Bénédiction de l'eau

Les Instructions du rituel d'Alet
Les Instructions du rituel d'Alet Par Nicolas Pavillon
Le texte de Sérapion de Thymus contient déjà les grandes lignes qui seront trouvées ultérieurement dans les rituels de bénédiction de l'eau. Il rappelle les principaux objectifs de la bénédiction : la libération des infestations démoniaques et la guérison de la maladie. Il n'y a encore aucune mention de mélange de sel ou d'autres éléments, en effet la tradition grecque exclut toujours l'utilisation du sel.


En Occident, l'utilisation de l'eau bénite a été introduite un peu plus tard, vers le milieu du Ve siècle. Les chrétiens latins ont probablement adopté l'utilisation du mélange de sel en s'inspirant des souvenirs des anciennes coutumes païennes romaines disparues. Le sel était aussi communément considéré comme particulièrement puissant pour repousser les mauvais esprits. La formule latine permettant la bénédiction de l'eau se retrouve pour la première fois dans le gélasien (Liber sacramentorum Romanae ecclesiae) qui est un livre liturgique qui contient les oraisons nécessaires à la célébration des rites romains selon un des usages liturgiques anciens adoptés à Rome et dans certains diocèses de l'espace germano-franc. Il aurait été écrit à Chelles, en région parisienne, entre 628 et 731. Le sacramentaire gélasien est un sacramentaire presbytéral en usage dans les églises de confession romaines au VIIe siècle. C'est l'ancêtre du Missel Romain.

L'eau bénite est la première bénédiction de toutes car l'eau bénite sert dans toutes les autres bénédictions. Encore une fois, il convient de dissocier la simple bénédiction et la bénédiction en vue d'un exorcisme.
 

Lire la suite ...