Les cultes de la mort

Que se passerait-il si un culte meurtrier était autorisé à rester incontrôlé pendant des centaines d'années ? Une telle possibilité cauchemardesque s'est effectivement produite. Et ses victimes ne se comptaient pas par dizaines ou par centaines, mais par millions.

A Bangalore, en Inde, dans la collection privée de l'artiste Jo Nambiar se trouve un médaillon en laiton fabriqué en hommage au sculpteur italien Antonio Canova. Le médaillon porte le buste de l'artiste d'un côté et son célèbre ouvrage « Les Trois Grâces  » de l'autre. Il est unique, non seulement en raison de la valeur artistique du médaillon, mais aussi parce qu’il est lié à des centaines de meurtres commis par un seul homme, connu sous le nom de « Behram ».

Lorsque nous parlons de « Behram », nous parlons d'un meurtrier de masse. Il était directement responsable ou avait participé à plus de 900 meurtres. C’est un chiffre ahurissant, et ce qui nous consterne et nous intrigue encore plus, c’est qu’il voyait cela comme un acte de dévotion religieuse.


Behram achevait toutes ses victimes par strangulation, utilisant une longue bande de soie qu'il portait enroulée autour de la taille et appelée ruhmal. Le médaillon de Canova était cousu sur la ruhmal pour ajouter du poids à une extrémité. Ainsi, une fois lancé, il s'enroulerait facilement autour du cou de la victime.

Mais cette méthode de meurtre n'était pas propre à Behram. Il était également pratiqué par un réseau de tueurs organisés qui, au XIXe siècle, comptaient des milliers de personnes. Ils étaient connus sous le nom de « Thugs » et, selon même les estimations les plus modestes, ils constituent le culte le plus meurtrier de l'histoire.

Le culte Thugs en Inde

Près de deux millions de morts ont été attribués à ce culte. Des corps ont été retrouvés dans des charniers partout en Inde.

Les Thugs étaient une bande organisée de voleurs. Ils gagnaient leur vie en attaquant des gens et en les volant sur les routes indiennes. Aujourd'hui, les anglo-saxons appellent souvent les voleurs ou les criminels violents des thugs. Ce mot vient de Thuggees of India.

On pense que les Thugs remontent au XIVe siècle. Et même si beaucoup d'entre eux prétendent être rien de plus que des bandits, ils ont également affirmé avoir assassiné leurs victimes dans un but bien précis : offrir du sang à la déesse hindoue Kali. Des meurtres ont été commis au nom de Kali par les Thugs. Il y avait un aspect rituel à ces meurtres. Il ne s'agissait pas seulement de vol. C'était un acte de dévotion.

Kali est la déesse noire, elle a les yeux enfoncés, des dents pointues en forme de crocs, et elle a une très longue langue pendante. Elle porte un collier de crânes humains. Elle tient également une tête coupée dans une main et une machette dans l'autre. C'est la déesse la plus puissante qui soit, parce que rien ne peut l'arrêter quand elle est en colère. La secte des Thugs voulait offrir du sang à Kali, mais comme ils ne voulaient pas en renverser même une seule goutte, ils étranglaient leurs victimes pour que Kali puisse avoir tout le sang de la victime.

Curieusement, bien que Kali soit un dieu hindou, les Thugs comprenait également des musulmans et des sikhs. Les Thugs sont issus de milieux très divers. Donc les disciples de Kali semblaient transcender la religion. Ils pensaient que Kali était une déesse qui venait des étoiles. Ça veut peut-être dire qu'il s'agissait d'une extraterrestre.

Les Thugs auraient-ils vraiment pu être influencés par un visiteur d'un autre monde, un visiteur confondu avec un dieu depuis des siècles ? Et, dans ce cas, pourquoi un extraterrestre aurait-il une soif de sang humain ?

Quand vous regardez l'histoire d'anciens cultes qui vénéraient des dieux extraterrestres ressemblant à des humains, vous trouvez des atrocités, des sacrifices humains au nom de ces dieux. Ils croyaient que ces dieux voulaient qu'ils commettent ces actes, qu'ils commettent des sacrifices.

Le Mont Llullaillaco en Argentine et les sacrifices Incas

En 1999, au sommet du mont Llullaillaco, un volcan argentin culminant à 6700 m de haut, l'archéologue Johan Reinhard découvre les restes gelés de trois momies humaines – un garçon et deux filles – tous âgés de moins de 16 ans.

Datant d'environ 500 ans, ils étaient également entourés d'un certain nombre de statues en or, d'argent, de textiles ornés et de poteries.

Les enfants avaient été drogués et abandonnés au sommet de la montagne en sacrifice aux dieux Incas. Les lncas faisaient des sacrifices humains après un événement terrestre majeur, comme l'éruption d'un volcan ou peut-être un tremblement de terre, et le sacrifié était toujours un enfant âgé de six ans à quatorze ans, un enfant parfait, un enfant pur.

En massacrant leur propre peuple, c'était le sacrifice ultime de tuer quelqu'un afin de faire revenir les dieux. Et on peut constater à quel point ces pratiques étaient prises au sérieux il y a des milliers d'années.

Les sacrifices Aztèques

Pour les Aztèques, le sacrifice humain était si important qu'ils le croyaient nécessaire à la survie de l'univers tout entier. Les Aztèques se sont sacrifiés parce qu'ils pensaient que les dieux avaient besoin de sang pour maintenir l'univers. Et sans sang humain, l'univers mourrait.

Lors de la consécration d'un temple, ils auraient sacrifié 20 000 personnes, qui ont été emmenées au sommet de ces structures en forme de pyramide. Ils ont été coupés, le cœur arraché, puis les corps étaient jetés dans les escaliers et roulaient sur les marches.

Mais certains documents montrent qu'il y avait en fait des volontaires pour cela.

Quand nous pensons à ces dieux dont parlaient les anciens ou aux cultes modernes, devons-nous présumer que ces extraterrestres nous demandent de faire le sacrifice du sang ? Ou pourrait-il s'agir simplement de notre interprétation de ce qu'ils veulent ? Les visiteurs extraterrestres désirent-ils vraiment le sang des humains afin d'exercer un pouvoir et prendre le contrôle de la Terre ? Il y a ceux qui croient que la réponse est oui et qu'il peut y avoir un programme plus grand, même plus insidieux. Et les indices peuvent être trouvés en examinant des sectes qui n'appellent pas seulement à la mort d'autrui, mais exigent que les fidèles se sacrifient eux-mêmes.

Les fanatiques d'Afrique du Nord

En Afrique du Nord, au IVème siècle, dans toute la région, de petits groupes de fanatiques religieux armés de massues ont attaqué des voyageurs au hasard sur les routes, tout en criant des louanges à Dieu. Ils ne criaient pas « Allahou akbar » car ils étaient chrétiens.

Ils espéraient ainsi faire l'objet de représailles et être finalement tués à leur tour.

Ces précurseurs des cultes suicidaires modernes sont appelés Circoncellion, du latin circum cellas, et leurs disciples cherchent délibérément la mort pour pouvoir monter et rejoindre Jésus dans les cieux. Il est intéressant de noter que les Circumcellions ne se sont pas tués eux-mêmes, ils ont essayé de provoquer d'autres personnes à les tuer pour leurs actes odieux. Ils se sont comparés aux fidèles donatistes opprimés par Rome en raison de leur situation économique dégradée.

Ils attaquaient les voyageurs sur la route et les matraquaient avec des bâtons dans l'espoir de susciter une réaction violente, car ils croyaient que s'ils mouraient, ils réussiraient à devenir martyrs. Et ils essayaient si fort d'être tués, que lorsque cela ne fonctionnait pas ils se jetaient ensembles du haut des falaises. Ils commettaient un suicide collectif.

Les sectes suicidaires chrétiennes telles que les Circoncellions devinrent si répandues qu'elles poussèrent l'église à déclarer le suicide comme un péché en 364 après J.-C. Mais qu'est-ce qui a poussé tant des premiers chrétiens à se sacrifier  ?

Les sectes gnostiques et les Archontes

Au 2ème siècle, soit plus de 200 ans avant les Circoncellions, est apparue la secte Gnostique, qui existent toujours aujourd'hui.

Les gnostiques croient que le monde dans lequel nous vivons n'a pas été créé par Dieu. Qu'il a été fabriqué par des êtres inférieurs. Les « Archontes » sont des êtres célestes ; Dieu les a créés, mais ils ont échappé au contrôle de Dieu et ils ont créé la Terre.

Le monde entier n'est pas ce qu'il semble être.

Et si vous avez cette connaissance, la Gnose, alors vous pouvez entrer dans un monde supérieur.

Les Archontes étaient des entités venues sur terre pour détourner l’espèce humaine à leurs propres fins, pour manipuler les humains. Imaginez un groupe d’extraterrestres démoniaques qui se nourrissent de la misère humaine, ils sont aujourd’hui derrière chaque guerre, chaque famine, chaque fléau, chaque malheur humain... Ce sont les Archontes.

Se pourrait-il qu'un lien subconscient avec un passé extraterrestre ait amené des groupes comme les Gnostiques et les Circoncellions à croire en l'existence d'un monde meilleur que le leur ?

L'Ordre du Temple Solaire en Suisse

À Genève, en Suisse, en 1984, deux hommes, Joseph Di Mambro et Luc Jouret, ont formé une société secrète appelée Ordre du Temple Solaire.

Ils prêchaient que le nirvana pouvait être trouvé sur une planète entourant l'étoile Sirius. Luc Jouret était une sorte de guérisseur holistique qui incorporait des fragments de différentes religions. Il s'inspirait essentiellement du christianisme, de l'ordre des Templiers, des thèses autour des extraterrestres, et ça devint la base de sa construction religieuse.

Alors que Jouret était la figure de proue du groupe, c’était la jeune fille de Di Mambro, qu’ils appelaient l'enfant cosmique, qui devait les mener vers le nouveau monde.

Rassemblement des dépouilles du Temple Solaire
Joseph Di Mambro a réussi à convaincre ses partisans que sa fille, Emmanuelle, était en réalité un être divin. Sa communication à travers elle lui a permis de savoir que leur avenir sur une planète autour de Sirius était absolument déterminé. Tout ce qu'ils devaient faire à la fin était de le croire sincèrement. Si fortement qu'ils étaient réellement disposés à abandonner leur vie pour effectuer ce qu'ils appelaient le transit.

Jouret et Di Mambro ont prêché que l'apocalypse était proche et pour atteindre cette nouvelle planète, ils devaient se suicider et se purifier l'âme par le feu.

Tous leurs corps étaient disposés dans différents chalets en France et en Suisse. Et il y avait des explosifs chronométrés qui ont mis le feu à ces chalets. Les corps ont été essentiellement incinérés. Après la dernière vague de suicides en 1997, le nombre de morts est monté à 74 personnes.

Mais les autorités ont été encore plus choquées lorsque, la même année, un autre groupe fanatique s'est également suicidé en masse dans un but similaire, Heaven's Gate. Lorsque les suicides ont eu lieu à Heaven's Gate, on pensait au départ qu'il ne s'agissait que d'une partie du temple solaire. Ce n'est que plus tard que les rapports ont établi qu'il s'agissait d'un autre culte.
 

Le Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu

Dépouilles dans des sacs plastiques
À la fin des années 1980, alors que Heaven's Gate et l'Ordre du Temple Solaire gagnaient des adeptes, un autre culte se forma en Ouganda : le Mouvement pour la restauration des dix commandements de Dieu. Leur chef, Joseph Kibwetere, a affirmé qu'il était en communication directe avec la Vierge Marie par le biais de l'électronique chez lui.

La façon dont la Vierge Marie parlait au téléphone, à la télévision présente des similitudes étranges avec la façon dont beaucoup de sectes basées sur des extraterrestres prétendent recevoir réellement des communications d'OVNIS.

Kibwetere a prédit que le monde se terminerait le 31 décembre 1999. Mais quand la date s'est écoulée sans incident, il a décidé d'amener lui-même la fin du monde. Il les a empoisonnés. Il a jeté leurs corps dans des puits. Enfin, plus de 500 personnes ont été enfermées dans une église en bois incendiée.

Au final, plus de 750 corps ont été retrouvés. C’était probablement la tragédie la plus horrible de l’histoire moderne.

Trois sectes distinctes se suicidant ou assassinant en l'espace de cinq ans. Plus de 1000 morts. Et les trois sectes croyaient avoir reçu des messages d'êtres d'un autre monde. Des messages qui les ont convaincus que leur mort les transporterait vers une vie meilleure dans les cieux. Coïncidence ? Ou est-ce que les membres de ces sectes auraient vraiment été les destinataires d'une sorte de communication extraterrestre bizarre ? Une telle option qui semble incroyable est effectivement possible. Et la preuve pourrait être trouvée à l'intérieur du cerveau humain.


 
Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les déviances sectaires



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.