La litholatrie ou le culte de la pierre

Le système solaire a été organisé par les forces opérant à l'intérieur de la grande couronne de la sphère de Saturne et depuis les débuts de la galaxie, toutes les choses étaient sous le contrôle de Saturne. La conclusion la plus raisonnable est que les premières formes de culte ont été consacrées à Saturne et à son symbole particulier : la pierre .

Stonehenge
Site de Stonehenge (Photo Adam Stanford)
Ainsi la nature intrinsèque de Saturne est synonyme de ce rocher spirituel qui est le fondement durable du Temple Solaire. A un niveau plus bas se trouve la planète Terre qui soutient à sa surface dentelée toute la diversité de vie qui existe en ce monde.


L'origine de la litholatrie

Bien que son origine est incertaine, la litholatrie (ne pas confondre avec la lithomancie) constitue sans doute l'une des premières formes d'expression religieuse. Le premier objet de l'idolâtrie semble avoir été la pierre sous sa forme brute, placée dans le sol, comme un emblème des puissances génératrices ou de procréation de la nature. Les restes de culte en pierre sont réparties sur la plus grande partie de la surface de la terre, un exemple notoire étant les menhirs de Carnac, en Bretagne, où plusieurs milliers de pierres brutes gigantesques sont disposés en onze rangées bien ordonnées. Beaucoup de ces monolithes tiennent plus de vingt pieds sur le sable dans lequel ils sont intégrés, et il a été calculé que quelques-uns des plus grands peuvent peser jusqu'à 250 tonnes. Pour certains, les menhirs marquent l'emplacement d'un trésor enfoui, mais la vue la plus plausible en ce qui concerne Carnac et qu'il s'agit d'un monument de l'antiquité dédié à la connaissance astronomique.

Dispersés à travers les îles britanniques et l'Europe, ces cairns, dolmens, menhirs et mégalithes représentent des témoignages muets mais éloquent de l'existence et des réalisations des civilisations aujourd'hui disparues.
 

Lire la suite ...