La couleur verte portée par les druides

Image de La couleur verte portée par les druides
Le vert représente le thème alchimique de la transformation, se rapprochant ainsi de l'un des messages majeurs que les constructeurs de la Chapelle Rosslyn ont pu laisser à la postérité. La couleur verte apparaît avec une fréquence remarquable impliquant le symbolisme du Graal. Les robes de Guenièvre sont décrites dans les légendes arthuriennes d'être une couleur vert émeraude ou malachite. Les tablettes d'émeraude d'Hermès étaient bien évidemment vertes, et c’est également une des couleurs principales de la féérie celtique.


On sait que les druides néophytes portaient des robes vertes, et les femmes décrites comme des fées dans les ballades médiévales sont souvent décrites comme portant du vert. Une épée d'émeraude apparaît même comme l'épée utilisée pour décapiter Jean-Baptiste dans certaines histoires du Graal, dans d'autres, c'est l'objet demandé par Sir Gauvain le Chevalier Vert. Dans la tradition islamique, El Ehidr, l’Homme Vert, porte une robe d’un vert scintillant. Il est censé être le gardien de la source des eaux de l'immortalité.

Même dans le Magicien d'Oz, nous avons la Cité d'Émeraude, la maison du sorcier. Il n'est donc peut-être pas surprenant que, comme les légendes du Graal elles-mêmes, la couleur verte devint suspecte à l'Église car associée aux morts, aux sorcières et aux fées. La chrétienté répandit alors la superstition familière comme quoi le vert était malchanceux. C'était le contraire de la façon dont la couleur verte était vue dans les temps anciens, car alors, l'image de l'Homme Vert symbolisait un portail vers l'Autre Monde dans un sens symbolique, un lien entre l'humanité et la nature.


Lire la suite ...