Plus de trois millions de rats

Image de Plus de trois millions de rats
Sur Rapa Nui, les rats arrivés avec les premiers colons n’ont pu que proliférer, car ils se retrouvaient dans un environnement plein de ressources et dépourvues de prédateurs. Or une population de rats placée dans pareilles conditions de vie double toutes les six ou sept semaines ! Un seul couple fondateur peut ainsi produire jusqu’à 17 millions d’individus en seulement trois ans. Avec une densité d’environ deux individus pour 100 mètres carrés, qui ne semble pas déraisonnable étant donné les ressources de nourriture de Rapa Nui, l’île a pu porter jusqu’à 3,1 millions de rats.


Du reste, d’autres cas dans le Pacifique suggèrent que l’action des rats n’a pu qu’endommager considérablement la flore de Rapa Nui. Pour autant, il importe de comparer leur impact avec celui de l’abattage des arbres par les hommes ou encore avec celui des brûlis. Les indices en notre possession suggèrent cependant que les rats, plus que les hommes, ont détruit la forêt.

Comme les archéologues qui nous avaient précédés sur l’île, nous avons trouvé des milliers d’os de rats au cours de nos fouilles à Anakena. Il semble que la population insulaire de rats polynésiens a grandi très vite, puis a décru avant de disparaître complètement à cause de la compétition des rats européens introduits depuis. Toutes les noix de Paschalococos ayant été rongées, il semble bien que les rats ont ralenti voire empêché la reproduction de palmiers dont les graines ne germent que très lentement. Comme dans le cas hawaïen, les taux décroissants de pollens dans les sédiments de Rano Kau montrent que la forêt a décliné avant que les hommes ne pratiquent intensément la culture sur brûlis.


Lire la suite ...