La visualisation en magie

Mise en garde : texte complexe et très théorique, réservé aux praticiens expérimentés.
Techniques de visualisation en magie
La visualisation est un constituant majeur des arts magiques avancés, bien qu'elle ne soit pas utilisée en tant que substitution à la méditation ou à l’accomplissement de rituels, car chacune des disciplines fondamentales devrait être également développée par l’apprenti.

Un regain d’intérêt pour la visualisation est apparu ces dernières années, à l'intérieur et au-delà des domaines de la magie, de l'occultisme et de la thérapie mentale. Cet intérêt renouvelé a conduit à une reprise de cet art ancestral. Il faut toutefois souligner que le renouveau en est encore à ses balbutiements, car les compétences de visualisation de nos ancêtres étaient de loin bien supérieures aux nôtres, surtout dans le contexte de notre imagination visuelle que la télévision a atrophier en nous conditionnant avec des images stéréotypées qui sont diffusées à répétition.

Les légendes et les mythes

Les visualisations des premières cultures étaient généralement incorporées dans les légendes et les mythes, dans lesquels on retrouve la poésie, la chanson, la musique, la danse et le drame rituel qui étaient utilisés pour créer des visions à la fois partagées par les artistes et les spectateurs, qui s'accordaient aux niveaux les plus profonds de la conscience collective.

Ces traditions du symbolisme et du mythe ont été préservées pendant de nombreux siècles en Occident dans les récits oraux et dans ce qui a historiquement été appelé des « ballades narratives », tandis qu’elles sont encore actives sous leur forme originelle dans les traditions épiques orientales basées sur le mythe et la religion.

Il s'agissait de traditions bardes, poétiques et de légendes, dont les premiers chroniqueurs, comme Geoffrey de Monmouth (douzième siècle), ont tiré la légende du roi Arthur et celle de Merlin qui se sont très vite développées et les légendes du Graal qui allaient bientôt suivre.

Ces remaniements littéraires représentent une charnière par rapport à la littérature antérieure qui était essentiellement véhiculée par voie orale. Nous avons beaucoup d'autres exemples européens tels que les légendes et les contes nordiques ou irlandais, et bien sûr, la mythologie classique de la culture grecque et romaine qui reste bien représentée.

Les mystères

Un plus haut niveau de symbolisme collectif a été employé dans la formation spécialisée des arts magiques ou de la prêtrise, et dans ce qu'on appelle souvent les Mystères. Les mystères étaient à l'origine organisés par des écoles de développement ésotérique qui n'étaient pas ouvertes au premier venu, mais réservées à ceux qui cherchaient l'illumination au-delà de la religion ou de la superstition collective.

La tradition du drame mystérieux a été bien conservée au Moyen Âge avec des pièces religieuses qui ont représenté les croyances orthodoxes et les légendes chrétiennes dans une forme animée pour les gens. Ces drames n'avaient évidemment pas d'enseignement scolaire ésotérique, mais ils ont cherché à remplacer les rituels populaires et les drames du paganisme qui étaient encore répandus et qui n'ont jamais été exterminés en raison de leur vitalité et de leur profondeur remarquables. Le pouvoir durable des jeux de mystère médiéval est peut-être dû à leur attachement étroit aux racines collectives, aux symboles et aux motifs dans la conscience partagée intemporelle des personnes, plutôt qu'à leur propagande ou à leur dogme.

La visualisation moderne : une thérapie

Dans la visualisation moderne, nous cherchons à communiquer et à développer des niveaux avancés de conscience pour atteindre le but traditionnel des mystères anciens. Dans ce contexte, il est regrettable que l'art de la visualisation soit en quelque sorte attaché et souvent réclamé à tort par diverses écoles de thérapie mentale. Bien que la visualisation soit indubitablement thérapeutique, il ne faut pas se limiter à ces niveaux d'emploi de base. Les mystères anciens, soit du genre classique, soit leurs homologues dans d'autres régions du monde occidental, étaient souvent (mais pas nécessairement) liés à des religions extérieures bien établies, agissant comme un niveau ésotérique du culte exotérique. Dans la terminologie moderne, les mystères employés dans les arts magiques sont établis sur des niveaux intérieurs, et se rencontrent à travers des disciplines telles que la visualisation, la méditation et le rituel. Ils sont devenus actifs et créatifs par la médiation. Cependant, et bien qu'ils soient liés à des aspects de la religion formelle, ils ne sont pas nécessairement orthodoxes.

Un grand travail de base sur la visualisation a été publié, en particulier dans les livres généraux sur la méditation, la magie et les pratiques « occultes ». Il est intéressant de constater qu'un niveau de visualisation élevé a été exigé dans les commandes ésotériques même avant le dix-neuvième siècle. Curieusement, cette norme a diminué à mesure que l'art de la visualisation a été popularisé, et bien que les gens soient généralement plus conscients du besoin et de la capacité de visualiser, ceux qui entreprennent cet art se voient souvent refuser l'information sur les possibilités qui leur sont offertes. En effet, bon nombre des fantasmes insipides qui sont utilisés sur des cassettes VHS, pendant les sessions ou dans des livres ont été considérés avec mépris par les visualisateurs des générations antérieures. Sur une note plus sérieuse, la tendance générale qui est à l'imagerie pâle et simpliste et aux séquences « relaxantes » peut être dangereuse. Notre imagination est renforcée par un travail complexe et exigeant ; Si elle est alimentée goutte à goutte et qu'on ne l'exerce pas suffisamment, elle se décompose.

Les cheminements

Un développement curieux dans la diffusion et les pratiques ésotériques modernes est que les visualisations sont régulièrement appelées « cheminements ». C'est, malheureusement, une description inexacte et trompeuse. Le terme dérive des adaptations du dix-huitième et du début du vingtième siècle de la Kabbale hébraïque ; Un chemin est un mode de conscience ou de puissance très précis et clairement défini, la fusion de deux Sphères sur l'arbre de vie. Le traçage implique la combinaison des symboles, des noms angéliques et des attributs divins des deux Sphères connectées, et ces pouvoirs, souvent sous forme anthropomorphique, sont visualisés comme élevant l'âme dans d'autres mondes, états ou dimensions. Encore une fois, ces états sont bien définis dans la Kabbale traditionnelle et font partie d'une technologie vaste et très sophistiquée ou d'un art de la métaphysique avancée. Ainsi, alors que le traçage implique des visualisations très exigeantes, la visualisation n'est pas en soi un cheminement ou une trajectoire.

Le type de visualisation utilisé dans les arts magiques occidentaux a certainement un alphabet complexe de symboles, cohérent et capable de niveaux de développement très élevés. Le Tarot représente un développement et un modèle majeur de tels symbolismes, liés initialement à un cycle oral de contes mythiques, mais il existe de nombreux autres éléments de la visualisation qui se rencontrent à travers des traditions pédagogiques et des pratiques magiques spécifiques. Si nous supposons qu'un certain niveau de compétence dans la visualisation a été atteint, quels éléments pourraient être combinés pour créer des visualisations avancées dans une tradition ésotérique occidentale ?

Les lignes directrices pour la visualisation

Certaines lignes directrices générales peuvent être utiles pour ceux qui souhaitent dépasser le niveau des voyages imaginatifs agréables et qui connaissent déjà les unités symboliques de base et les images des arts magiques. Ces guides ne sont pas des règles, mais simplement des directions générales amenant aux visualisations plus complexes et plus puissantes que celles utilisées traditionnellement, et qui sont rencontrées et développées au cours des travaux avancés.

1. Le symbolisme

Le symbolisme doit être cohérent et se rapporter à une tradition spécifique. Les symboles et les images inter-culturels sont parfois utiles pour élargir les horizons des étudiants, mais ils ne travaillent pas sur des niveaux plus élevés ou plus profonds de conscience, en raison des lois et des images collectives héritées et environnementales qui forment le fondement de tous les arts magiques. De manière significative, une fois que nous avons pleinement travaillé avec une tradition spécifique et acquis des compétences dans son fonctionnement plus élevé ou plus puissant, nous pouvons nous conformer à ces niveaux parallèles dans d'autres traditions, mais pas tant que la discipline et un travail laborieux de développement n’aient été pleinement entrepris. Il ne faut en aucun cas griller les étapes.

2. Ne pas se donner de limite

La visualisation ne doit pas être considérée comme « complète » ou « autorisée », ni que la personne qui guide ou écrit la séquence ne tente de la rendre inclusive. Une visualisation rigide et hautement formalisée est insuffisante pour l'imagination, qui fonctionne toujours sur des niveaux organiques et multiples d'images. Il devrait toujours y avoir des chemins, des itinéraires, des images et des concepts qui ne sont pas développés mais simplement indiqués. Ceux-ci agissent comme zones potentielles de départ pour les travaux futurs et se ramifient sur l'arbre de l'imagerie. De tels éléments ont souvent un énorme potentiel en méditation et serviront souvent, ultérieurement, de clés à des niveaux supérieurs de conscience. Une visualisation efficace suit toujours un cours minutieux, mais indique clairement que d'autres voies sont en effet possibles à tout moment. L'utilisation du symbolisme subsidiaire (comme les portes qui ne sont pas ouvertes, les personnages qui sont aperçus à distance ou les accès qui sont effectivement refusés) peuvent également être utilisés pour orienter les élèves vers des aspects plus profonds d'une tradition ou d'un rituel, des aspects qui peuvent ne pas être énoncés en mots ou en symboles évidents, mais doivent être personnellement rencontrés pour s'y habituer et agir en tant que force transformatrice.


3. Eviter les séquences « bisounours »

La séquence et les symboles ne doivent pas toujours être « gentils » ou « favorables ». Ils devraient être, en partie, difficiles, exigeants et dans certains stades intimidants ou même dérangeants. Très peu de bénéfices réels peuvent être obtenus à partir de jolis stocks d'images préformatées (belles excursions en bateau, gentillesse des gens, couleurs merveilleuses, floraison de fleurs magnifiques, guérisons miraculeuses et autres). Ce sont effectivement des unités importantes dans de nombreux types de visualisation, mais elles ne sont pas des débouchés majeurs en elles-mêmes. Une visualisation réussie soulève de nombreux aspects de la psyché et les fusionne dans un nouveau modèle énergétique. Si nous n'utilisons pas les forces et les images les plus puissantes, nous n'atteignons pas un niveau de conscience plus élevé, mais restons sur un niveau agréable de douces illusions. Cette plaisanterie peut être très amplifiée, comme dans le cas des paradis et des cieux de nombreuses religions, mais c'est finalement une impasse.

4. Laisser une place à d’individualité

Il devrait toujours y avoir des possibilités pour la méditation silencieuse et pour que les gens voient intérieurement certaines visions qui devraient se produire si la séquence basique a été correctement assemblée et conduite. De telles visions sont habituellement présagées par des images personnelles ou télescopiques, car ces entités agissent comme ouvrières des facultés internes : le lecteur ou le guide humain ne doit pas présumer d'ouvrir des aspects aussi visionnaires, car ils sont les propriétés volontaires ou libres de la conscience individuelle, bien qu'ils soient en partie modelés par l'imagination du groupe dans l'ensemble du travail.

5. Incorporation de fictions populaires

Bien qu'il soit possible de réaliser des visualisations à l'aide de personnages et de situations de la fiction populaire (quel que soit leur style, leur qualité ou leur réputation), ces constructions devraient être considérées avec une extrême prudence. Si nous utilisons des images traditionnelles, cela génère beaucoup de séquences et des personnages remarquables pour de nouveaux travaux : de tels développements sont toujours ancrés dans la tradition originale, souvent avec des résultats surprenants et de nouvelles formes puissantes. La fiction, cependant, n'est pas nécessairement enracinée dans une tradition magique ou spirituelle, de sorte que, en termes techniques, les images peuvent être appelées « impures », en particulier lorsqu'elles reçoivent un sentiment de soutien de milliers de lecteurs enthousiastes.

Nous pourrions citer l'exemple important des œuvres très populaires de J. R. Tolkien, qui semblent avoir des éléments magiques, mais constituent en fait une séquence massive et complexe de réductionnisme basé sur la connaissance approfondie de l'auteur de divers textes et sources littéraires occidentaux. Les livres qui en résultent sont d’une lecture agréable, mais sont horriblement déséquilibrés en termes de polarité sexuelle et de vraie tradition mystique ou magique. Dans un sens très strict, nous pouvons même suggérer que de telles œuvres usurpent les racines de l'imagerie et les déplacent dans une direction de plus en plus banalisée. D'autres exemples de cette banalisation incluent des vulgarisations grotesques de contes Arthuriens ou des parodies de dessin animé de Merlin et la commercialisation de l’ « occulte » et du « celtique » dans la fiction populaire. Avec Game Of Thrones c’est déjà beaucoup mieux, bien que très violent et très sexualisé. Mais ce type de visualisations est parfait pour certains genres de magie.

D’après R.J. Stewart : Advanced Magical Arts
Traduction de l'anglais au français réalisée par Dramatic.fr





Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : La visualisation

 Les légendes et les mythes

 Les mystères

 La visualisation moderne : une thérapie

 Les cheminements

 Les lignes directrices pour la visualisation


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : La visualisation en magie


Retour à la catégorie : Esotérisme et sciences occultes (suite 3)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 19 Février 2019. Il est à jour.