La Wicca celtique et Dame Nature

Rituel Wicca traditionnel

Rituel de Wicca celtique traditionnel
La sorcellerie et la Wicca constituent une religion et un système magique à part entière. Elle sont aussi un mode de vie qui est caractérisé par la contemplation de tout ce qui vous entoure. Le mot Wicca vient du vieil anglo-saxon et signifie « sage ». À ses origines, le mot qui signifiait sorcière était Wicca, et celui pour dire sorcier était Wicce. De nos jours, cependant, le mot commun pour les deux sexes est Wicca. Le mot « warlock », qui signifie aussi sorcier, est juste le terme utilisé en Écosse et n'est pas utilisé dans la Wicca.

Les sorciers et les sorcières sont des personnes à la recherche de pouvoirs et de connaissances cachés et qui, en général, ne s'adaptent pas trop à ce que la société appelle des moules « acceptables ». Ils ont du mal à s’insérer dans la société et le « système ». Plus d'une personne qui a fait l'erreur d'ennuyer un authentique sorcier devra tôt ou tard subir une longue période de malchance.

 

Le dieu cornu

Les aspects masculins et féminins de la Nature ont été personnifiés par les Celtes dans le Dieu Cornu et la Déesse de la Lune Blanche, respectivement. Elle et son mari, le dieu cornu, sont les plus anciennes divinités connues du monde occidental. Telle est l'idée de base des sorciers et des sorcières, bien que certains prétendent, comme les Celtes, différents aspects de chacune de ces deux divinités principales. Ceux qui pratiquent la Wicca croient par exemple que tous les dieux ne sont qu'un, que toutes les déesses ne sont qu'une et que les deux sont unies.

Les adeptes païens de la Wicca Celtique croient tous deux en un autre monde composé d'esprits humains et élémentaires. Les adeptes de la Wicca croient que les puissants sorciers et sorcières du passé peuvent encore, de nos jours, aider ceux qui pratiquent leur magie. Les Celtes croyaient que c'étaient les ancêtres morts qui faisaient de même. La plupart des groupes confessionnels païens croient en la réincarnation et au destin du karma.

Le plan astral

Le magicien cérémoniel et le magicien wiccan partagent la croyance dans le plan astral. Ce plan d'un autre monde est formé par un type différent d'énergie qui vibre avec une plus grande intensité que celle du monde physique. Simultanément, le plan astral et ce monde entourent et s'interpénètrent les uns les autres. Le plan astral se montre très sensible aux idées et aux émotions. Résidant dans certaines parties de ce plan, les âmes des esprits de la nature, les animaux et les êtres humains sont créés par des pensées de projection puissantes.

Le corps humain astral, qui survit à la mort, consiste en notre fonctionnement dans le monde astral. Tout en vivant dans ce monde, les humains peuvent voyager dans le plan astral pendant le sommeil ou par des méthodes délibérées pour quitter le corps. C'est la réalité qui se cache derrière les histoires de sorcières volantes.

Les niveaux supérieurs du plan astral contiennent l’émanation des plus hautes âmes des défunts, tandis que les niveaux inférieurs sont habités par les ténèbres spirituelles et les âmes inférieures.

Les adeptes de la Wicca et de nombreux magiciens choisissent un nom secret pour eux-mêmes, un nom qu'ils utilisent seulement pendant les rituels. L'utilisation de ce nom magique les aide à séparer leurs esprits du monde quotidien et les prépare à des actes d'ordre supérieur. Cela fait partie de la croyance en soi que vous êtes des personnes complètement différentes et capables d'accomplir des actes paranormaux à l'intérieur du cercle que vous avez dessiné.

Les fêtes et cérémonies wicca

Les réunions des adeptes de la Wicca ont lieu tous les mois à la Pleine Lune ou à proximité de cette date. La pleine lune constitue le sommet des forces psychiques. Il y a huit festivals tout au long de l'année, appelés Sabbats, dont les quatre plus importants reçoivent les noms d'Imbolc (chandeleur), Beltane (Walpurgis), Lunasa (Lammas) et Samhain (Halloween). Les quatre autres – ceux de moindre importance – sont constitués des équinoxes et des solstices.

Pendant les équinoxes, le flux d'énergie est puissant et particulièrement favorable pour réaliser des enchantements pour la maturation et la croissance d'une pensée ou d'une idée. Les marées des solstices sont plus calmes, plus propices à un temps de louanges et de regroupement des énergies. Les quatre autres festivals, ou Quatre Sabbats, diffusent des courants d'énergie tous les trimestres de l'année.

Les forces de l’univers

Les magiciens et adeptes de la Wicca savent que ce qui semble être des formes opposées de matière, de forme, d'énergie et de force ne s'opposent en aucune façon et ne sont que des manifestations différentes de l'un ou de l'autre. Même les Celtes pensaient comme ça.

Les païens celtiques et les wiccans croient que ce monde n'est qu'une partie de la réalité et que la divinité est à la fois masculine et féminine. Ils prétendent que les humains ont plus de cinq sens et que nous pouvons être entraînés à connaître d'autres mondes. Le concept de la force créatrice ultime – ou le Dieu qui se cache derrière les dieux – constitue la force de vie inexplicable de l'univers. Le Panthéon des dieux et des déesses qui régissent les différentes parties de la Nature et qui contribuent à l'évolution de l'Univers ne sont que des aspects différents de cette énergie vitale.

La réincarnation

Ils disent qu'il est plus logique de croire en la réincarnation que dans la disparition après la mort parce que, comme le dit la science moderne, rien dans cet univers n'est détruit; ça change seulement la forme. Le karma, si profondément lié à la réincarnation, signifie simplement que toutes les actions provoquent des réactions égales; ce n'est pas nécessairement une punition.

Les religions celtiques et wiccanes enseignent que, entre une réincarnation et une autre, l'âme repose dans la Terre des Fées, un paradis perdu que les Celtes appellent Tir-Nan-Og ou Terre des Jeunes. L'explication que les Celtes donnent de cette terre post-mortelle coexiste avec la nôtre que l'on identifie au plan astral. On pourrait la comparer au Valhalla de la mythologie nordique et à ses elfes.

Les rituels wicca

Rituel Wicca
Cliquez pour agrandir
L'une des formes les plus naturelles et les plus puissantes du cercle magique consiste en ce que les fées font avec des champignons ou avec de l'herbe de couleur foncée, à condition, bien sûr, que vous soyez en bons termes avec les « petites gens ». Si vous ne l'êtes pas, il est préférable que vous quittiez leur lieu sacré.

Certains gestes et postures dans le cercle de Wicca ont des significations cachées très précises. Par exemple, quand la prêtresse se tient debout, les bras croisés sur la poitrine, elle représente le Dieu de la Mort et l'Au-delà. Quand elle se tient les pieds écartés et les bras tendus, elle symbolise la Déesse de la Vie et la renaissance.

Le livre des ombres de la Wicca – ou « livre de cuisine », comme l'appelle un ami – se compose d'un livre dans lequel les sorciers et les sorcières écrivent des rituels, des invocations et des incantations. Son nom vient du fait que tout ce qu'il contient n'est que l'ombre de la réalité de l'Autre Monde.

Une bonne façon de générer de l'énergie est de danser autour du cercle. La personne qui dirige le rituel doit être consciente de cette création d'énergie et doit la diriger vers un but précis au moment approprié. Cette forme de danse peut conduire à une légère hypnose et à un état d'extase ou de transe. La danse en spirale tourne du centre du cercle magique pour en sortir un peu plus loin après plusieurs tours complets. Elle symbolise l'entrée dans les mystères de l'Autre Monde. Les anciens bardes l'appelaient le lieu du Chaudron d'Inspiration, et les héros celtiques, le Château Spiral. L'entrée spirituelle dans ce château est symbolisée par la danse en spirale.

La Triple Déesse

La Triple Déesse – ou ses trois aspects – était bien connue des Celtes et est encore utilisée dans celle présentée par Anu ou Danu, la Jeune Fille; Badb, la mère, et Macha, la harpie. En revanche, pour les Celtes gallois, la jeune fille était Blodeuwedd; la Mère, Arianrhod et la Harpie, Cerridwen. Nous trouvons aussi dans la légende arthurienne ce trio : Elaine, la jeune fille; Morgausa, la mère, et Morgana, la harpie.

La jeune fille est essentielle pour la continuation de toute vie. Sa couleur est blanche, indicateur d'innocence et de nouveauté. C'est le printemps, l'aube, la jeunesse et la vigueur éternelle, le charme et la séduction, le croissant de lune.

La Mère est la maturité de la féminité, le pot bouillant de Badb, la richesse de la vie. Sa couleur est rouge, la couleur du sang et la force de vie. La Mère est l'été, le jour, la force, l'enseignante, la Pleine Lune.

La harpie ou la mère noire, aussi appelée la sorcière, bien que dans le pire sens, a le noir comme couleur; couleur de l'obscurité dans laquelle la vie repose avant de renaître. Cet aspect de la Déesse est donné par l'hiver, la nuit, la sagesse, le conseil, le portail vers la mort et la réincarnation, la lune décroissante.

Le calendrier Celte

Les années lunaires païennes des Celtes étaient basées sur treize mois qui ont reçu les noms d'arbres et de plantes. Selon la loi irlandaise de Brehon, ces arbres correspondaient à des lettres de l'alphabet Ogham et étaient divisés en trois catégories : les chefs, les paysans et les arbustes. Ces graduations reposaient à leur tour sur l'importance symbolique que chacun avait pour les druides.

La nouvelle année celtique commence le 1er novembre, après Samhain. Ce mois reçut le nom de Beith ou de Bouleau. Il est suivi de Luis ou Sorbier, pour décembre; Fearn ou Aulne, pour janvier; Saille ou Saule, pour février; Nuin ou Frêne, pour mars; Huathe ou Aubépine, pour avril; Duir ou Chêne, pour mai; Tinne ou Houx, pour juin; Coll ou Noisetier, pour juillet; Muin ou Vigne, pour août; Gort ou Lierre, pour septembre, et Ngetal ou Roseau, pour octobre. Le treizième mois était Ruis (Sureau) et consistait en une courte période de temps pour compléter l'année.

La célébration des équinoxes et celle des solstices se déroulent tous les deux un jour où le soleil devient différent. Ces signes sont détaillés dans les calendriers astrologiques et sont différents chaque année. Les six jours saints païens restants sont célébrés par de nombreuses personnes certains jours, bien qu'il y ait deux façons de déterminer quels sont ces jours : la première en fixant des dates précises ; la seconde, sur la pleine lune qui est la plus proche.

Le monde païen de l'Antiquité comptait les nuits au lieu des jours, et toutes ses fêtes avaient lieu la veille ou la nuit précédente. La journée commençait avec le coucher du soleil.


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Magie blanche et wiccanisme



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.