La science des nombres amiables et odieux ('ilm ḫawāṣṣ ala 'dād al-mutaḥābba wa-l-mutabāġiḍa)

Image de La science des nombres amiables et odieux ('ilm ḫawāṣṣ ala 'dād al-mutaḥābba wa-l-mutabāġiḍa)
On mentionne que quand ils sont déposés dans la nourriture, la boisson ou autre chose qu'utilisent deux personnes, alors un amour merveilleux (maḥabba 'aǧība) se cultive entre eux.

Si tu les écris sur ton vêtement, il ne se séparera pas de toi. Le plus petit de ces nombres est K.R [=220] et le plus grand D.F.R [=284]. Trace-les au calame, donne le plus petit à qui tu veux et mange le plus grand : le plus petit obéira au plus grand selon une ingénieuse propriété. On utilise sur du raisin, des graines, des grenades et des fruits similaires un nombre sans le tracer.


Ensuite, le divin Platon a expliqué les propriétés des nombres qui s'aiment et se détestent (al-a'dād al-mutaḥābba wa-l-mutabāġiḍa). On mentionne que si on écrit les nombres qui s'aiment sur une jarre que l'eau n'a pas touchée et que deux personnes y boivent, il naîtra entre eux un amour solide qui n'existait pas avant cela. On mentionne également que si l'on considère la même chose avec les nombres qui se détestent, il apparaîtra entre eux une ferme adversité.

Pour en apprendre plus sur la science des nombres, la numérologie, suivez le lien.

Quant à la voie pour déterminer les nombres qui s'aiment, cela est expliqué intégralement avec les preuves numériques dans le livre Taḏkirat al-aḥbāb fī bayān altaḥābb (La mention des amants : explication de l'amour réciproque ). C'est un livre précieux qui indique la vertu de son auteur et l'élévation de son illustration dans les sciences exactes (al-'ulūm al-riyāḍiyya).


Lire la suite ...