venue à l'esprit, malgré tous les rêves ordinaires, en plus des projections de type rêve, ainsi que Les projections du "Petit Système" [voir son livre sur la projection astrale], étaient "éclairées" par cette Lumière.

 
Cette "découverte" peut ne pas sembler être pour vous beaucoup de chose, ni pour moi d’ailleurs, pendant longtemps, mais maintenant il me semble que c'est la découverte la plus significative que j'ai jamais faite dans tout mon travail occulte, parce que cette chance d'attention portée au hasard de l'Illumination de Lumière dans le rêve de projection a conduit à la découverte de l'existence semi-physique du Demi-dieu sur les plans intérieurs, près du plan terrestre, et que le demi-Dieu peut être vu avec votre vision intérieure.
 
[L'art et la pratique de la prise de contact avec le démiurge, p 29-30.]

Une fois qu'Ophiel a eu un système pour enquêter personnellement sur les plans intérieurs, les autres livres ont plus ou moins évolué selon les besoins, car il a découvert de nouveaux usages pour ce qu'il a trouvé là-bas.

Ses cours de correspondance

Ophiel a écrit une série de courtes « vignettes », des cours par correspondance et une série de « leçons scellées », matériel très avancé. Les leçons par correspondance ont couvert plus d'informations sur les énergies élémentaires, plus une autre série consacrée à un travail plus avancé dans la projection astrale.




Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28 Février 2018, il y a moins d'un an.