Sorcellerie et tissus social

Les Navajos se protègent contre les sorciers avec un « médicament curatif » ou avec des peintures de sable. Si les mesures préventives s'avèrent inefficaces pour les Navajo, alors la confession d'une sorcière est censée guérir la magie perverse, et la torture est parfois utilisée pour extraire cette confession. En outre, à l'instar des Occidentaux anciens et modernes, les peuples de l'Afrique moderne et d'autres parties du monde qui considèrent la sorcellerie comme allant de soi, croient généralement aussi en d'autres sources de pouvoir surnaturel, par exemple les divinités et les esprits.

Il n’y a aucune incohérence dans les actions du malade qui consulte à la fois un médecin et un sorcier. Le premier traite les symptômes externes, tandis que le second dévoile les causes cachées. La sorcellerie entre en scène lorsque la connaissance rationnelle échoue.


Ainsi, la sorcellerie explique le problème posé lorsque l’on cherche à comprendre pourquoi le malheur se produit à quelqu'un plutôt qu'à un autre. Cela donne un sens aux inégalités de la vie : le fait que les récoltes ou les troupeaux d’une personne échouent tandis que les autres prospèrent.

De même, la sorcellerie peut être invoquée pour expliquer le succès des autres. Dans ce scénario de « bien limité » – où il existe implicitement un stock fixe de ressources et où la vie est généralement précaire, avec peu de surplus à distribuer en cas de besoin –, ceux qui réussissent de manière trop flagrante sont supposés le faire aux dépens des autres moins chanceux. Par conséquent, le « sorcier » est généralement une personne qui veut égoïstement plus que ce qu’elle mérite ostensiblement, dont les aspirations et les désirs sont jugés excessifs et illégitimes.

La frontière entre le bien et le mal

Il existe une frontière étroite et ambiguë entre le bien et le mal. Parmi certains peuples africains, la « sorcellerie » n'est intrinsèquement ni moralement bonne ni mauvaise et, parmi d'autres, les activités surnaturelles des « sorciers » sont, selon leurs effets perçus, divisées en une bonne sorcellerie, ou une sorcellerie protectrice, et une sorcellerie destructrice. Les dirigeants africains traditionnels et modernes s’entourent parfois de « sorciers » protecteurs et sont eux-mêmes supposés être dotés d’un pouvoir surnaturel. C'est le charisme positif dont la sorcellerie est la contrepartie négative. Au cours de la période coloniale, ces idées ont été étendues aux Européens qui, au Congo belge et en Afrique centrale britannique au moment de l’indépendance, étaient craints comme des sorciers cannibales. C'était quelque peu ironique puisque les régimes coloniaux, contrairement à leurs prédécesseurs missionnaires, ne croyaient pas en la sorcellerie et rendaient illégales les accusations de sorcellerie dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne, qui ont été en grande partie renversées par leurs régimes successeurs.

Cette ambiguïté entre le bien et le mal se retrouve également chez les Mapuche, un peuple autochtone du Chili. Ils croient que les jeunes femmes pratiquent la sorcellerie et que les femmes âgées deviennent de puissantes sorcières qui utilisent le « mauvais médicament » pour arriver à leurs fins. Elles sont alignées sur les forces perverses et les utilisent pour nuire ou gagner un avantage sur les autres. Leur formation et leur utilisation des plantes et des animaux dans leur médecine est semblable à celle des chamanes qui utilisent la « bonne médecine » et d’autres magies contre les forces du mal.

Les distinctions entre le bon et le mauvais pouvoir surnaturel sont relatives et dépendent de la manière dont la légitimité morale est jugée. Cela devient clair lorsque le pouvoir spirituel invoqué est étudié de plus près.

Sorcellerie et religion

Dans un certain nombre de cas africains révélateurs, le mot qui désigne l’essence de la sorcellerie (par exemple, tsau parmi les peuples de l’Afrique de l’Ouest, Tiv et Itonga parmi les Africains de l'Est Safwa), l'incarnation de l'activité antisociale illégitime, décrit également la colère légitime de l'autorité établie, employée pour maudire les malfaiteurs.

Cette ambivalence essentielle est particulièrement évidente dans le vaudou haïtien, où il y a une distinction nette entre les pouvoirs magiques maléfiques fabriqués par l'homme, liés à des zombis (êtres identifiés comme familiers des sorciers dans les croyances de certaines cultures africaines), et des esprits bienveillants invisibles identifiés aux saints catholiques. Cette antithèse entre sorcellerie et religion est toutefois toujours problématique : après la mort, les esprits malveillants ou les pouvoirs qu'un ancêtre a utilisés pour son bénéfice personnel sont acquis aux esprits protecteurs de ses descendants ( lwas). La magie est ainsi devenue une religion (l'inverse du processus plus familier dans lequel les religions démodées sont stigmatisées par leurs successeurs comme par magie).

Donc, tout dépend de l'évaluation morale faite par la communauté des victimes du malheur : ont-elles reçu leur juste châtiment ou leur sort est-il injustifié ? La sorcellerie n'est impliquée que dans ce dernier cas, où elle fournit une philosophie morale du malheur non mérité. Ceci est particulièrement important dans les religions dépourvues des concepts de paradis et d'enfer. Là où on ne peut pas se réfugier dans la conviction rassurante que les injustices de la vie seront corrigées dans l'au-delà, la sorcellerie constitue en effet un moyen de se soustraire à toute responsabilité et de faire face à un destin injuste. Selon ces religions « instantanées », les justes devraient prospérer et les injustes devraient subir les conséquences de leurs actes pervers ici sur terre.

Les accusations de sorcellerie sont courantes

La psychodynamique est également révélatrice. Ceux qui interprètent leurs malheurs en termes de sorcellerie auront souvent recours à des moyens similaires pour découvrir la source de leurs malheurs, souvent imputée à la malice et à la jalousie de leurs ennemis. En Afrique et ailleurs, la personne ensorcelée demande l'aide d'un devin pour établir la personne perverse responsable. Le devin, souvent en transe, utilise un certain nombre de techniques différentes pour découvrir le sorcier, notamment lancer des dés ou ouvrir une Bible ou un Coran au hasard. Une autre forme de la divination consiste à administrer du poison à un poulet et à mentionner le nom d'un sorcier présumé. Si le poulet meurt, alors le suspect est le sorcier.

Quel que soit le processus, le résultat est toujours le même, la « victime » envoûtée trouve la source de ses malheurs parmi ses rivaux, généralement ses voisins, ses collègues de travail ou d'autres concurrents. Les accusations suivent souvent les lignes de conflit et d'incompatibilité communautaires. Au Chili, par exemple, les tensions entre des paysans mapuches et des paysans chiliens voisins accusent les Chiliens d'avoir recours à la sorcellerie pour tromper les Mapuches et, inversement, que les Mapuches s'en servent pour nuire aux cultures ou au bétail des Chiliens. Parmi les Navajo, la concurrence sur les pâturages et les droits d'utilisation de l'eau ou entre amants jaloux sont à l'origine d'accusations de sorcellerie. Dans certaines sociétés polygames en Afrique, ces accusations sont particulièrement répandues entre coépouses concurrentes, mais elles ne visent pas toujours les femmes. En fin de compte, le succès des accusations a pour effet de remettre en question ou de rompre une relation intenable.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : La conspiration de Satan



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.

Dernières Publications

  • Les rois Toltèques
  •  
  • Les Mâcheurs
  •  
  • La vaccination
  •  
  • La direction de la prière
  •  
  • Sorcellerie et tissus social
  •  
  • Les Zandes
  •  

  • Pentagramme en feu

    Sujets sélectionnés pour vous

    Dramatic vous aime bien et a fait l'effort de sélectionner quelques articles qui pourraient également vous intéresser.

    Renaissance des Brujas

    Longtemps stigmatisées par l’Église catholique, les formes autochtones de spiritualité et de sorcellerie connaissent une renaissance


    Définition du Kindoki et de la Brujeria

    Kindoki est le nom donné au Congo à la sorcellerie. Mais elle est présente dans toute l'Afrique et au delà sous différents noms.



    Pentagramme en feu

    Pour en savoir plus


    Qui sommes nous ?
    Un peu d'histoire sur l'origine de ce site

    Des articles de qualité
    Découvrez quelques-uns des articles les plus complets publiés ici

    Questions fréquentes (FAQ)
    Quelles sont les missions de ce site ?

    Charte d'utilisation
    C'est là que vous trouverez aussi les bannières pour faire un lien

    Pentagramme en feu

    Un article au hasard à découvrir


    Découvrez cet article sans plus attendre pour étendre vos connaissances sur le sujet en cliquant sur le lien.

    Pentagramme en feu

    Navigation sur le site