Le destin des plantes

Les destin des plantes
La plante-arbre crût
la plante-miel crût,
la plante-légume crût,
la plante anumun / aparshar / alfa (luzerne) crût,
la plante atutu (épineuse ?) crût,
la plante astaltal / ashtaltal / actaltal crût,
la plante plante-d’eau crût,
la plante amaru / amharu / cassia (médicinale) crût.

Enki dans les marécages, regarda autour de lui.
Il dit à son messager Usmu / Isimud :

je veux décréter le sort de ces plantes,
je veux en connaître la nature.
Quelle est, je te prie, cette plante ?
 


Usmu / Isimud, son messager, lui répond :

« Mon roi, c’est la plante-arbre », lui dit-il. Il la coupe pour Enki, qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-miel », lui dit-il. Il la coupe pour lui, qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-légume (ou la mauvaise-herbe du chemin) », lui dit-il. Il la coupe pour lui, qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-anumun / aparshar / alfa (luzerne) », lui dit-il. Il la coupe pour lui, qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-atutu », lui dit-il. Il la coupe pour lui qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-astaltal / ashtaltal / actaltal », lui dit-il. Il la coupe pour lui qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-d’eau », lui dit-il. Il la coupe pour lui, qui la mange.

« Mon roi, c’est la plante-amaru / amharu / cassia (médicinale) », lui dit-il. Il la coupe pour lui, qui la mange.

Enki décréta donc le destin de ces plantes et il connut leur nature.
 

La malédiction de Ninhursag

Ninhursag maudit alors le nom d'Enki :

Je ne poserai plus sur lui mon « regard-de-vie » jusqu'à sa mort !  

Les dieux Anunnakis étaient assis dans la poussière. Un renard qui était là, dit face à face à Enlil :

Ô, Enlil, si je fais en sorte d'amener Ninhursag devant toi, quelle sera alors ma récompense ?  

Enlil réplique au renard :

Si tu réussis à amener Ninursag devant moi,
je te fais la promesse de planter, dans ma ville,
Deux Arbres kiçkanûs (bouleaux ou trônes) et
ton nom sera vénéré,
comme un dignitaire ta tête sera exaltée.
 

Le renard se mit à lustrer son poil, il secoue sa fourrure, et se farda les yeux du khôl.
...................
...................
...................
...................

Le renard dit à Ninhursag :

Je me suis rendu à Nibru (Nippur), mais Enlil ne m'a pas aidé ; Je me suis rendu à urim (Ur), mais Nanna ne m'a pas aidé ; Je me suis rendu à Larsa, mais Utu ne m'a pas aidé ; Je me suis rendu à Unug (Uruk), mais Inana ne m'a pas aidé. Je suis à la recherche d'un refuge qui est un…….  

Ninhursag ........
...............
...............
...............
...............
...............
...............

Le texte et incomplet et difficile à comprendre.

L'invention de la médecine

Enki tombe gravement malade.

Ninhursag courut vers le temple. Les Anunnaki prirent ses vêtements et les firent .... Ils fixèrent le destin et ............ Ninhursag fait s'asseoir Enki sur son vagin.

Ninhursag, dans son temple, lui a accordé la vie :

Mon frère, qu'en est-il de tes maladies ?
– Le sommet de mon crâne me fait mal.
 

Elle créa alors Abu / Abbulu / Absham ( Dieu de la végétation, maître des plantes)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Mes cheveux me font mal.
 

Elle créa alors Nin-sikila / Nin-tulla. (« Seigneur des cheveux »)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Mon nez (ou visage) me fait mal.
 

Elle créa alors Nin-giriu / Nin-giriutud / Nin-kautu / Nin-sutu. (« Maîtresse du nez »)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Ma bouche me fait mal.
 

Elle créa alors Nin-kasi. (« Maîtresse qui remplit la bouche », déesse de la bière)

Mon frère, qu'est-ce qui te fais mal ?
– Ma gorge (ou mon sexe) me fait mal.
 

Elle créa alors Na-zi. (« C'est en ordre » et « ...gorge »)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Mon bras me fait mal.
 

Elle créa alors Azimua / Dazima. (« Bras vivant »)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Mes côtes me font mal.
 

Elle créa alors Nin-ti / Nin-til (« Maîtresse des côtes » ou « Maîtresse de la vie »)

Mon frère, qu'est-ce qui te fait mal ?
– Mes flancs (ou mon intelligence) me font mal.
 

Elle créa alors En-sag / En-shag-me (« Seigneur des flancs » ou « Seigneur qui fait l'intelligence claire »)

Pour les petits que je viens d'enfanter, les cadeau ne feront pas défaut :
Qu'Abu / Absham soit le maître des plantes,
Que Nin-sikila / Nin-tulla soit le seigneur de Magan,
Que Nin-giriu / Nin-kautu épouse Nin-azu / Nin-zu (le Dieu médecin),
Que Nin-kasi soit la pleine possession des cœurs,
Que Na-zi devienne la maîtresse du tissage et épouse Nin-dara / Umun-dara,
Qu'Azimua / Dazima épouse Nin-geszida / Ningishzida,
Que Nin-ti soit la maîtresse des mois "itis",
Et qu'En-sag / En-shagme soit le seigneur de Dilum !

Ninhursag donna ainsi naissance à huit divinités guérisseuses afin de guérir son frère et mari Enki.

Gloire au vénérable Enki !

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Les mythes sumériens



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.