Les Dieux animaux de l'Égypte

L’origine des dieux de l’Égypte se perd dans la nuit de la préhistoire. Les premiers documents iconographiques, en particulier les palettes à fard, indiquent la prééminence des forces animales. Les représentations des premières divinités de la vallée du Nil prennent en effet la forme d'animaux. Les Égyptiens honoraient les dieux sous la forme ou avec les traits des animaux domestiques à la base de leur agriculture, tels que les bovins et les chèvres.

Des comportements, tels que ceux des babouins aboyant au lever du soleil, ont inspiré les formes données aux autres dieux. Des créatures dangereuses ont également trouvé leur chemin dans le panthéon des dieux de l'Égypte Antique lorsque les Égyptiens les ont transformées en divinités utiles et protectrices. De cette façon, des cobras et des scorpions, potentiellement mortels, sont devenus les patrons du pharaon et ont été appelés à guérir les malades. Les charognards désagréables, tels que les vautours et les chacals, ont également acquis des rôles utiles.

Petit à petit on assiste à un processus d’anthropomorphisation des puissances. Puis les formes mixtes combinant un corps humain avec une tête d’animal apparaissent vers la fin de la IIe dynastie.

Des représentations symboliques des dieux

Les animaux étant des êtres vivants mais frappés d’incommunicabilité envers les hommes, il était facile de penser qu’ils entretenaient des relations privilégiées avec la face imaginaire du monde. A ce titre, l'imagerie animale devait être symbolique plutôt que littérale.

De même, les animaux sacrés honorés dans les temples étaient, comme les statues du sanctuaire, des manifestations de la divinité dans le monde des hommes. De nombreux animaux ont ainsi été momifiés. Les animaux sacrés étaient souvent offerts à leurs dieux respectifs. Dans les temples, les gens pouvaient acheter des momies – le plus souvent, pas un animal entier, mais uniquement des pièces et des morceaux emballés pour paraître complets – à présenter sous forme d'offrande ou de grâce à un dieu.

Les cultes pour les animaux sont devenus importants en Égypte et les animaux sur terre ont été vénérés comme des célébrations des dieux. Les prêtres élevaient même des troupeaux d’ibis en l'honneur de Thot, et des faucons pour Horus, car la demande en momies des pèlerins était supérieure à la mortalité naturelle du cheptel. Ils étaient élevés dans des complexes de bâtiments dédiés comme aujourd'hui on peut le faire pour les poulets de batterie.

Une étude récente a montré que les animaux trouvés dans des grandes nécropoles collectives (poissons, crocodiles, ibis, chats, chiens, etc.) ont été pieusement étranglés, noyés, assommés à coups de gourdin ou de hache. Ces hécatombes s’effectuaient sur des animaux de tout âge à un certain moment de l’année : pendant les fêtes.

Khepri le scarabée

Le coléoptère de la bouse, ou scarabée, occupe une place sacrée dans la mythologie égyptienne. L'habitude du coléoptère de faire rouler une boule de bouse sur le sol évoquait le mouvement du soleil dans le ciel. Le scarabée femelle pond ses œufs dans des excréments enfouis dans le sol. De là émergent les jeunes scarabées. Pour les Égyptiens, qui recherchent toujours le symbolisme dans le monde naturel, cette vie suggérée la renaissance de la mort, le renouveau éternel et le soleil émergeant après l'obscurité de la nuit.

Le nom du dieu scarabée est Khepri. Il signifie « celui qui devient », « celui qui se développe » ou « celui qui se manifeste ». Khepri était le soleil qui s'est levait le premier matin de la création et était donc une forme du dieu Rê. Il apparaît avec le disque solaire dans la barque solaire, soulevé de l'horizon oriental par Noun, dieu des eaux primordiales.

Les amulettes en forme de scarabée portaient un sort qui empêchait le cœur de témoigner contre l’âme lorsque les morts se présentaient devant Osiris pour obtenir leur jugement.

Bastet et les chats dans l'Égypte Ancienne

Bastet est apparu pour la première fois en tant que lionne qui a nourri le pharaon. Avec la domestication du chat, ce félin plus doux est devenu son animal, mais elle est toujours restée une divinité protectrice. Elle était aussi une déesse de la fertilité et des statuettes de bronze la montrent souvent entourée de chatons.

Les gens l'ont particulièrement vénérée au Nouvel An, alors que l'on espérait qu'elle accorderait des cadeaux d'abondance et de protection. Alors que son aspect destructeur était la redoutable lionne Sekhmet, Bastet était également liée à Hathor, la déesse de l’amour.

Nekhbet la déesse vautour

Nekhbet était le tuteur protecteur de la Haute-Égypte. Son nom signifie « celle de Nekheb », une ville située près de l'ancienne capitale de la Haute-Égypte, où son culte a vu le jour. Jumelée à la déesse serpent Ouadjit ("la verte") de Basse-Égypte, elle était l'une des grandes divinités protectrices du pharaon.

Ces deux déesses apparaissent sur la couronne royale et Nekhbet serre souvent le hiéroglyphe pour l'éternité dans ses griffes, alors qu'elle fait de l'ombre au pharaon avec ses ailes.

Les épouses royales portaient des coiffes dorées en forme de vautour, les ailes de la déesse recouvrant les côtés de la tête et sa tête était suspendue au front de la reine. Parfois, Nekhbet apparaît comme un serpent, portant la couronne blanche de la Haute-Égypte. Parce qu'elle a aidé à la naissance du pharaon, les Grecs l'ont assimilée à leur propre déesse de l'accouchement, Eileithyia.

Apis le Taureau Noir sacré

A Memphis, le taureau Apis était vénéré comme un réceptacle pour le ba ou l'âme de Ptah. Le taureau Mnévis avait la même fonction à Héliopolis.

Le taureau Bouchis d'Hermonthis, un peu au sud de Thèbes, était le ba vivant de Rê, hérault de Rê. Cet animal unique, incarnation de Rê, était reconnaissable à certains signes.

Pendant plus de 3 300 ans, de la première dynastie à l'époque romaine, les Égyptiens ont vénéré le taureau Apis. Incarnation vivante de la fertilité, l'animal était une manifestation de Ptah.

Un seul taureau Apis était gardé à la fois et la vache qui l'a mise au monde était honorée comme sacrée pour Isis. Des motifs distinctifs étaient marqués sur le corps du veau désigné comme étant le Taureau Apis. La forme d'un vautour apparaissait sur son dos et un triangle était visible sur son front. Sa queue avait un double poil et l'image d'un scarabée se trouvait sur sa langue. L'animal de même race mais non marqué appartenait au monde profane mais demeurait un « écho possible du divin ».

Lorsque le taureau mourrait, l'animal était identifié à Osiris. Les prêtres momifiaient son corps et lui offraient des funérailles élaborées. Il était enterré en grande pompe en présence du pharaon ou d'un de ses représentants.

Le taureau Apis apparait portant le défunt dans un cercueil vers le monde souterrain.

Quelques dieux animaux d'Égypte

Certaines divinités ont une apparence simplement animale comme les taureaux Apis, Mnévis et Bouchis, ou encore le chien Oupouaout, etc. Parfois les animaux sont associés à une divinité plus abstraite et donc anthropomorphe comme Ptah, Rê et Montou pour les trois taureaux cités.

De nombreux dieux comptent parmi leurs diverses formes des manifestations purement animales : le bélier de Khnoum et d'Amon, l'oie d'Amon, le babouin et l'ibis de Thot, la gazelle d'Anouqis. Le statut de ces animaux est très varié selon qu'ils symbolisent le domaine d'action de la divinité ou qu'ils représentent sa fonction, ou son emblème, ou encore une incarnation divine recevant un culte.

De nombreuses espèces vivant en liberté étaient considérées comme des manifestations de dieux. Le serpent Ikher était une manifestation de Rê lorsqu'il tuait, et une manifestation de Kherybeqef lorsque l'engourdissement de l'hiver atténuait l'effet du venin.

Les dieux hybrides

La très déroutante apparence mi-humaine, mi-animale de nombreuses divinités égyptiennes est le produit d'un compromis entre une pensée anthropomorphique visant à l'abstraction et les apparences des forces naturelles. Ces images sont des combinaisons de signes d'identité ou de fonctions et non pas des figures réelles.

La forme hybride la plus fréquente associe un corps humain et une tête animale. Il est intéressant de noter que les animaux tardifs (cheval, coq) et les animaux préhistoriques (girafe, éléphant, etc.) ne font pas partie du répertoire animalier divin.

La face divine est une marque d'identité soit particulière, soit générale. Certaines sont propres à une seule divinité : la tête de l'oiseau ibis, par exemple, renvoie sans équivoque au dieu Thot. D'autres ont un champ d'application réduit à quelques dieux : le chien pour Anubis ; Oupouaout, l'ouvreur des chemins ; Khentiamenti, celui qui préside à l'Occident. D'autres, enfin, touchent un large éventail de dieux : les divinités à tête léonine, marques des forces de destruction, sont très nombreuses. On a répertorié près de 40 déesses à tête de lionne. Tous les dieux célestes ou agressifs peuvent prendre la forme d'êtres à tête de faucon.

Le serpent est associé aux divinités chthoniennes ou aux forces de croissance de la végétation.

Les êtres monstrueux

Les Égyptiens n'ont pas reculé devant les associations les plus étranges.

Certains dieux sont munis d'une multitude d'yeux. Ces multiplications d'organes divins sont plus des images fonctionnelles exprimant l'étendue des pouvoirs du dieu qu'une description d'un être monstrueux. Les magiciens et le peuple emploient parfois ces images pour les amulettes.

Parfois, seul un détail du visage suffit à évoquer l'aspect animal du dieu : sur les colonnes dites hathoriques, le charmant visage de la déesse est encadré d'oreilles de vache. D'autres formes sont franchement monstrueuses comme les hippopotames à plusieurs têtes de la crypte du temple de Tôd censés représenter la déesse Tjenenet, la parèdre de Montou. Les démons et êtres apotropaïques se jouent des sages apparences des grands dieux.

L'assemblage inverse d'une tête humaine sur un corps animal, moins fréquent, est cependant bien attesté : les sphinx, les oiseaux-ba. Mais ces expressions iconographiques représentent rarement des divinités particulières. Elles sont le signe de l'ingérence des humains, rois ou défunts, dans l'imaginaire et l'accession à un pouvoir qui ne leur est pas naturel.

Dans l'ensemble, le visage est la représentation d'une personnalité, le corps celui d'une faculté. Les figures combinant diverses parties des corps animaux expriment par l'image des associations de fonctions divines. Khonsou l'Ancien de Karnak (corps d'un crocodile momifié avec une tête de faucon) combine le signe du dieu céleste avec le corps de l'être primordial de la théologie locale.




Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 6 Décembre 2018. Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.