Les influences et les différences par rapport au vaudou d'Haïti

Alors que le Voodoo de la Nouvelle-Orléans est largement influencée par le Vaudou de la religion d'Haïti, ce n'est pas la même chose.

Le Voodoo de la Nouvelle-Orléans, également connu sous le nom de Voodoo Créole ou de Vaudou de la Louisiane, provient des religions ancestrales de la diaspora africaine. Il est l'une des nombreuses incarnations des religions basées en Afrique enracinées dans la tradition ouest-africaine du Vodun du Dahomey et les traditions d'Afrique centrale retrouvées dans vaudou haïtien. Il est devenu syncrétique avec la religion catholique à la suite des migrations massives forcées et de la traite des esclaves.


Un peu d'histoire de l'esclavage

Esclave enchainé
Le Voodoo a été importé en Louisiane française au cours de la période coloniale par les travailleurs et des esclaves en provenance d'Afrique de l'Ouest. De 1719 à 1731, la majorité des captifs africains déportés comme esclaves à la Louisiane étaient originaires du peuple Fon de ce qui est maintenant le Bénin. D'autres groupes tels que les Bambara, Mandinga, Wolof, Ewe, Foulbé, Nard, Minajjhhhjjii, Yoruba (Nago), Chamba, Congo, Ibo, Ado, Hausa et Sango (Hall) ont également apporté leurs pratiques culturelles, leur langue et leurs croyances religieuses enracinées dans l'esprit et le culte des ancêtres. Tous ces groupes ethniques sont responsables du développement du Voodoo de la Louisiane. Leur connaissance en herboristerie, en poisons, et la création rituelle de charmes et d'amulettes destinés à se protéger ou de nuire à autrui sont devenus des éléments clés du vaudou de la Louisiane. Beaucoup ont aussi été des Fon pris comme esclaves à la colonie française de Saint-Domingue dans la mer des Caraïbes. Le Voodoo de la Louisiane existe depuis le début des années 1700.

La communauté des esclaves a rapidement mis en infériorité numérique les colons blancs. La colonie française n'était pas une société stable lorsque les esclaves africains sont arrivés, et c'est ainsi que les Africains nouvellement arrivés ont dominé la communauté des esclaves. Selon un recensement de 1731-1732, le ratio des esclaves africains par rapport aux colons européens était de plus de deux contre un. Comme un nombre relativement restreint de colons étaient planteurs et propriétaires d'esclaves, les Africains étaient parqués dans de grands groupes, ce qui leur a permis la préservation des pratiques et de la culture africaine. Contrairement à d'autres états se trouvant plus au nord, où les familles d'esclaves étaient souvent divisées entre les différentes plantations, dans le sud de la Louisiane les familles, les cultures et les langues ont été maintenus plus intact. En vertu du code français et de l'influence du catholicisme, la vente d'enfants esclaves loin de leur famille est interdite s'ils ont moins de quatorze ans.

Le syncrétisme avec le catholicisme

Les propriétaires d'esclaves interdisaient aux Africains de pratiquer le Vodou sous peine de mort et, dans les zones contrôlées par les catholiques, ont forcé beaucoup d'entre eux à se convertir au catholicisme. Le résultat a été une créolisation des noms et des aspects des esprits vaudou avec ceux des saints chrétiens qui ressemblent le plus étroitement à leurs domaines d'expertise ou de puissance. Sous le couvert du catholicisme, le vaudou a survécu en tant que religion.

La mortalité élevée due à la traite des esclaves a fit naitre chez les survivants un sentiment de solidarité et d'initiation. L'absence de fragmentation dans la communauté esclave, ainsi que le système de parenté produit par le lien créé par les difficultés de l'esclavage, a donné lieu à une « communauté fonctionnelle cohérente, bien intégrée, autonome et confiante en l'esclavage. »

Quelques caractéristiques du Voodoo de la Nouvelle-Orléans

Sachet gris-gris
Un sachet gris-gris
Le Voodoo de la Nouvelle-Orléans est connu pour plusieurs caractéristiques uniques, telles que des poupées vaudou, les gris gris, les reines Voodoo et les zombies.

La pratique consistant à faire et à porter des talismans et des amulettes pour la protection, la guérison, ou pour causer le mal aux autres était un aspect clé au début du Voodoo de la Louisiane. Le Ouanga, un charme utilisé pour empoisonner un ennemi, contenait les racines toxiques du Figuier maudit. Il s'agit d'un arbre apporté d'Afrique et préservé en Louisiane. La racine était combinée avec d'autres éléments, tels que les os, les ongles, les racines, l'eau bénite, des bougies saintes, des encens d'église, du pain bénit, ou des calvaires. L'administrateur du rituel évoquait fréquemment la protection de Dieu et de Jésus. Cette ouverture de la croyance africaine a permis l'adoption de pratiques catholiques dans le Voodoo de la Louisiane.

Le Voodoo de la Nouvelle-Orléans se distingue des autres formes de Vaudou en raison de plusieurs autres caractéristiques uniques. Par exemple, à la Nouvelle-Orléans, le Voodoo a évolué pour embrasser les aspects du spiritisme au XIXe siècle. La religion « spiritual » de la Nouvelle-Orléans est un mélange de spiritisme, de Voodoo, de catholicisme et de pentecôtisme. C'est un cas unique parmi les religions afro-américaines « spirituelles » dans son utilisation de « guides spirituels » dans les services de culte et dans les formes de possession rituelles que ses adeptes pratiquent. Le vaudou a influencé les « Eglises spirituelles » qui survivent dans la Nouvelle-Orléans et sont le résultat d'un mélange de celui-ci avec d'autres pratiques spirituelles.

Une autre composante du Voodoo de la Louisiane, elle aussi importée d'Afrique de l'Ouest, est la vénération des ancêtres et l'accent mis sur le respect des aînés. Pour cette raison, le taux de survie chez les populations asservies âgées était plus élevé dans la zone du créole de la Louisiane.
 

Lire la suite ...