La « pesée de l’âme » dans le tribunal d'Osiris

Dieu Thot
Le Dieu Thot
L'un des rituels funéraires obligatoire des Egyptiens était l'étape de ce qu'on appelle la « pesée de l’âme ». Avant de pouvoir accéder au royaume des morts, le défunt était jugé par un tribunal présidé par Osiris et son cœur était pesé.


Le tribunal d'Osiris

Dans la mythologie égyptienne, Osiris est le roi du Royaume des morts. Il se fait assister pour le jugement de 42 dieux. Pour avoir le droit de s'assoir à côté d'Osiris, le mort doit passer avec succès l'étape de justification où il doit énumérer toutes les fautes qu'il na pas commises. Il doit également avoir pratiqué la justice et la bonté durant son existence sur terre et faire preuve d'une pureté morale. C'est ce qu'on appelle la pesée de l'âme.

La salle des deux vérités

Le jugement se déroule dans la « Salle de la Vérité », parfois appelée « Salle des Deux Justices » ou encore « Salle des deux Maât » en référence à la dualité égyptienne et du fait que Mâat est à la fois la déesse de la vérité et de la justice.

Le tribunal, présidé par Osiris, se compose d'Isis, d'Anubis, de Nephtys, de Maât, parfois de , et de quarante-deux assesseurs. Le bon déroulement de la pesée est contrôlé par le dieu Thot. Maât est la déesse de la Justice et de la Vérité. On la symbolise par une plume. Elle sert de contrepoids au cœur du défunt placé sur la balance. La plume posée sur l'autre plateau de la balance permet de déterminer si son âme est « conforme à Maât ».

S'il est reconnu innocent et qu'il n'a pas commis de crimes ou de transgressions, qu'elles soient sociales ou religieuses, il est admis dans la suite d’Osiris et considéré lui-même comme un Dieu. Sinon, son âme est avalée par un monstre appelé la « Grande Dévorante » qui se trouve à l'affut au pied de la balance, et le mort disparait définitivement.

Les Dieux de l'Egypte Antique
Les Dieux de l'Ancienne Egypte


Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Livre des morts

 2e partie : Quelles sont les formules magiques qu'il renferme ?

 3e partie : La « pesée de l’âme » dans le tribunal d'Osiris

 4e partie : Les formules magiques que doit réciter le mort

 5e partie : Le Livre des Portes et le voyage dans le Monde souterrain

 6e partie : Quelques notes au sujet de cet article sur le livre des morts :

Retour à la catégorie : L'Égypte Antique
Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : La « pesée de l’âme » dans le tribunal d'Osiris


Découvrez d'autres publications de ce site, par curiosité :

L'origine des pratiques goétiques
Les philosophes Plotin, Porphyre et Jamblique définissent la goétie comme étant l'art d'évoquer les esprits infernaux pour porter la désolation parmi les hommes. Mais on peut embrasser sous cette dénomination...
Goétie et Magie Noire, de bien sombres similitudes

La magie draconienne
La magie draconienne est sans équivoque une école du chemin de la main gauche. C'est-à-dire que c'est une école qui enseigne l'immortalisation et la déification de la psyché individuelle, par opposition au...
La magie draconienne, la magie des dragons de feu

La déesse Brigid
Fille du Dagda, Brigid est l'une des déesses les plus connues et les plus aimées du panthéon celte. Sa popularité vient probablement de son attitude terre-à-terre et serviable. En tant que...
Ste Brigid, déesse celte incorporée au christianisme