Le Dieu Enki

Enki
Dans la mythologie sumérienne, Enki apparaît comme le dernier recours quand tout le reste semble désespéré. Enki est le dieu de l'eau douce mais aussi le Dieu de la terre. On l'appelle également Ea, « Maison de l'eau », car la terre est la source de l'eau qui permet l'existence des hommes. Il est censé avoir fourni l'accès à l'eau douce à Dilmun (aujourd'hui l'île de Bahreïn). Il a également été crédité d'avoir rempli le fleuve Tigre avec des cours d'eau. L'eau vivifiante – on dit d'elle que c'est sa semence – produisait de nouvelles générations de dieux et assurait le développement du cosmos. Grâce à sa puissance de purification de l'eau, Enki a libéré l'humanité du mal. Il était considéré comme un puissant spécialiste des rituels et le seigneur dans l'art de la conjuration, de la magie et de l'exorcisme.

Enki était malin, sage, inventif, rusé et plein d'idées. Il était aussi le père de l'artisanat. Comme un potier, il a créé les humains à partir de l'argile avec l'aide des déesses mères. Une fois, Enki a même dû être sauvé par une déesse mère quand il a été imprégné par son propre sperme. Parce qu'il lui manquait un utérus, elle l'a sauvé en arrêtant l'hémorragie de sperme. Cette grossesse aurait entraîné la naissance de diverses plantes médicinales.

Enki est également appelé Ea en akkadien, ce qui signifie « la vie » ou encore « Maison de l'eau ».

Enki est associé à la ville d'Eridu au sud de la Mésopotamie. Le temple d'Enki était E-abzu (maison de l'abzu), également connu sous le nom de E-engur-ra (maison de l'eau souterraine) ou E-unir.

Enki organise le monde

Enki a été ordonné par le plus haut dieu, Enlil, d'assigner certaines responsabilités et villes aux autres dieux. Mais avant de le faire, il a décidé de donner au pays Sumérien, à la ville d'Ur, au golfe Persique, à la vallée de l'Indus, et aux nomades de la Mésopotamie un bon sort. Il remplit le fleuve Tigre d'eau et rend la terre fertile. Puis il a attribué des rôles à divers dieux, ce qui a abouti aux dieux des canaux et des orages, de l'orge, de la panification, de l'architecture, etc.

Le rôle d'Enki dans la fertilisation des terres mésopotamiennes et la civilisation de ses villes est relaté dans d'importants textes littéraires sumériens du deuxième millénaire avant notre ère. Enki et Ninhursanga  décrit le rôle d’Enki dans la transformation des terres autour des terres marécageuses salées de Tilmun (près de la Mésopotamie méridionale) en un terrain fertile et économiquement productif utilisant l’eau douce de l’abzou.

Le Seigneur de l'Abzou

Le dieu Enki est l'un des trois dieux les plus puissants du panthéon mésopotamien, avec Anu et Enlil. Il réside dans l'océan sous-marin appelé Abzu (akshi en akkadien), qui occupait une place importante dans la géographie cosmique mésopotamienne. Par exemple, la ville de Babylone aurait été construite au sommet de l'abzou.

Les textes sumériens sur Enki incluent souvent des représentations ouvertement sexuelles de sa virilité. En particulier, il existe un lien métaphorique entre les propriétés vitales du sperme du dieu et la nature animante de l'eau douce de l'abzou. Jusqu'à récemment, toutefois, beaucoup de détails plus explicites ont été supprimés dans les traductions modernes.

Enki était servi par son ministre, le dieu aux deux visages Isimu / Usmû. D'autres créatures mythiques habitaient également l'abzu avec Enki, notamment les sept sages mythiques (apkallū) qui avaient été créés dans le but d'enseigner la sagesse à l'humanité.

Inana prend le ME d'Enki

Les dieux des diverses cités-états aimaient se faire des visites. Au cours de ces visites des célébrations avaient lieu ; elles étaient souvent exubérantes, comme lorsque la déesse de l'amour et du désir sexuel, Inana, à rendu visite à Enki à Eridu. Ils buvaient tant de bière qu'Enki était ivre et a roulé sous la table. En voyant là une opportunité, Inana l'a persuadé de lui donner les 50 ME, les puissances célestes nécessaires pour dominer la culture urbaine, les prêtrises, l'artisanat, la guerre, la paix et d'autres choses. Avant qu'Enki ait eu une chance de se raffermir, elle avait emmené le ME dans sa ville, Uruk.

A une autre occasion, Enki s'est également fait dérober une tablette super importante pour l'avenir de l'humanité : La Tablette des Destinées. Le poème sumérien Ninurta et la tortue  décrit comment Enki a créé une tortue à partir de l'argile de l'abzou pour l'aider à retrouver la tablette volée des destinées, qui contrôle l'avenir de l'humanité. La tablette a été volée par un démon ressemblant à un oiseau diabolique nommée Anzu, mais le héros Ninurta l'a reconquise. Ninurta, cependant, décida de la garder pour lui plutôt que de la rendre à Enki. Pourtant, Enki, toujours rusé, a déjoué les ambitions de Ninurta en créant une tortue qui a attrapé Ninurta par le talon, creusé un trou avec ses griffes et y a entraîné le héros trop ambitieux. Bien que l'histoire soit incomplète, la tablette a sans doute été retournée à Enki et Ninurta a appris une leçon précieuse sur la nature corruptrice du pouvoir.

La magie, les incantations, la sagesse et les nettoyants

Enki a de nombreuses associations avec la sagesse, la magie et les incantations. Il était un dieu favori des divinateurs et des prêtres exorcistes, car il était la source ultime de toutes les connaissances rituelles utilisées par les exorcistes pour conjurer et expulser le mal. Enki était le patron des arts et de l'artisanat et de toutes les autres réalisations de la civilisation.

Sa connexion avec l'eau signifiait que Enki était également la divinité protectrice des nettoyeurs.

Des rituels et des prières pour prévenir et éliminer le mal ont fréquemment invoqué Enki, Šamaš et Marduk en tant que groupe. Enki fournissait généralement les sorts, Marduk en supervisait la mise en œuvre et Šamaš / Utu en assurait la purification.

Enki figure également au centre d'une série de « bains publics » royaux : rituels visant à restaurer la pureté du roi après des événements célestes inquiétants. Un exorciste récita des incantations aux dieux au nom du roi, tandis que le roi se baignait lui-même pour éliminer le mal.

Dans la vision du monde mésopotamienne, les maladies et les conflits étaient causés par des démons pervers et un mécontentement divin. En tant que maître des connaissances rituelles des exorcistes, Enki a souvent figuré dans les incantations du premier millénaire exécutées par des exorcistes pour éliminer le mal ou l'empêcher de se rendre dans les maisons. Dans une prière néo-assyrienne contre le mal de la ville de Huzirina, un homme du nom de Banitu-tereš demande à Enki de supprimer « le mal de conditions alarmantes (et) de mauvais signes défavorables » présents dans sa maison, car il est constamment terrifié de ce qui va arriver. Les prières pour le succès dans la divination et la protection des rois ont également invoqué Enki.

Un ami de l'Humanité

Enki

Enki est le créateur et également le protecteur de l'humanité, sa création. Ainsi, lorsque tous les autres dieux voulaient détruire l'humanité à travers une inondation massive, le déluge, Enki l'a aidé à échapper à la catastrophe imminente. Pour assurer la survie de l'humanité, Enki a averti un homme nommé Ziusudra (appelé Atrahasis dans les mythes akkadiens plus récents) en lui chuchotant à travers les roseaux qu'il devait construire un bateau assez grand pour les animaux et sa famille.

Le sage Adapa était un autre protégé d'Enki. Sous la supervision du dieu, il a inventé le voilier. Enki a également donné des rites à l'humanité, tels que les vêtements d'un prêtre et l'onction. Beaucoup de témoignages racontent que des gens ont reçu l'aide médicale d'Enki, qui leur a donné des baumes de guérison.

Dans le mythe Adapa et le vent du sud, Enki aide l’humanité à conserver le don de magie et d’incantations en empêchant Adapa de devenir immortel.


Le généalogie de Enki

Enki était le fils du dieu An et de la déesse mère Nammu et un frère jumeau d'Adad. Sa femme légitime s'appelait Damgalnunna / Damkina et leur progéniture était composée des dieux Marduk, Asarluhi et Enbilulu, de la déesse Nanše et du sage Adapa.

Enki a également eu des rencontres sexuelles avec d'autres déesses, en particulier dans le mythe sumérien Enki et Ninhursanga  ou Ninhursanga (la Dame des collines) donne naissance à la déesse Ninnisig / Ninmu après des relations sexuelles avec Enki. Plus tard dans le mythe, Enki tombe gravement malade et Ninhursanga donne ensuite naissance à huit divinités guérisseuses afin de le guérir.

Enki a ensuite engendré la déesse Ninkura avec sa fille Ninnisig et la déesse Uttu avec sa petite-fille Ninkura. C'est une belle histoire d'inceste tout cela !

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : La mythologie mésopotamienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.