La vision d'Ezechiel

Les Ecritures Saintes mentionnent un char volant

Vision d'Ezechiel
L'une des histoires d'aéronefs anciens à laquelle on fait le plus référence se trouve à un endroit surprenant : dans la Bible. Dans le livre d'Ezéchiel le prophète décrit un char volant contenant des roues à l'intérieur de roues et propulsé par des anges. Bien que les historiens de la Bible suggèrent qu'Ezéchiel parlait symboliquement des terribles ennemis auxquels faisait face Israël, serait-ce un autre exemple de la visite d'extraterrestres et la preuve que les aéronefs existaient dans l'Antiquité ?

Ezéchiel observe un phénomène aérien qu'il décrit ainsi : « J'eus donc une vision : du nord soufflait un vent de tempête, un gros nuage avec une gerbe de feu qui répandait son éclat de tous côtés, et au centre, sortant du sein du feu, quelque chose qui avait l'éclat du vermeil ». Le phénomène s'étant approché d'Ezéchiel, le prophète décrit ce qu'il voit au « milieu ». Nous distinguons en détail la structure de son noyau. Cette structure a deux étages séparés par une partie médiane. Voyons d'abord l'étage inférieur. Il comporte quatre éléments : « on distinguait l'image de quatre êtres qui paraissaient avoir une forme humaine » (verset 5). Mais d'humains ils n'avaient que la forme car Ezéchiel nous dit que « chacun avait quatre visages... ».

L'engin qui venait du ciel était très bruyant car Ezéchiel précise « J'entendis, tandis qu'ils allaient, le bruit de leurs ailes, pareil au bruit des grandes eaux, pareil à la voix du Tout-Puissant, un vacarme semblable à celui d'un camp » (verset 24). C'est sans doute de cette façon qu'un humain de l'Antiquité qui n'avait encore jamais vu de machine volante décrirait la chose. Ce pourrait en réalité très bien être un genre d'hélicoptère.

 

La description qui est faite ressemble à celle d'une soucoupe volante

Puis l'engin se pose et Ezéchiel continue de décrire ce qu'il voit : « ... je vis à terre, à côté de chacun des quatre êtres, une roue ». Etait-ce le train d'atterrissage ? Mais si les roues sont bien semblables, c'est-à-dire identiques dans leurs formes et dans leurs dimensions : elles « .. paraissaient ainsi construites, que l'une se trouvait engagée dans l'autre ». On lit dans la traduction de Dhorme que chaque roue est «... au milieu de l'autre ». Ezéchiel précise enfin que les roues sont gigantesques et qu'elles inspirent la crainte et qu'elles sont entourées d'yeux sur toute la circonférence.

Soucoupe volante
Mais il y avait également quelque chose qui ferait penser à un moteur ou un réacteur : « Au milieu de ces êtres, on apercevait quelque chose ressemblant à des braises incandescentes, comme des torches circulant entre eux ; et de ce feu qui projetait un éclat éblouissant, jaillissaient des éclairs ».

Venons-en à la partie médiane qui coiffe le premier étage : « Dominant la tête de ces êtres, il y avait quelque chose qui ressemblait à une voûte limpide comme le cristal, tendue au-dessus de leurs têtes » (verset 22). Il s'agit en fait d'une sorte de dôme transparent qu'il essaye de nous décrire. Bref, c'est le pare-brise de l'habitacle, comme ceux que l'on trouve au dessus de la tête des pilotes de chasse ou les dômes de verre qui surplombent les soucoupes volantes et permettant aux pilotes de voir où ils vont.
 

La Gloire de Dieu

Dans l'histoire du char propulsé d'Ezéchiel, il semble que le véhicule volant n'ait aucun moyen de propulsion. Mais si l'on considère le mot « ange » comme représentant une sorte d'énergie céleste ça ressemble beaucoup à une navette spatiale ou une soucoupe volante. Les anges qui vont et qui viennent on dirait des flammes, on dirait un système de propulsion. Et les roues qui sont décrites seraient des soucoupes volantes.

Nos ancêtres n'étaient pas des idiots. Ezéchiel a vu quelque chose qui lui a fait si peur qu'il est tombé à genoux. Ensuite, de la « Gloire de Dieu » est sorti un être qui portait des vêtements éclatants qui ressemblaient à du métal et qui a dit à Ezéchiel :

on t'a emmené ici parce qu'on veut que tu mesures ce monument, ce bâtiment.
 

Ezéchiel lui a demandé « pourquoi le ferais-je ? », ce à quoi l'être a répondu :

c'est pourquoi on t'a emmené ici.
 

Ensuite les quarante pages de la suite du livre d'Ezéchiel sont remplis de mesures d'un immense bâtiment dans lequel aurait atterrit la « Gloire de Dieu » ; c'est le nom qui est donné à l'engin.

Les recherches scientifiques accomplies

Au début des années 1970, le chercheur de la Nasa Josef F. Blumrich entreprit de réfuter la théorie selon laquelle Ezéchiel aurait vu une navette spatiale. Josef Blumrich était un véritable chercheur en aérospatiale. Il a travaillé sur le projet de la Lune pour la Nasa. Avec l'esprit d'un ingénieur en aérospatiale il s'est mis a étudier les écrits du livre d'Ezéchiel. Après plusieurs mois de recherche, Josef Blumrich en est venu à la conclusion que ce qu'Ezéchiel avait décrit dans le recueil de son témoignage était effectivement une sorte de navette spatiale.

Joseph Blumrich a écrit par la suite un livre intitulé « Les navettes spatiales d'Ezéchiel ». Plusieurs années plus tard, un ingénieur de structure allemand nommé Hans Herbert Bayer a créé un plan détaillé de la seconde partie du livre d'Ezechiel dans laquelle on demande au prophète de construire un bâtiment sans toit pour abriter le char volant. La navette spatiale d'Ezechiel entre parfaitement dans le temple qu'a recréé Hans Herbert Bayer. Nous sommes donc devant une preuve indicielle : un ingénieur de la Nasa et un ingénieur de structure, qui ne connaissaient rien du travail de l'autre, ont créé des pièces qui s'emboitent comme un casse-tête. Dans n'importe quelle cour de justice ce serait une preuve recevable.

Les chercheurs sont mal à l'aise avec la notion d'une civilisation perdue précisément parce que les preuves sont ambigües. Ce n'est pas très évident comme résultat donc la science n'accepte pas cette idée. Il faudra beaucoup plus de preuves pour qu'elle l'accepte.

Le Dieu auquel croient les chrétiens n'a pas besoin d'un véhicule pour se rendre d'un point A à un point B. Celui qui est décrit dans l'Ancien Testament dans le Livre d'Ezéchiel n'est pas Dieu. C'est un extraterrestre en chair et en os sur lequel nos ancêtres se sont mépris. Ils ont cru qu'il était divin et surnaturel à cause d'une technologie mal comprise.



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

La vision d'Ezechiel

La description qui est faite ressemble à celle d'une soucoupe volante

La Gloire de Dieu

Les recherches scientifiques accomplies


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Les Ecritures Saintes mentionnent un char volant




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 13 Octobre 2018, il y a moins d'un an.