Eliphas Levi

Eliphas Lévi
Eliphas Lévi
Il y avait un homme nommé Eliphas Levi, qui vécut en France au XIX° siècle et écrivit entre 1851 et 1875. Il aurait pratiqué la Magie et l’occultisme, et aurait aussi écrit et enseigné. Il a écrit des livres de magie et d'occultisme, qui, comme tous les livres de magie et d'occultisme de ces temps révolus étaient quelques chefs-d'œuvre de l'art de dire aussi peu que possible et de le faire ressembler à quelque chose de grandiose. Ceci a été réalisé en laissant de côté de gros blocs d'informations qui se rapportent les uns aux autres.
 

Une écriture voilée et mystérieuse

Même si nous n’accordons que peu d’importance à ses œuvres, il faut quand même en parler car c’est un grand personnage de l’occultisme. Il écrivait de manière voilée, comme beaucoup de ses contemporains. Il existait certainement une autre série de leçons qu'il enseignerait à ses étudiants verbalement, ou ses étudiants connaissaient déjà quelques notions de base. Le fait est que si vous lisez juste ses travaux, ou ceux de n'importe lequel de ces autres auteurs qui lui sont contemporains, vous finirez dans un vrai labyrinthe d'impasses. Ces impasses n'expliquent rien.

Ce qui manque dans les enseignements d'Eliphas Lévi et des autres maîtres, c'est le système de la Kabbale ou le système cabalistique. Soit ils s'imaginaient que la Kabbale était déjà connue de tous, soit ils l'enseignaient séparément. Mais les instructions du système cabalistique ne sont plus un secret, elles ont été largement données dans différents livres. Quand vous lisez ces choses, vous pouvez combler certaines de ces lacunes et relier plusieurs sujets ensemble.

Beaucoup de choses que presque tout le monde connaît aujourd'hui étaient des secrets qui se transmettaient « de l'intérieur ». On pensait même que c'était de mauvaises choses, pour ainsi dire, et peut-être que Levi devait y faire attention afin de rester « politiquement correct ».

Qui était Eliphas Levi ?

Son véritable nom était Alphonse Louis Constant. Il est né le 8 février 1810 à Paris. Alfonse Louis Constant était le fils d'un cordonnier parisien. Il fréquente le séminaire de Saint-Sulpice dès 1830 et commence à étudier pour entrer dans le sacerdoce catholique. Cependant, alors qu'il était au séminaire, il tomba amoureux et partit en 1836 sans être ordonné. Il passe les années suivantes parmi ses amis socialistes et romantiques, dont Henri-François-Alphonse Esquiros et ceux qu’on appelle les « petits romantiques » tels que Gérard de Nerval et Théophile Gautier. Pendant ce temps, il se tourne vers un socialisme radical qui s'inspire de façon décisive des écrits de Félicité de Lamennais, l'ancien dirigeant du mouvement néo-catholique influent qui avait récemment rompu avec Rome et propagé un socialisme chrétien. Lorsque Constant publia sa première écriture radicale, La Bible de la liberté (1841), il fut condamné à une peine d'emprisonnement de huit mois et à une forte amende. Les contemporains voyaient en lui le « disciple » le plus notoire de Lamennais, bien que les deux hommes ne semblent pas avoir établi un contact personnel. Dans les années suivantes, Alphonse Constant décrira son idéologie comme étant du communisme néo-catholique et publiera un certain nombre de livres et de pamphlets gauchistes. Comme beaucoup de gauchistes, il a propagé le socialisme comme « vrai christianisme » et a dénoncé les églises comme des corrupteurs des enseignements du Christ.

Dans son Testament de la liberté (1848), Alphonse Constant réagit à l'atmosphère qui produira la Révolution de Février. En 1848, il était le chef d'un club Montagnard notoirement connu pour son radicalisme. Bien qu'on ait prétendu que le Testament marquait la fin des ambitions socialistes d’Alphonse Louis Constant, on a soutenu que son contenu était en fait hautement euphorique, annonçant la fin du martyre du peuple et la « résurrection » de la Liberté : le parfait universel de l’ordre socialiste. Comme beaucoup d'autres socialistes, le cours des événements, particulièrement les massacres de l'Insurrection de juin en 1849, l'a laissé dévasté et dans la désillusion. Ses croyance en la réalisation pacifique d'un monde universel harmonieux ont été brisées.

Ses penchants pour l’occultisme

En décembre 1851, Napoléon III organise un coup d'État qui mettra fin à la Seconde République et donnera naissance au Second Empire. Semblable à beaucoup d'autres socialistes à l'époque, Eliphas Levi voyait l'empereur comme le défenseur du peuple et le restaurateur de l'ordre public. Mais ce fut à nouveau une désillusion. Il est même emprisonné en 1855 pour avoir publié une chanson polémique contre l'Empereur.

Par la suite il participa à la Revue philosophique et religieuse socialiste, fondée par son vieil ami Fauvety, dans laquelle il propagea ses idées « kabbalistiques », pour la première fois en public, en 1855-1856 (notamment en utilisant son nom civil). Les débats de la Revue montrent à quel point il était naturel pour un écrivain socialiste de discuter de sujets comme la magie, la Kabbale ou les sciences occultes dans une revue socialiste. Alphonse Constant développait ses idées sur la magie dans un milieu spécifique marqué par la confluence des idées socialistes et magnétiques.

Lévi commence ensuite à écrire Histoire de la magie en 1860. L'année suivante, en 1861, il publie une suite au Dogme et rituel, La clé des grands mystères. D'autres œuvres magiques de Lévi incluent Fables et symboles (1862), Le Sorcier de Meudon et La science des esprits (1865). En 1868, il écrit Le grand arcane, ou l'occultisme Dévoilé. Cet ouvrage n'a cependant été publié qu'à titre posthume en 1898.

Le fondateur de la renaissance de la magie

La magie propagée par Éliphas Lévi connut un grand succès, surtout après sa mort. Le spiritualisme était populaire des deux côtés de l'Atlantique à partir des années 1850 et a sans doute contribué à ce succès. Ses enseignements magiques étaient exempts de fanatismes évidents, même s'ils restaient plutôt troubles. Il n'avait rien à vendre, et ne prétendait pas être l'initié d'une société secrète ancienne ou fictive. Il a incorporé les cartes de Tarot dans son système magique, et par conséquent le Tarot a été une partie importante de l'attirail des magiciens occidentaux. Il a eu un impact profond sur la magie de l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée et plus tard sur l'ancien membre de Golden Dawn, le célèbre Aleister Crowley. Il a également été le premier à déclarer qu'un pentagramme ou une étoile à cinq branches avec un point vers le bas et deux points vers le haut représente le mal, alors qu'un pentagramme avec un point en haut et deux points en bas représente le bien. C'est en grande partie grâce aux occultistes qu’il a inspirés que Lévi est connu comme l'un des fondateurs de la renaissance de la magie au XXe siècle.




Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Eliphas Levi

 Une écriture voilée et mystérieuse

 Qui était Eliphas Levi ?

 Ses penchants pour l’occultisme

 Le fondateur de la renaissance de la magie


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Eliphas Levi


Retour à la catégorie : Occultisme (suite 4)



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 25 Février 2019. Il est à jour.