Définition du Kindoki et de la Brujeria

Sorcellerie africaine
Très peu de choses ont été écrites au sujet de l'authentique sorcellerie africaine car l'essence de la vraie sorcellerie ne peut pas être codifiée ou transmise de manière totalement rationnelle, et encore moins par écrit. La sorcellerie – ou brujeria, comme on l'appelle au Mexique – telle qu'elle est comprise par les cultures africaines et latino-américaines à travers le monde, n'est pas synonyme de religion ou de mysticisme au sens conventionnel.

La sorcellerie est généralement considérée comme faisant partie de la vie et de l'existence quotidienne pour des millions de personnes sur la planète. Il s'agit d'une sorcellerie de la nature, comme la Wicca. La vraie sorcellerie africaine n'a pourtant que très peu de rapport avec la Wicca qui est une religion moderne. La Wicca est une manifestation très récente basée presque entièrement sur des idéologies païennes et chrétiennes reconstituées, et filtrée par des attentes modernes de ce que devrait être une religion fondée sur la nature.

 

L'expression de la magie pure

La sorcellerie dont nous parlons ici est cette pure expression magique connue depuis la nuit des temps et qui est restée relativement inchangée à travers les âges. C'est une essence insaisissable et elle dégage une sensation étrange qui lui est propre. Ceux d'entre vous qui comprennent cette déclaration ont déjà une compréhension inexprimée du crépuscule, de l'énergie du rêve de la vraie sorcellerie. La sorcellerie dont on parle ici est restée relativement inchangée dans de nombreuses parties du monde, et elle sera sans doute un peu difficile à saisir pour beaucoup d'occidentaux qui n'en comprennent pas les valeurs au premier abord.

La sorcière africaine et le sorcier africain sont considérés comme des individus qui vivent en dehors de la norme sociétale, et la sorcellerie dans laquelle on s'engage est considérée bien souvent comme synonyme d'activité criminelle. Kindoki est le terme utilisé pour la désigner. Elle est comparable à la brujeria mexicaine. C'est à la fois une sorte de magie nécromancienne qui prend ses sources en Afrique, ainsi qu'une puissance naturelle produite par un individu donné. C'était autrefois également vrai pour la sorcellerie européenne, il y a des centaines d'années.

Kindoki est semblable au mauvais œil et au palo

On dit que Kindoki est presque équivalent au mauvais œil, comme on le conçoit comme le pouvoir de maudire involontairement ceux que l'on trouve désagréables ou avec qui on est en désaccord. Dans la plupart des cas, le résultat de ce genre de sorcellerie presque accidentelle se matérialise par un fléau général de malchance pour la victime imprudente. Le mauvais œil est très prisé dans les pays du Maghreb.

On dit parfois que certains enfants particuliers sont la source de cette puissance étrange, et il y a eu des cas où des villages entiers ont dû être nettoyés rituellement afin de remédier aux problèmes provoqués par ces puissantes jeunes créatures.

Voir notre article sur les enfants sorciers du Congo.

Dans le royaume de Kindoki, on trouvera certaines caractéristiques qui ressemblent à celles d'autres religions qui ont pris naissance en Afrique. Cela est particulièrement vrai pour le Palo, mais le Palo Mayombe ou le Palo Monte sont des religions qui ont pris naissance au Congo africain avec une forte tradition ancestrale et un processus rituel et cérémoniel très particulier. Alors que Kindoki emploie bien des éléments du Palo, il ne lui est relié qu'à un niveau très superficiel.

Kindoki est plus proche de la Brujeria

Les traditions variées et apparentées du Palo sont basées sur le culte des ancêtres qui ont été spirituellement transformés en raison d'une relation spéciale qu'ils entretiennent avec certaines divinités élémentaires. Ces religions sont enracinées dans le rituel et la cérémonie qui ont été transmis par les anciens d'une famille ou d'une maison spirituelle de génération en génération de pratiquants du Palo. Le Kindoki ressemble au Palo en ce sens qu'il emploie des esprits revigorés des morts, des chaudrons spirituels et beaucoup des composants matériels que l'on verra utilisés par les Paleros et les Paleras.

Mais Kindoki est vraiment plus lié à ce qui est connu sous le nom de Brujeria latino-américaine ou mexicaine. La Brujeria est simplement de la sorcellerie, et c'est ce genre de sorcellerie qui est dépourvue de dogme religieux et de tout système codifié de moralité. Brujeria et Kindoki peuvent être employés par n'importe quel sorcier pour n'importe quelle raison. Le but est basé sur le besoin personnel et le désir plutôt que sur un système altruiste et abstrait de morale. Dans la sorcellerie et la brujeria basées en Afrique, un sorcier est un sorcier et ils sont à la fois craints et vénérés pour le pouvoir qu'ils détiennent.

Le pouvoir des sorciers africains

Par le passé et les lointaines traditions il était bien plus préférable de craindre les sorciers qu'à présent. Et la nature déjà superstitieuse des gens qui les entouraient régulièrement ne faisait qu'augmenter leur pouvoir. Le sorcier possède déjà un pouvoir inné tiré de sa connexion intime avec la terre et les esprits avec lesquels il a formé des relations, mais ce pouvoir est vraiment magnifié par la conscience et l'attention de ceux qui lui rendent hommage.

La Brujeria et le Kindoki emploient des esprits pour travailler la sorcellerie, mais le Kindoki et le Palo comptent davantage sur la vitesse et l'efficacité des esprits des morts, tandis que la Brujeria tend à mettre l'accent sur le travail avec des entités élémentaires et démoniaques.

Les mulombe sont les esprits des morts

Un mulombe, c'est-à-dire un esprit des morts, peut effectuer des actes de sorcellerie pour son propriétaire ou apporter le malheur à n'importe qui selon ce que son propriétaire désire. Si le propriétaire veut attaquer un individu, le mulombe peut être envoyé dans le corps de la victime. L'ombre (corps fantôme) de la victime d'un mulombe est dévorée / vampirisée, tuant la victime et une partie de l'énergie est transformée en un autre mulombe pour servir son propriétaire. C'est ainsi que les mulombe se multiplient. Bien sûr, c'est de la magie noire, mais c'est un exemple de sorcellerie africaine. La sorcellerie africaine n'a pas besoin d'être aussi sombre mais en Afrique c'est souvent le cas, donc elle est très impopulaire.

Ou bien un sorcier peut choisir de souligner ce qu'il souhaite en fonction de ses besoins. Une fois de plus, le dogme religieux et les règles archaïques ne sont pas importants dans la sorcellerie, car la véritable énergie magique est dérivée du processus créatif du sorcier lui-même et de sa connexion avec les forces avec lesquelles il a développé des relations.

Des emprunts à d'autres systèmes magiques ou religieux

Brujeria et Kindoki sont tout à fait compatibles dans la mesure où ils se mélangent librement avec les éléments magiques de nombreux systèmes et structures de croyances. Une Bruja ou un Brujo utilisent souvent les pouvoirs de certains saints aux côtés de forces plus sombres en toute impunité. La sorcière ne voit pas les choses strictement en termes de bien et de mal, alors que le prêtre est dévoué à l'idée d'extirper le mal et de séparer ce qui est sain de ce qui est réputé ne pas l'être.

Les sorcières ont tendance à ne voir que le pouvoir dans le monde, et les outils de leur commerce magique comme de simples accessoires utilisés pour canaliser ce pouvoir. Les nombreux éléments de la nature sont les manifestations matérielles les plus étroitement liées à cet immense océan de pouvoir et elles sont combinées et utilisées de manière très particulière pour manipuler le bien ou le mal, selon la volonté du sorcier.

Comment définir un sorcier africain ?

Beaucoup de gens sont ou ont été confus quant à la définition de ce qu'est exactement une sorcière ou un sorcier. La sorcière archétypique réside dans tous nos esprits, influencée et façonnée par ces images que nous avons rassemblées dans notre enfance. Il y a quelque chose à propos de cette figure qui se niche dans des endroits profonds et anciens de l'esprit humain et de l'expérience humaine.

En Afrique, même aujourd'hui, il existe une croyance générale dans les sorcières. Vous pouvez rechercher n'importe quoi sur la sorcellerie africaine, et même kindoki et vous verrez que la sorcellerie et la croyance dans la sorcellerie est bien vivante. Il y a aussi beaucoup de cas de persécution de la sorcellerie, même à l'heure actuelle. Ces cas modernes sont-ils de faux exemples d'erreurs horribles basées sur une pensée extrêmement primitive ?

Parfois, oui, ce sont des tragédies horribles. Mais il existe aussi des cas occasionnels de véritables sorcières persécutées par ses compatriotes dans certaines régions d'Afrique. Vous voyez, la croyance africaine ancienne dans les sorcières est enracinée dans les vérités historiques profondes.

Une prédisposition innée à faire de la sorcellerie

Enfant sorcier torturé
Certaines personnes parmi les êtres humains ont une tendance naturelle à attirer une force surnaturelle. Ils ont la capacité étrange d'influencer les gens et les événements d'une manière spéciale et abstraite par l'utilisation de cette force inconnue, et s'ils sont conscients de cette faculté innée, ils peuvent même accueillir ce pouvoir étrange jusqu'à ce qu'il devienne un talent défini et raffiné. Les sorcières ressemblent en fait à des loupes, concentrant les pouvoirs cachés de la nature selon leurs besoins et leur volonté. Au début de leur vie, elle sont en mesure de déterminer un penchant naturel pour la capacité de travailler la sorcellerie en étant capable d'identifier les signes de cette prédisposition.

Quels sont ces signes ?

Les rêves d'une nature répétitive et inhabituelle sont un indicateur primaire, surtout si ce sont des rêves prémonitoires. D'étranges êtres élémentaires ou les esprits des morts peuvent lier avec des sorcières une attention naturelle inédite et même de l'affection. C'est là que la compréhension classique et la base où le familier de la sorcière prend ses racines. Certains enfants auront cette connexion très tôt dans l'enfance.

Certains seront même en mesure de traduire leur pouvoir en véritable sorcellerie et de rechercher la sorcellerie comme un débouché tôt dans la vie. D'autres seront troublés par cela, parfois en raison de leur éducation religieuse. Ils traverseront de nombreuses épreuves et ne pourront jamais arriver à la paix avec ce pouvoir qui réside en eux.

Parfois, l'enfant est attiré par les cimetières et tout ce qui a trait à la sorcellerie et aux morts. Il possède également une capacité naturelle de provoquer des changements réels dans les événements du monde naturel simplement en concentrant son attention et son désir sur le monde de l'invisible.

Ceci est l'essence de la sorcellerie naturelle et si vous trouvez que vous êtes vous-même étroitement aligné avec ces caractéristiques, alors, selon toute probabilité, vous êtes aussi une sorcière ou un sorcier naturel en puissance. Comme dans toutes les choses, ce talent brut peut être développé et aiguisé par l'utilisation et la pratique jusqu'à ce que vous deveniez plus fort dans le pouvoir d'utiliser les énergies qui proviennent du côté invisible.
 

Le commerce d'esprits mulombe

Un bon exemple de sorcellerie africaine est l'esprit mulombe qui peut être acheté à un sorcier pour agir comme son familier. L'esprit réside dans un fétiche de sansevieria tressée (la langue du diable / langue de la belle-mère) qui ressemble à un serpent (les mulombe prennent souvent la forme de serpents). Le fétiche est hanté par les esprits des morts qui nichent près des rivières, et le propriétaire doit faire des offrandes à l'esprit pour que ce dernier n'ai pas envie de quitter le fétiche pour une autre maison. Ces offrandes doivent être données selon une base régulière et la divination est couramment utilisée pour s'assurer que l'offrande est acceptable. Le mulombe contactera aussi le sorcier et parlera avec lui dans les rêves.

Certains critiquent quelques Paleros prétendant qu'ils passent leur temps à pratiquer le Kindoki. D'après eux, ce serait ceux qui en savent peu sur la religion du palo et plus sur la sorcellerie. Des Paleros prétendent même qu'ils ont des Ndoki prendas qui ne fonctionnent qu'avec la Brujeria (c'est-à-dire la magie noire). Mais c'est tout simplement cela le Kindoki, bien que ce terme ne soit pas très populaire. Il n'y a rien de religieux dans le Kindoki, c'est strictement de la sorcellerie et de la nécromancie et un art de créer des fétiches hantés par l'esprit des morts.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 11 Octobre 2018. Il est à jour.