Les chevaliers de Malte

Fort St Elme à Malte
Fort St. Elme à Malte
En 1551-1552, le grand maître hospitalier Juan de Homedes fait construire le fort Saint-Elme et le fort Saint-Michel. C'est le grand maître Jean de Valette qui fit construire la ville nouvelle qui porte son nom, à partir de 1565, et qui est maintenant la capitale de Malte.

Fidèles à leur première mission, les Hospitaliers construisent à Malte un premier hospice en 1530, aussitôt après leur arrivée, puis un second en 1575. Malte possède ainsi, au XVIIIe siècle, le plus grand et le plus moderne des hôpitaux de toute l'Europe.


La Révolution française porte cependant un coup terrible à l'Ordre des Hospitaliers, vieux de plus de sept siècles. L’Assemblée nationale de 1789 refuse de le considérer comme un État souverain et le dépossède de tout ses biens en France. La France fournissait alors près des 2/3 de l'effectif des Chevaliers de Malte et la plus grande partie de ses revenus. Plus tard, l'expédition d'Égypte de Bonaparte est l'occasion d'un débarquement français à Malte qui débouche le 12 juin 1798 sur une reddition. A l'origine, Bonaparte voulait simplement se réapprovisionner en eau mais le Grand Maître a refusé de laisser entrer dans le port plus d'un bateau à la fois. Il ne fallait pas contrarier Napoléon !

Les Chevaliers de Malte sont chassés de l'île par Bonaparte. Face à l'occupation française, Malte demande l'aide aux anglais (les ennemis jurés des français). En 1800, les anglais, ne se contentant pas de venir défendre les maltais, s'emparent de Malte.

L'Ordre, privé de territoire, s'exile un temps en Russie sous la protection du tsar Paul Ier et revient finalement s'installer à Rome en 1834, dans le palais de la Via dei Condotti. Il est réduit à son simple état-major. La restauration de la Grande Maîtrise a lieu en 1879.

L'ordre souverain militaire et hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, dit Ordre des Chevaliers de Rhodes et de Malte, compte aujourd'hui environ 13500 membres laïcs réunis au sein de 47 associations nationales (qui remplacent les « langues »). Il est installé à Rome au Palazzo di Malta, qui bénéficie d'un privilège d'extraterritorialité : il a le rang d'un État souverain et entretient des relations avec 67 pays.

Depuis 1961 il porte le nom officiel d'« Ordre Souverain Militaire Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte », souvent abrégé en « Ordre de Malte ». L'ordre souverain de Malte se consacre à présent à des œuvres humanitaires et caritatives. Ils ne possèdent plus d'armée de chevaliers mais interviennent souvent lors de conflits militaires (dernièrement en Yougoslavie dans les années 1995–1999).



Sources : D'après Philippe Josserand, historien spécialiste des ordres militaires et de la croisade, et Philippe Conrad, historien, rédacteur en chef de la Nouvelle Revue d'Histoire.
 

Revenir au début ...