Rituel de magie cabalistique

Nous vous présentons ici une pratique kabbalistique qui est un Goral. Selon la Kabbale, un Goral serait une méthode divinatoire utilisée pour découvrir les Secrets de Dieu pour tout ce qui concerne les problèmes humains, et en particulier la santé.

Le Judaïsme reconnaît l’existence des démons et nous parle des moyens de les détecter, que ce soit dans le Talmud de Babylone (Berakoth 5b) ou dans les différents Midrashim (pluriel de Midrash). Ces démons seraient parfois à l’origine de maladies que peuvent contracter les êtres humains. Le Talmud raconte que si un homme voit que les souffrances douloureuses le visitent, il faut le laisser examiner sa conduite. Si, suite à son introspection, il ne trouve rien de répréhensible qu'il puisse attribuer à la négligence de l'étude de la Torah, alors il peut être certain que c'est une « affliction d'amour » car il est dit que : Pour qui le Seigneur aime, il châtie (qui aime bien châtie bien).

C'est pourquoi certains Sefer (passages de la Torah) traitent des moyens de s’attirer la protection de Dieu.

Voici un rituel à base d'huile et d'eau qui permet d'attirer la bienveillance de Dieu contre les démons qui cherchent à nous causer des maladies.

Le rituel kabbalistique

Attention ! Le déroulement de ce rituel est relativement long

Ingrédients :

une serviette
un bol propre
une soucoupe
de l'eau pure
de l'huile d'olive

Préparation :

Prenez un bol déjà propre et relavez-le à trois reprises pour être certain qu'il est encore plus propre.

A chaque lavage il faut réciter une formule magique :

« Je lave ce bol pour le bien de celui qui est malade : [nommez ici la personne concernée] ».
 

Il est à présent temps de recouvrir la tête du malade d'une serviette.

Le bol est rempli d'eau pure et une soucoupe est également remplie d'huile d'olive.

Récitez alors ces passages de la Bible à trois reprises en jetant à chaque fois, du bout des doigts, une petite quantité d’huile dans l’eau.

La prière :

Livre des Nombres Chap.24 verset 8 :
« Dieu le fait sortir d'Egypte, il est pour lui comme des cornes de buffle. Il dévore le cadavre de ses adversaires, il leur brise les os. ».
La Genèse Chap.49 versets 25 et 26 :
« par le Dieu de ton père, qui te secourt, par El Shaddaï qui bénit : Bénédictions des cieux en haut, bénédictions de l'abîme couché en bas, bénédictions des mamelles et du sein,
bénédictions des épis et des fleurs, bénédictions des montagnes antiques, attirance des collines éternelles, qu'elles viennent sur la tête de Joseph, sur le front du consacré d'entre ses frères! ».
Le Livre de l'Exode du Chap.14 verset 30 au Chap. 15 verset 3 :
« En ce jour, l’Eternel délivra Israël de la main des Egyptiens ; et Israël vit sur le rivage de la mer les Egyptiens qui étaient morts. Israël vit la main puissante que l’Eternel avait dirigée contre les Egyptiens. Et le peuple craignit l’Eternel, et il crut en l’Eternel et en Moïse, son serviteur. Alors Moïse et les enfants d’Israël chantèrent ce cantique à l’Eternel. Ils dirent : Je chanterai à l’Eternel, car il a fait éclater sa gloire ; Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier. L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges ; C’est lui qui m’a sauvé. Il est mon Dieu : je le célèbrerai ; Il est le Dieu de mon père : je l’exalterai. L’Eternel est un vaillant guerrier ; Elohim est son nom. Il a lancé dans la mer les chars de Pharaon et son armée ; Ses combattants d’élite ont été engloutis dans la mer Rouge ».
Livre de l'Exode Chap.14 verset 19 :
« L'Ange de Dieu qui marchait en avant du camp d'Israël se déplaça et marcha derrière eux, et la colonne de nuée se déplaça de devant eux et se tint derrière eux. »
Deutéronome Chap.33 verset 6 :
« Que vive Ruben et qu'il ne meure pas, et que vive le petit nombre de ses hommes ! »
Livre des Nombres Chap.21 versets 17 à 20 :
« Alors Israël chanta ce cantique : Monte, puits ! Chantez en son honneur ! Puits, que des princes ont creusé, Que les grands du peuple ont creusé, Avec le sceptre, avec leurs bâtons ! Du désert ils allèrent à Matthana ; de Matthana, à Nahaliel ; de Nahaliel, à Bamoth ; de Bamoth, à la vallée qui est dans le territoire de Moab, au sommet du Pisga, en regard du désert ».
La Genèse Chap.49 verset 22 :
« Joseph est un plant fécond près de la source, dont les branches s’élèvent au-dessus de la muraille »
Terminez par le Psaume 121 :
« Cantique des degrés. Je lève mes yeux vers les montagnes... D’où me viendra le secours ? Le secours me vient de l’Eternel, Qui a fait les cieux et la terre. Il ne permettra point que ton pied chancelle ; Celui qui te garde ne sommeillera point. Voici, il ne sommeille ni ne dort, Celui qui garde Israël. L’Eternel est celui qui te garde, L’Eternel est ton ombre à ta main droite. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, Ni la lune pendant la nuit. L’Eternel te gardera de tout mal, Il gardera ton âme ; L’Eternel gardera ton départ et ton arrivée, Dès maintenant et à jamais ».

Récitez alors la formule suivante :

Puisse Celui qui soigna Hézéchias, roi de Juda, de sa maladie, envoyer une rémission complète à : [nommez ici le malade]
 

L'invocation

Récitez ensuite l’invocation suivante :

Trois femmes se tiennent au-dessus d’une falaise. L’une d’elles dit [dire le nom du malade et le nom de sa mère] est malade. Une autre dit, un tel n’est pas malade. La troisième dit : un tel n’est pas malade et ne le sera jamais.

Si un homme lui a causé ceci, que ses cheveux tombent, ainsi que sa barbe et ses sourcils. Si une femme lui a causé cela que ses cheveux tombent, ainsi que ses seins et ses sourcils.

Elie le prophète alla vers la démone Lilith et de ceux qui lui sont soumis. Il lui demanda : Que fais-tu ? Elle dit : je vais à la maison de [dire le nom du malade ainsi que celui de sa mère] afin de le frapper du mauvais oeil.

Il lui dit alors :

Je te conjure toi et tous tes serviteurs au nom d’EL SHADDAI et aux Noms des Sept Cieux, des Sept Sphères, des Sept Etoiles et des Sept Constellations que tu ne fasses aucun mal à [prononcez le nom du malade et celui de sa mère] et à aucun de ses 248 organes ou 365 tendons. N’entre pas dans sa maison, toi et tes serviteurs, ni aujourd’hui ni jamais.

Comme la mer n’a pas de course et comme un poisson n’a pas de rein et comme une fourmi n’a d’os, tu ne feras pas tomber le mal sur [dire le nom du patient et le nom de sa mère] car il est de la graine de Joseph sur la tête de qui aucun mal ne peut tomber : « Un charmant fils est Joseph, un charmant fils à l’oeil ».

Terminer l'incantation par les Psaumes 90-17 à 91-12 :

« Que la grâce de l’Eternel, notre Dieu, soit sur nous ! Affermis l’ouvrage de nos mains, Oui, affermis l’ouvrage de nos mains ! Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant. Je dis à l’Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie ! Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages. Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse. Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour, Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ; De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants. Car tu es mon refuge, ô Eternel ! Tu fais du Très-Haut ta retraite. Aucun malheur ne t’arrivera, Aucun fléau n’approchera de ta tente. Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies ; Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre ».
 

Le verdict de l'huile est sans appel

Lorsque vous avez enfin terminé ce rituel, regardez attentivement l’huile et l’eau.

Si l’huile est tombée au fond de l’eau c'est très mauvais signe et la personne malade est en danger. Si l’huile flotte à la surface de l’eau, c’est positif.

Si l’huile ressemble à des petites gouttes qui sont connectées ensembles mais qui ne sont pas jointes, alors c’est le signe que la personne malade est proche de la mort mais sera sauvée.

Si toutes les gouttes se sont agglutinées ensembles en une nappe unie, qui flotte à la surface, la guérison est en bonne voie car la miséricorde a été demandée en hauts lieux.

Si l’huile prend une forme étroite et allongée, alors la personne sera sauvée.

Si l’huile est séparée en deux flaques, la personne retrouvera la santé mais fera une rechute.

Si vous n'avez pas pensé à enlever la serviette du visage du malade, assurez-vous qu'il n'est pas étouffé en dessous.

S'il ce n'est pas le cas, il doit se réhydrater avec trois petites gorgées d’eau et d’huile. A chaque gorgée, le malade doit dire :

« Atah Guibor L’olam Adonaï ».
 

Ensuite, la personne malade doit oindre son corps avec l’eau. Le reste de l’eau doit être disposée en un endroit où personne ne passe, car si une personne entrait en contact avec ce liquide il lui arriverait malheur.

Ce rituel et ces formules sont véridiques [Selon le Sefer Merehyeledim.]



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

Rituel de magie juive

Le rituel kabbalistique

L'invocation

Le verdict de l'huile est sans appel


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Rituel de magie cabalistique




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 26 Août 2017. Il est un peu ancien mais toujours d'actualité.