Les Bacchanales

Image de Les Bacchanales
Plus tard, à Rome, Dionysos s'appelle Bacchus. Les Bacchanales qui se tiennent en son honneur provoquent l'ire de certains. Le fait est que pendant un temps, les interdits moraux sont mis de côté. L'ivresse, l'euphorie, la sexualité débridée, sont des moyens d'atteindre la transe... mais les Bacchanales dérivent parfois en fêtes orgiaques.

Les bacchanales, c'est-à-dire les fêtes bacchiques constituaient des thiases du type qui existait en Grèce. A Rome la secte était constituée de personnes des deux sexes, contrairement aux thiases dionysiaques qui étaient pour les femmes seulement. L’association était implanté au bois de stimula sur l’Aventin, une des sept collines de Rome. Avant qu’éclate l’affaire des bacchantes les initiés ne dépassaient plus les vingt ans. Le néophyte devait observer une période d’abstinence sexuelle de dix jours avant la cérémonie. Une véritable menace pesait sur les adeptes qui ne devaient en aucun cas trahir les secrets qui leur étaient confiés, ce qui est une constante dans pareils cultes. Le culte justement consistait à obtenir par la consommation du vin une baisse du niveau des interdits pour parvenir à une sorte état extatique sensé donné un aperçu de la vie libérée des soucis de ce monde.


Il nous semble tout naturel et même indispensable que les cultes à mystères, et particulièrement ceux qui de façon évidente pratiquaient des rituels orgiaques, insistent sur l’absolue nécessité du secret. S’ils ne le faisaient pas, comme dirait notre de La Palisse, ils ne seraient pas à mystère ! Nous le voyons avec l’affaire des bacchantes.


Lire la suite ...