Les Zandes

Zande, également appelé Azande, Zandé, Azandés, parfois orthographié Asande, désigne un peuple d'Afrique centrale qui parle une langue de la branche de l'Adamawa-Ubangi qui est une des langues de la famille des langues Niger-Congo. S'étendant sur la ligne de partage des eaux entre le Nil et le Congo, ils vivent en partie au Sud-Soudan, en partie en République démocratique du Congo et en partie en République centrafricaine. Les régions qu’ils habitent, savane au nord et forêt tropicale au sud, conviennent principalement à l’agriculture et à la chasse. Les contemporains sont des artisans du fer, de l'argile et du bois. Les Zande comptaient plus de 3,8 millions de tête de pipe à la fin du XXème siècle.

Les Zande sont ethniquement mélangés. Au XVIIIème siècle, un peuple se faisant appeler Ambomu et vivant sur le fleuve Mbomu ont commencé, sous la direction de leur clan Avongara alors au pouvoir, à conquérir de vastes étendues de territoire au sud et à l'est, accablant de nombreux peuples, dont certains ont préservé leur propre langue tandis que d'autres ont été complètement assimilés. Cet amalgame constitue le peuple Zande moderne. Au cours de leurs conquêtes, des descendants du clan royal se forgent des royaumes et les guerres entre ces divers royaumes sont fréquentes.


Les Zande vivaient traditionnellement dans des fermes familiales dispersées. La polygynie est toujours pratiquée chez eux. Dans le passé, beaucoup d'hommes, en particulier les nobles, avaient tellement d'épouses qu'il était difficile pour les hommes plus jeunes de se marier. L'adultère pourrait être lourdement puni. Le mariage est contracté par le don d'environ 20 lances du marié à la famille de la mariée. Les filles étaient mariées très jeunes et parfois fiancées quelques heures après la naissance. Bien que les roturiers ne se marient pas dans leurs propres clans, les nobles épousent souvent des parents, même leurs demi-sœurs paternelles et leurs propres filles. Les clans patrilinéaires sont nombreux mais largement dispersés.

Ces clans sont totémiques et on pense qu'à la mort, le corps-âme, l'une des deux âmes existant dans la religion zande, devient un animal totémique du clan du défunt. La religion zande se concentre également sur le culte des ancêtres.

La sorcellerie chez les Zandes

C’est explicitement l’interaction sociale qui produit provisoirement le « sorcier », sans recourir à un principe généalogique, car la sorcellerie n’est pas un don mais un apprentissage. La plupart du temps, on pense être ensorcelé, quand on se trouve dans des situations de crise ou de malheur. Alors, on cherche le ou les coupable(s) parmi les gens avec lesquels on est en conflit, dont on croit qu’ils nous jalousent, ou auprès de ceux à qui notre malheur pourrait profiter. L’accusé est ainsi souvent quelqu’un de proche ou d’assez proche. Dans ce cas, la sorcellerie au Maroc, correspond à la sorcellerie zandé.

Les accusations de sorcellerie peuvent provoquer des disputes et des ruptures. Ainsi, on rencontre des parents ou des proches qui ont cessé toutes relations depuis plusieurs années, parce que l’un d’eux a accusé l’autre de l’avoir ensorcelé ; d’autres se fâchent pour la même raison, un certain temps, puis reprennent des relations normales et ne se traitent plus de sorciers ; d’autres, enfin, entretiennent des relations normales tout en se suspectant.

L’essentiel de la sorcellerie est donc dans le dispositif social qu’elle permet de penser et non dans la signification de ses recettes.

Elle repose sur un corps de croyances qui fournit un cadre symbolique aux dispositions psychologiques individuelles, donne une forme d’expression aux conflits et propose un modèle d’interprétation des événements de la vie quotidienne.  (Jean-Paul Colleyn, p. 88-89)

Les techniques des sorciers Zandé

Les Zande du Sud-Soudan déposent une pierre dans une fourche pour différer le coucher du soleil.

Parfois, comme dans la tradition chrétienne, on croit que leur pouvoir malveillant provient d’une relation privilégiée avec un esprit pervers avec lequel ils ont un « pacte », ou ils l’exercent par le biais de « familiers » (assistants ou agents) tels que chiens, chats, hyènes, hiboux ou babouins. Dans d'autres cas, on pense que le pouvoir du sorcier est basé sur son propre corps et aucune source externe n'est jugée nécessaire.

Parmi les Zande du Congo et d'autres peuples d'Afrique centrale, la source de cette capacité de travail pervers se trouverait dans l'estomac du sorcier et sa puissance et son rayon d'action augmentent avec l'âge. Il peut être activé simplement en souhaitant qu'une personne tombe malade et constitue donc une sorte de malédiction implicite. Dans le même temps, les Zande croient que les actes pervers peuvent être commis encore plus efficacement par la manipulation de sorts et de potions et par le recours à une puissante magie.

Dans la terminologie anthropologique, il s’agit techniquement de « sorcellerie » et donc, comme les « sorcières » de la pièce de Shakespeare, Macbeth, qui dansent autour d’un pot mélangeant des potions et des sorts, les praticiens de la sorcellerie Zande peuvent être appelés « sorciers ».

Une démarche inconsciente

Dans beaucoup de cultures africaines, on pense que les sorciers agissent inconsciemment; inconscients du mal qu’ils causent, ils sont poussés par des pulsions irrépressibles d’agir de manière malveillante. Il est donc facile pour ceux qui sont accusés de sorcellerie, mais qui ne sont pas conscients de souhaiter un maux, de supposer qu’ils ont inconsciemment fait ce qui leur est attribué. Ceci, avec les effets de suggestion et la torture, dans un monde où les gens prennent la réalité de la sorcellerie pour acquise, va beaucoup pour expliquer les aveux de culpabilité frappants qui sont si largement rapportés en Afrique et ailleurs et qui sont autrement difficiles à comprendre. Il convient toutefois de noter que si les sorciers pensent être des agents inconscients, ce n'est généralement pas l'avis de ceux qui se sentent victimes de ces actes.

Quelle que soit la base de leur pouvoir et le moyen par lequel il est exercé, on attribue régulièrement aux sorciers la cause de toutes sortes de maladies et de catastrophes. La maladie, et même la mort, ainsi qu'une foule de petits malheurs, sont systématiquement portés à leur compte. Dans de nombreuses régions d’Afrique et Asie, épidémies et catastrophes naturelles ont été interprétées comme des actes de sorcellerie. Pour certains candidats malheureux dans de nombreux pays moins développés, la même influence maligne est invoquée pour expliquer (au moins en partie) l’échec aux examens, aux élections ou aux difficultés pour trouver un emploi. Les membres de certaines sectes afro-brésiliennes, par exemple, estiment que la perte d'emploi est due non à la conjoncture économique ou à de piètres performances, mais à la sorcellerie, et ils participent à un rituel, la « consultation », pour lutter contre le mal.

La sorcellerie s'applique lorsque la rationalité échoue

Cependant, à l'instar de leurs homologues européens anciens et des premiers temps modernes, les Africains et les Asiatiques modernes qui croient fermement en la réalité de la sorcellerie ne manquent pas du pouvoir du raisonnement rationnel. Supposer que ces solutions sont incompatibles est une erreur courante. En réalité, les explications pragmatiques et mystiques des événements existent généralement en parallèle ou en combinaison, mais fonctionnent dans des contextes et à des niveaux différents. Par exemple, des recherches anthropologiques ont démontré que les agriculteurs africains qui croient aux sorciers ne s'attendent pas à ce que la sorcellerie rende compte de leurs défaillances techniques évidentes. Si la maison s'effondre parce qu'elle est mal construite, aucun sorcier n'est nécessaire pour expliquer cela. Si un bateau coule parce qu’il a un trou dans le fond ou qu'une voiture tombe en panne parce que sa batterie est morte, la sorcellerie n’est pas responsable. La sorcellerie entre en scène lorsque la connaissance rationnelle échoue. Elle explique les maladies dont les causes sont inconnues, le mystère de la mort et, plus généralement, des malheurs étranges et inexplicables.

Il n’y a donc aucune incohérence dans les actions du malade africain qui consulte à la fois un médecin et un sorcier. Le premier traite les symptômes externes, tandis que le second dévoile les causes cachées. Tout comme l’Africain malade prend les mesures préventives prescrites par le médecin, il peut également prendre des mesures contre le surnaturel. Pour se protéger contre la sorcellerie, par exemple, le patient peut porter des amulettes, prendre des « médicaments » ou effectuer des bains particuliers, ou encore pratiquer la divination.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : La conspiration de Satan



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.

Dernières Publications

  • Les rois Toltèques
  •  
  • Les Mâcheurs
  •  
  • La vaccination
  •  
  • La direction de la prière
  •  
  • Sorcellerie et tissus social
  •  
  • Les Zandes
  •  

  • Pentagramme en feu

    Sujets sélectionnés pour vous

    Dramatic vous aime bien et a fait l'effort de sélectionner quelques articles qui pourraient également vous intéresser.

    Histoire de la sorcellerie en Afrique

    La sorcellerie est-elle née en Afrique ? Quelles sont les spécificités des pratiques magiques africaines ?


    Le culte des morts en Afrique

    L'Afrique noire entretient le culte des ancêtres. Les revenants sont appelés Egungun. Il existe des cérémonies en leur honneur


    Les yorubas

    Le peuple Yoruba a donné naissance ou influence la plupart des syncrétismes afro-américains. Examinons un peu cette religion venue d'Afrique.



    Pentagramme en feu

    Pour en savoir plus


    Qui sommes nous ?
    Un peu d'histoire sur l'origine de ce site

    Des articles de qualité
    Découvrez quelques-uns des articles les plus complets publiés ici

    Questions fréquentes (FAQ)
    Quelles sont les missions de ce site ?

    Charte d'utilisation
    C'est là que vous trouverez aussi les bannières pour faire un lien

    Pentagramme en feu

    Un article au hasard à découvrir


    Découvrez cet article sans plus attendre pour étendre vos connaissances sur le sujet en cliquant sur le lien.

    Pentagramme en feu

    Navigation sur le site