Le Livre d'Hénoch

Livre d'Hénoch





Le Livre d'Hénoch est l'un des ouvrages apocryphes faussement attribué à Hénoch (parfois orthographié Enoch), l'arrière-grand-père de Noé, le fils de Jared. Il est de la septième génération après Adam. D'après la Bible, Hénoch a été enlevé par Dieu pour être conduit au ciel ( « Et Hénoch marchait avec Dieu et il disparu, car Dieu l'avait pris. » Genèse 5:24). Hénoch a eu l'occasion de voir le ciel et de ramener les secrets du ciel aux hommes.

Le plus souvent, l'expression « Livre d'Hénoch » se réfère à 1 Enoch, qui n'existe que dans la langue éthiopienne. En effet, il existe plusieurs livres d'Hénoch. Le premier faisait autrefois partie de la Bible mais il a été écarté des livres canoniques vers 364 lors du concile de Laodicée. On peut dater le Livre d'Henoch d'avant le IIIe au Ier siècle av. J.-C.

Le Livre 1 d'Hénoch raconte comment il est enlevé au ciel puis nommé gardien de tous les trésors célestes et chef des archanges. Tous les secrets et les mystères lui sont révélés. L’Hénoch éthiopien est composé de cinq livres qui sont :
Le Livre des Veilleurs
Le Livre des Paraboles
Le Livre de l'Astronomie
Le Livre des Songes
L’Épître d'Hénoch

Il y aurait aussi un sixième livre qui est le Livre des Géants mais qui n'a jamais été retrouvé. Il s'intercale entre le Livre des Veilleurs et le Livre des Paraboles.

Fragment manuscrit de la Mer Morte
Fragment d'un Manuscrit de la Mer Morte


On possède de nos jours des manuscrits du Livre d'Hénoch en éthiopien, en grec mais aussi en araméen, grâce aux découvertes récentes des Manuscrits de la Mer Morte.

Le Livre d'Hénoch existait avant l'écriture de l'Ancien Testament et il en a été une source d'inspiration pour plusieurs passages. La question la plus importante abordée dans le livre d'Hénoch concerne les origines du mal.

Le Livre des Veilleurs

Le Livre des Veilleurs décrit la rébellion des Anges et la chute des anges déchus.

Livre Apocryphe d'Hénoch

Le point de départ des réflexions contenues dans le Livre des Veilleurs se retrouve dans la Genèse 6:1-4 :

Lorsque les hommes se sont multipliés à la surface de la terre et que des filles leur sont nées, Que les fils de Dieu voyaient que les filles des hommes étaient belles; et ils leur ont pris pour femmes de toutes celles qu'ils ont choisi. Et le Seigneur dit : Mon esprit ne restera pas toujours avec l'homme, car il est aussi chair; et ses jours seront cent vingt ans. Il y avait des géants sur la terre à cette époque; et même après cela, quand les fils de Dieu vinrent chez les filles des hommes, et qu'ils leur enfantèrent des enfants, ceux-ci devinrent des hommes puissants qui étaient autrefois des hommes célèbres.
 

C'est un texte un peu confus et il semble mutilé. En fait, il passe brusquement du décret sur la réduction de la vie humaine à l'existence des géants sur la terre. Alors le reste du texte ne dit pas clairement que les héros sont les géants. Dans le livre des Veilleurs, il est clairement indiqué que les géants étaient le résultat de l'union entre les anges (fils de Dieu) et les filles des hommes. Cette union produisit un désordre, une contamination généralisée entre hommes et dans la nature. Un désordre également dû au fait que les anges enseignaient aux hommes les arts, la science et l'astronomie.

Beaucoup d'hommes sont morts et leurs âmes sont montées au ciel. Ainsi, pour la première fois, le concept de l'âme immortelle entre dans la pensée juive. Dans cette conception, l'homme n'est pas la cause principale du mal. L'origine du mal est Azazel. Juste parce que l'origine du désordre n'est pas humaine, Dieu seul peut mettre fin à cet état de choses. Il a alors ordonné aux archanges de pousser les anges déchus dans l'abîme et de laisser les géants s'entre-tuer.

Cependant, les âmes des géants ne pouvaient pas être détruites, car elles étaient immortelles. Donc, les esprits des Géants – les esprits mauvais des Évangiles – font le tour du monde pour conduire l'homme vers le mal. Cependant, l'homme est libre de suivre ou non les inspirations des esprits malins. Par conséquent, l'homme bon est déjà sauvé, car il peut maintenant décider quel chemin emprunter.

Les autres parties du livre d'Hénoch

Le Livre des Paraboles (chapitres 37 à 71)

Le Livre des Paraboles expose des visions concernant la fin des temps et le Jugement dernier. Cette section contient le livre de l'apocalypse de Noé.

Le Livre des paraboles semble être basé sur le Livre des Veilleurs, mais présente un développement ultérieur de l'idée du jugement final et de l'eschatologie (étude de la fin du monde), qui concerne non seulement le destin des anges déchus, mais aussi celui des mauvais rois de la terre. Le Livre des paraboles utilise l'expression Fils de l'homme pour le protagoniste eschatologique, qui est également appelé « le juste », « l'élu » et « le Messie » et est assis sur le trône de la gloire dans le jugement final. La première utilisation connue du Fils de l'homme comme titre définitif dans les écrits juifs se trouve dans 1 Enoch, et son utilisation peut avoir joué un rôle dans la compréhension et l'utilisation précoce du titre par les chrétiens.

Il existe une théorie selon laquelle ces chapitres auraient été écrits à une époque chrétienne par un chrétien juif pour renforcer les croyances chrétiennes en utilisant le nom d'autorité d'Hénoch. En effet, il n'a été retrouvé aucun fragment de ces chapitres parmi les Manuscrits de la Mer Morte et ils sont également absents de la traduction grecque. Certains pensent que le Livre des Paraboles est venu ultérieurement en remplacement du Livre des Géants.

Le Livre de l'Astronomie (chapitres 72 à 82)

Le Livre de l'Astronomie est un traité d'astronomie et de météorologie.

Ce livre contient des descriptions du mouvement des corps célestes et du firmament. Ces connaissances ont été révélées à Hénoch lors de ses voyages aux cieux guidés par Uriel. Il décrit également un calendrier solaire, qui a été décrit plus tard dans le Livre des Jubilés, utilisé par la secte de la mer Morte. L'utilisation de ce calendrier rend impossible la célébration des fêtes en même temps que celles du temple de Jérusalem.

L'année était composée de 364 jours, divisés en quatre saisons égales de quatre-vingt-onze jours chacune. Chaque saison était composée de trois mois égaux de trente jours, plus un jour supplémentaire à la fin du troisième mois. L'année entière se composait donc exactement de cinquante-deux semaines et chaque jour du calendrier se produisait toujours le même jour de la semaine. Chaque année et chaque saison commençaient toujours le mercredi, qui était le quatrième jour de la création raconté dans la Genèse, le jour où les lumières du ciel, les saisons, les jours et les années étaient créés. On ne sait pas comment ils réconciliaient ce calendrier avec l'année tropicale de 365,24 jours et il n'est même pas certain qu'ils aient ressenti le besoin de l'ajuster.

Le Livre des Songes

Hénoch le Patriarche
Le Livre des Songes est un recueil de songes visionnaires et divinatoires.

Il contient une vision de l’histoire d’Israël jusqu’à la révolte des Maccabées. Il est daté de l’époque des Maccabées (vers 163–142 av. J.-C.). Selon l'Église orthodoxe éthiopienne, elle a été écrite avant le déluge.

Il existe de nombreux liens entre le premier livre et celui-ci, y compris les grandes lignes de l'histoire et l'emprisonnement des dirigeants et la destruction des Nephilim.

Le Livre des Songes parle de l'histoire de l'Arche de Noé et il décrit ensuite l'histoire de Moïse et d'Aaron. Il décrit aussi la création du temple de Salomon et d'une maison qui pourrait être le tabernacle.

Ce texte raconte finalement la division du royaume entre les tribus du nord et du sud, c'est-à-dire Israël et Juda, conduisant finalement Israël aux Assyriens en 721 avant J.-C. et le royaume de Juda tombant aux mains Babyloniens un peu plus d'un siècle plus tard, en 587 av. J.-C.

L’Épître d'Hénoch

L’Épître d'Hénoch est un ensemble d'exhortations et d'annonciations.

Il commence par raconter l'histoire du monde en utilisant une structure de dix périodes (appelées « semaines ») , dont sept concernent le passé et trois les événements futurs (le jugement final). Le point culminant est dans la septième partie de la dixième semaine où « le nouveau ciel apparaîtra » et « il y aura de nombreuses semaines sans nombre pour toujours, et tous seront dans la bonté et la justice ».

L'épître décrit la sagesse du Seigneur, la récompense finale du juste et le châtiment du mal, et les deux voies séparées de la justice et de l'injustice.

En annexe, on trouve le récit de la naissance de Noé (106-107) et l'histoire du déluge et de Noé, qui est déjà né avec l'apparition d'un ange. Ce texte dérive probablement, comme d'autres petites parties de 1 Enoch, d'un livre à l'origine séparé (peut-être Le Livre de Noé ), mais a été arrangé par le rédacteur en tant que discours direct d'Hénoch lui-même.

Le Livre des secrets d'Hénoch

Le Livre des secrets d'Hénoch est également appelé l'Hénoch slave ou 2 Hénoch.

À l'origine rédigé en grec entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle apr. J.-C., on en a redécouvert des version complètes à la fin du XIXe siècle. Elles avaient été traduites en vieux slave. La version slave repose sur un original grec aujourd'hui perdu. Mais les hébraïsmes et « targoumismes » que l'on relève ici ou là permettent de supposer, pour certaines parties du moins, l'utilisation de documents remontant à un texte original en hébreu. Ce dernier n'a jamais été retrouvé.

Le Livre des secrets d'Hénoch raconte comment Hénoch a été enlevé par les Anges pour être monté aux cieux. Hénoch va traverser les six cieux pour arriver jusqu'au septième ciel, où il rencontre les Archanges, les Ophanim, les Séraphins, les Chérubins et Dieu lui-même sur son Trône. Hénoch revient ensuite parmi les hommes pour leur raconter tout ce qu'il a découvert dans les cieux.

Le Hénoch slave existe en deux versions, l'une dite « courte », la seconde, dite « longue », amplifiée et remaniée par un recenseur. Malheureusement, c'est la recension longue qui fut connue et publiée la première. Dans ces conditions, on s'explique sans peine qu'une priorité ait longtemps été reconnue à la recension longue.

La généalogie d'Hénoch

 Adam 
|
 Seth 
|
 Enosh 
|
 Caïnan (Kénan) 
|
 Malaléel (Mahalalel) 
|
 Jared 
|
 Hénoch 
|
 Mathusalem 
|
 Noé 

Livre hébreu d'Hénoch

Le Livre hébreu d'Hénoch est également appelé 3 Hénoch ou encore Le Livre des Palais (Sefer Hekhalot).

On rencontre aussi parfois les titres suivants pour cet ouvrage [faussement] attribué à Hénoch :
le troisième livre d'Hénoch,
le livre de Rabbi Ishmael le grand prêtre,
la révélation de Metatron

C'est un texte mystique de nature apocalyptique qui a sans doute été rédigé vers le Ve ou IVe siècle après J.-C. C'est une œuvre majeure de l’ésotérisme judaïque qui a été particulièrement apprécié par la Kabbale médiévale.

Hénoch y est représenté sous le nom de l'ange Metatron. Le livre commence quand Hénoch est entré vivant dans le Jardin d'Éden. Il raconte ensuite la traversée des différents cieux jusqu'au moment où il arrive au septième ciel et où il est présenté à l'archange Metatron, le « Prince de la Face », qui n'est autre que la transfiguration d'Hénoch.

Il y a un certain nombre d'indications suggérant que les écrivains de 3 Enoch avaient connaissance et avaient très probablement lu 1 Enoch. En effet, certains points apparaissent à la fois dans 1 Enoch et 3 Enoch :
Enoch monte au ciel dans un char de tempête
Hénoc est transformé en ange
Enoch comme un ange exalté trône dans le ciel
Enoch reçoit une révélation des secrets cosmologiques de la création
L'histoire des métaux précieux et comment ils ne vont pas profiter de leurs utilisateurs et de ceux qui en font des idoles
Un ange hostile nommé Azaz'el / Aza'el et deux autres comme lui sont mentionnés

Les thèmes principaux qui sont traités par 3 Enoch sont l'ascension d'Enoch dans le ciel et sa transformation en ange Metatron.

Cette Énoch, dont la chair était tournée en flammes, ses veines en feu, ses cils en éclairs, ses globes oculaires en torches enflammées, et que Dieu avait placé sur un trône à côté du trône de gloire, reçut après une céleste transformation le nom de Metatron.
 

La transmission de la connaissance magique

Cet article se concentre sur la façon dont Le Livre des Veilleurs, plus tard les livrets Enochiens, et le livre des Jubilés réinterprètent l'histoire biblique de sorte que le péché des « fils de Dieu » ou des « veilleurs » inclut également la transmission de connaissances interdites aux êtres humains, en particulier aux femmes.

Le Livre des Veilleurs contient trois thèmes principaux concernant le péché des anges qui reflètent les traditions antérieures :

1. Connaissances interdites du maquillage et des armes

Dans un récit, l'ange Azael descend sur terre et enseigne aux femmes des connaissances interdites concernant la parure féminine, ce qui facilite la convoitise. Il enseigne également aux hommes comment créer des armes, ce qui permet la guerre.

Azael enseigna aux hommes à faire des épées et des poignards, des boucliers et des cuirasses. Et il leur montra les choses après cela et l'art de les fabriquer : bracelets et ornements, et l'art de faire les yeux et d'embellir les paupières, les pierres les plus précieuses et les plus recherchées, et toutes les sortes de les colorants. Et le monde a été changé. Et il y eut une grande impiété et beaucoup de fornication, et ils s'égarèrent, et tous leurs moyens se corrompirent.
 

2. Connaissances interdites de la Magie et autres connaissances interdites

Dans un autre fil tissé dans l'histoire des Veilleurs du Livre d'Hénoch, les humains apprennent la magie et d'autres connaissances interdites :

Et ils leur enseignèrent des charmes et des sorts et leur montrèrent la coupe des racines et des arbres (c'est-à-dire des médicaments)
 
( 1 Enoch 7:1b).

C'est notamment aux femmes que les Veilleurs enseignent les mystères célestes de « la sorcellerie et des sorts », parmi lesquelles les méthodes de divination par observation des phénomènes célestes et terrestres. Ce ne sont cependant pas les vrais secrets du ciel, ce sont les « mystères rejetés » que les Veilleurs n'auraient pas dû enseigner à l'homme.

Le Livre des Veilleurs met en place une dichotomie entre les hommes et les femmes épouses et Énoch; les femmes ne reçoivent que des mystères rejetés, tandis qu'Enoch apprend le vrai secrets des cieux des anges révélateurs quand il monte au ciel vivant.

3. Accouplement et reproduction avec les femmes

La tradition prédominante et le fil conducteur du Livre des Veilleurs, dans lequel les autres traditions sont étroitement liées, se concentre sur le désir des anges, dirigés par Shemihaza, de se marier avec des femmes humaines.

Le Livre des Veilleurs développe l’histoire énigmatique de la Genèse 6:1-4, dans laquelle les fils de Dieu prennent des femmes pour eux-mêmes.

Les passages prophétiques relient les figures féminines au mal de la sorcellerie et de la divination. L'image prophétique de la sorcière étrangère séduisante peut donc fournir une partie du contexte pour la connexion entre les femmes et la sorcellerie dans 1 Enoch et dans les textes rabbiniques.

L'Origine du mal, l'origine de Satan, ou simplement une vengeance de Dieu

Selon le livre non biblique d'Enoch, ce sont les anges qui apportent le péché à l'humanité, provoquant le déluge ainsi que le péché et la maladie. Les anges en question sont ceux qui apparaissent comme benei ha-elohim (fils de dieu) dans la genèse et sous le nom de Nephilim dans le Livre D'Hénoch.

Le mot Nephilim vient du mot na (na-fahl), tomber. Le suffixe "im" ajoute simplement de la pluralité, ce qui fait qu'ils étaient les « tombés ». Nés des anges sataniques corrompus, les tombés, les Nephilim, ont dominé la Terre.

En se mariant avec des femmes humaines, les Nephilim ont transmis leur corruption, créant une race contre nature qui devait être détruite pour que la race humaine puisse survivre.

Bien que n'apparaissant pas dans les sources juives classiques, la compréhension du déluge trouve son origine dans les anciens textes apocryphes. Le livre d'Hénoch, attribué à l'arrière-grand-père de Noé, décrivait le péché des Néphilim, la perversion et la convoitise qui ont finalement conduit Dieu à condamner toute la génération d'humains.

L'inondation était la manière de Dieu de préserver « la graine de la femme », la race humaine et sa lignée, avant qu'elle ne soit complètement corrompue par les géants Nephilim.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Octobre 2018. Il est à jour.