Un suspect sur les lieux

Image de Un suspect sur les lieux
Sortant dans le jardin, les agents ont été momentanément aveuglés par les reflets éblouissants de la piscine. Asin avait parlé d'une annexe derrière la résidence principale. Maintenant, les agents ont réussi à en entrevoir un coin à travers les haies, à environ dix-huit mètres au sud-est. En approchant prudemment, ils entendirent les premiers bruits depuis qu'ils étaient entrés dans la propriété : un chien qui aboyait, et une voix masculine qui disait « Ssh, tais-toi ! »


Whisenhunt est allé vers la droite, vers l'arrière de la maison. DeRosa à gauche, vers la façade, suivi de Burbridge. En arrivant au porche couvert, DeRosa réussit à voir que dans le salon, sur un canapé devant la porte d'entrée, il y avait un jeune homme d'environ dix-huit ans. Il portait un pantalon, mais il était torse nu. Il n'avait pas l'air d'être armé, mais cela ne signifiait pas qu’il ne l’était pas.

Criant, "Arrêtez !" DeRosa a ouvert la porte.

Surpris et effrayé, le garçon a vu une arme pointée sur lui et puis, une seconde un peu plus tard, deux autres. Christopher, le grand weimaraner d'Altobelli, a sauté sur Whisenhunt, mordant le canon de son fusil. L'agent ferma son museau dans la porte d'entrée et tint le chien jusqu'à ce que le garçon le rappelle.

Concernant ce qui s'est passé ensuite, les versions sont discordantes.

Le garçon, identifié comme étant William Garretson, le gardien de la maison, déclara plus tard que les agents l'avaient jeté à terre, menotté et traîné par les pieds dans le jardin, le laissant étendu sur le sol.

Voici la déclaration publiée par DeRosa à ce sujet.

QUESTION : « Garretson a-t-il, à un certain moment, trébuché ou tombé sur le sol ? »
RÉPONSE : « Peut-être oui; mais je ne me souviens pas exactement. »
Q. « Quand vous êtes sorti, lui avez-vous ordonné de s’allonger sur la pelouse ? »
R. « Oui, je l'ai sommé de le faire. »
Q. « L'avez-vous forcé à se coucher ? »
R. « Non, il l'a fait seul. »

Garretson n'arrêtait pas de demander: « Que s'est-il passé ? Qu'est-il arrivé ? »
Un agent a répondu : « Maintenant nous allons vous montrer ! » Après l'avoir fait se lever, DeRosa et Burbridge l'ont escorté le long de la voie menant à la résidence principale.

Whisenhunt est plutôt resté là où il était, à la recherche d'armes et de vêtements tachés de sang. Il n'a rien trouvé, mais il a quand même remarqué quelques petits détails. L'un d'eux à l'époque lui semblait si insignifiant qu'il l’a oubliait jusqu'à ce qu'un interrogatoire lui remette à l'esprit. Près du canapé, il y avait une chaîne stéréo. Quand les agents sont entrés dans la pièce, elle était éteinte. Whisenhunt avait noté que le niveau de volume était entre quatre et cinq.

Pendant ce temps, Garretson avait passé devant les deux corps allongés sur la pelouse. A quel point les conditions de la première, celle de la femme, sont-elles terrifiantes ? Le fait que le garçon l'ait identifié par erreur avec Mme Chapman le montre clairement. Et il a identifié l'homme comme le « jeune Polanski ». Mais si, comme l'avaient dit Mme Chapman et Ray Asin, Polanski était en ce moment en Europe, c'était impossible. Ce que les agents ne pouvaient pas savoir, c'est que Garretson pensait que Voytek Frykowski était le jeune frère de Roman Polanski. Quand il s'agissait d'identifier l'homme dans le Rambler, le jeune gardien ne pouvait pas le nommer. À un certain moment, personne ne se souvient précisément quand, Garretson, après que ses droits ont été lus, a été arrêté pour meurtre. Interrogé sur ce qu'il avait fait la veille, il a dit que bien qu'il soit resté debout toute la nuit, écrivant des lettres et écoutant des disques, il n'avait ni vu ni entendu quoi que ce soit. Son alibi hautement improbable, ses réponses « vagues et irréalistes » et ses identifications incertaines ont convaincu les agents que le suspect mentait.

Cinq assassinats, dont quatre probablement à moins de cinquante mètres; et il n'avait rien entendu ?

Accompagnant Garretson dans l'allée, DeRosa vit le mécanisme d'ouverture interne du portail et remarqua qu'il y avait du sang sur le bouton. La conclusion la plus logique était que quelqu'un, probablement le tueur, avait activé l’interrupteur pour sortir, laissant presque certainement ses empreintes digitales.

L'agent DeRosa, qui était chargé de contrôler la scène du crime jusqu'à ce que les enquêteurs du FBI arrivent, a également appuyé sur le bouton pour ouvrir la porte, laissant son empreinte imprimée. Par conséquent, il était impossible d'identifier les empruntes précédentes.

DeRosa a été interrogé plus tard à ce sujet. Voici ses déclarations :
QUESTION : « Pourquoi avez-vous appuyé sur le bouton taché de sang qui actionnait la porte ? »
RÉPONSE : « Sortir par la porte »
Q. « L'as-tu fait intentionnellement ? »
R. « Je devais sortir. »

Il était 9h40. DeRosa a appelé la station en notifiant cinq morts et un suspect en état d'arrestation. Burbridge est resté sur place en attendant l'arrivée des enquêteurs, tandis que DeRosa et Whisenhunt ont emmené Garretson au poste de police de West Los Angeles pour un nouvel interrogatoire. Un autre agent a également accompagné Mme Chapman, qui était dans un tel état de dépression nerveuse qu'elle a dû être emmenée au centre médical de l'UCLA pour sédation.

En réponse à l'appel de DeRosa, quatre détectives de la section West Los Angeles furent envoyés sur les lieux: les lieutenants R. C. Madlock et J. J. Gregoire, et les sergents F. Gravante et T. L. Rogers, qui arrivèrent une heure après. Cependant, avant que tout le monde soit arrivé, les journalistes étaient déjà à la porte.


Lire la suite ...