Les femmes et la Bible

Rôle des femmes dans la Bible
Il existe un franchissement illégitime de frontière entre le divin et l'humain, édicté sur le corps des femmes humaines. Comment et pourquoi les femmes se sont associées à la sorcellerie dans le corpus prophétique de la Bible hébraïque ? Quel est le rôle des femmes dans l'histoire des Anges Déchus ? Quelles sont les préoccupation des femmes en tant que médiatrices de la relation entre les mondes terrestre et céleste. On la rencontre déjà dans l'histoire biblique de la cohabitation des « Fils de Dieu » avec les « filles des hommes ».

Pourquoi le Livre des Veilleurs (Livre d'Hénoch) rapporterait-il que les femmes, en particulier, sont les bénéficiaires de connaissances magiques de leurs maris angéliques ?

L'association biblique des femmes avec magie et sorcellerie interdites est partout présente dans la Bible et en particulier dans les prophéties où les femmes étrangères, notamment les noms de villes étrangères imaginées comme des femmes, sont accusées de sorcellerie. Ça montre bien qu'il existe déjà une tradition établie qui relie les femmes à la sorcellerie.

On retrouve aussi l'association des femmes avec le mal dans les proverbes de Ben Sira.

 

Des médiatrices entre l'humain et le divin

Les femmes sont des médiatrices entre les êtres humains et les êtres divins, fournissant une sexualité et un lien reproductif entre l'homme et Dieu, au point où les « fils de Dieu » (les géants Néphilim) les prennent pour femmes et leur font des fils.

Mais les femmes n'agissent pas pour leur propre compte. Elles sont vues, choisies, prises, etc... Le seul acte qu'elles effectuent elles-mêmes, plutôt que d'être l'objet des actions d'autrui, est la naissance – bien que dans ce cas elles donnent aussi naissance pour les fils de Dieu. Elles donnent naissance à des « hommes puissants, des hommes de renom ». C'est peut-être parce que leurs pères étaient des êtres divins.

Les femmes peuvent se tenir au centre de ce récit, mais elles ne sont pas importantes pour elles-mêmes. Leur importance réside plutôt dans la façon dont elles fournissent un lien entre la terre et le ciel. Cette fonction de médiation est l'une des raisons pour lesquelles les femmes sont importantes dans le livre des Veilleurs.

En plus de leur rôle de partenaire sexuel des Néphilim et celui de mères des géants destructeurs, les femmes sont des bénéficiaires importantes, et transmetteurs des enseignements maléfiques que les Néphilim (les Anges déchus) leur transmettent.

Les femmes sont considérées comme des sorcières

Pourquoi le Livre des Veilleurs aurait-il particulièrement distingué les femmes comme bénéficiaires de la connaissance de la sorcellerie et de la divination ? L’image de la femme comme sorcière est déjà présente dans certaines traditions bibliques que les compositeurs du Livre des Veilleurs auraient connu.

L'image la plus détaillée des femmes en tant que sorcières se produit à plusieurs endroits du corpus prophétique, tandis que l'image est plus mélangée dans le matériel juridique et narratif.

Dans l'Exode 22:18, une partie du Code de l'alliance utilise explicitement la forme féminine en commandant :
Vous ne devez pas permettre à une sorcière de vivre.
 

Deutéronome 18:9-18 fournit une liste plus complète du rituel interdit, des praticiens et des pratiques à éviter :

Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu ; personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur ; personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure ; personne qui interroge les morts.
 

Ce passage concerne les praticiens de rituels que le peuple d'Israël ne devrait pas consulter, contrairement aux pratiques des nations précédentes résidant à Canaan ; plutôt, ils devraient dépendre de Dieu pour leur donner un prophète comme Moïse, et il leur dira la volonté de Dieu. Certains des termes qui apparaissent dans ce passage sont au féminin à plusieurs autres endroits, et en particulier ceux qui décrètent la mort pour les hommes et les femmes qui ont en eux un fantôme ou un esprit familier.

Fuir les devins et les nécromants

Le Lévitique 19:31 :
Ne te tourne pas vers ceux qui évoquent les esprits, ni vers les devins, et ne te renseigne pas sur les esprits familiers de peur d'être souillé par eux. Je suis le Seigneur ton Dieu
 

et Lévitique 20: 6 :
Et si quelqu'un se tourne vers les morts et les esprits et s'égare auprès d'eux, je tournerai ma face contre cet homme, je le couperai du milieu de son peuple.
 

Ces passages dont référence à des pratiques très courantes en Chaldée et en Babylonie. C'était le pays des nécromanciens et des divinations en tout genre. On y pratiquait des sacrifices et on fouillait dans les entrailles des morts pour prédire l'avenir.

A cette époque on n'aimait vraiment pas les étrangers et les migrants et on les associait souvent à la gent féminine. Même les villes étaient imaginées comme des femmes, et les villes ennemies comme des sorcières.

Les villes ennemies associées aux femmes

Plusieurs passages prophétiques établissent un lien entre des femmes méchantes (ou des villes représentées comme telles) comme de mauvaises femmes ou des sorcières. Les passages prophétiques relient aussi souvent la sorcellerie et les péchés sexuels et dénoncent les femmes étrangères (Jezebel) ou les villes (Ninive, Babylone) en tant que sorcières.

Jezebel est accusée d'avoir exécuté « d'innombrables prostituées et sorcières ». Ezéchiel attaque les femmes israélites « qui prophétisent hors de leur imagination » en utilisant les techniques de divination qu’elles ont apprises en exil à Babylone. Nahum 3:4 dénonce Ninive en tant que prostituée et sorcière : « À cause des innombrables débauches de la prostituée, gracieusement séduisante, maîtresse de sorcellerie, qui asservit les nations à travers ses débaucheries, et les peuples à travers elle ». Le verset 5 décrit ensuite sa punition dans un langage qui rappelle beaucoup l'humiliation de Jérusalem dans Ézéchiel 16 et 23 : « Je suis contre vous, dit l'Éternel des armées, et je soulèverai tes jupes sur ton visage, et je montrerai ta nudité aux nations et ta honte aux royaumes ».

Dans ces deux cas, la prostituée (Jérusalem ou Ninive) est punie par la nudité publique et la honte.

Isaïe 47:9, 11-13 dénonce Babylone comme une sorcière, une enchanteresse, qui recourt à ceux qui prédisent l'avenir en examinant les cieux. Aucune de ces compétences ne peut la sauver. Les deux vont vous arriver dans un moment, en un jour : la perte d'enfants et le veuvage .

Ce même passage dénonce également les prophètes masculins qui ont « envisagé le mensonge et la divination ».

Les techniques de divination babyloniennes et les châtiments

La description des méthodes divinatoires des femmes peut être expliquée par référence aux techniques babyloniennes. La condamnation de ces femmes élaborée par Ezéchiel ressemble beaucoup à une cérémonie magique mésopotamienne. Sur la base d’une comparaison à la fois structurelle et fonctionnelle avec Maqlû, l’oracle d’Ezéchiel est autant d'acte de magie ou de divination dans lesquels ces femmes prophètes sont engagées.

Mais le mal viendra sur vous, ce que vous ne pouvez pas éviter par un charme ; le désastre tombera sur vous, que vous ne pourrez pas éviter ; et la ruine viendra sur vous soudainement, dont vous ne savez rien. Debout, avec vos sorts et vos nombreux enchantements, avec lesquels vous avez travaillé de votre jeunesse ; Peut-être pourrez-vous réussir, peut-être pourrez-vous inspirer la terreur. Vous êtes impuissant malgré tout votre art; que ceux qui étudient les cieux se lèvent et vous sauvent, ceux qui regardent les étoiles, et à chaque nouvelle lune prédisent ce qui va vous arriver.
 

Babylone, comme Ninive et Jérusalem, est dénudée comme marque d'humiliation. On retrouve ces pratiques dans Game Of Thrones quand la reine Cersei Lannister doit traverser la ville de Port-Real complètement dénudée pour expier ses crimes. Les scénaristes de la série n'ont rien inventé, ils ont simplement lu la Bible et le Livre d'Hénoch. Bien que les péchés de Babylone n'incluent pas les péchés sexuels, elle reçoit toujours le même Châtiment :

Descends, assieds-toi dans la poussière, sorcière de Babylone ; Asseyez-vous, détrôné, sur le sol, O Sorcière de Chaldée ; plus jamais ils vous appellent le plus tendre et le plus délicat. Saisir le moulin et moudre le repas. Enlevez votre voile, dépouillez-vous, votre train, jambes nues, traverse les rivières. Ta nudité sera découverte, et ta honte sera exposée.
 

La séduction sexuelle et la nature perverse des femmes

Les dénonciations de Jézabel, Ninive et Babylone comme sorcières et prostituées créent une image composite plus détaillée que celle des passages bibliques légaux et narratifs. Ils associent la séduction sexuelle à la sorcellerie et à la nature perverse des femmes étrangères (nations) qui oppriment Israël et les attire vers de mauvaises voies, en s'appuyant sur la prophétie déjà établie de l'image sexuelle de l'infidélité d'Israël à Dieu à travers des liaisons avec les nations étrangères et la figure de la « femme étrange » dans Les Proverbes.

Alors que Samuel 28 dépeint le support d'Endor d'une manière sympathique, en tant que femme qui aide Saul quand tous les autres ont échoué, dans Esaïe 44:24-25, le prophète dénonce aussi les devins et les sages :

C’est moi, le Seigneur, qui fait tout, qui seul étendit les cieux et étendit sans aide la terre ; qui annule les présages des devins et fait des imbéciles les auguriers, qui fais reculer les sages et tourne leur science en folie.

 

Les passages prophétiques relient les figures féminines au mal de la sorcellerie et de la divination. L'image prophétique de la sorcière étrangère séduisante peut donc fournir une partie du contexte pour la connexion entre les femmes et la sorcellerie dans 1 Enoch et dans les textes rabbiniques.


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Esotérisme (suite 5)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 30 Octobre 2018, il y a moins d'un an.