Le dieu Naram-Sin

Dieu Naram-Sin
Naram-Sin était le petit-fils du célèbre Sargon d'Akkad, qui fonda le premier grand empire de l'ancien Proche-Orient. Naram-Sin fut à son tour l'empereur d'Akkad.

Naram-Sin signifie « favori du péché ». Il portait le titre « roi des quatre quarts du monde ».

Pendant son règne, Naram-Sin se trouva confronté à une résistance violente. La situation est devenue dangereuse lorsque les villes du sud et du nord de son pays ont combiné leurs forces contre lui. Pour cette raison, il a été forcé de se battre dans neuf batailles en une seule année. Il a affirmé qu'il était aidé par l'amour de sa déesse de la protection personnelle, Inana. Pour l'aider, la grande prêtresse Enheduana, sa tante, priait pour Inana afin de détruire l'opposition.

Lorsqu'il a gagné, les citoyens d'Akkad ont prié les dieux de faire de Naram-Sin leur divinité protectrice. Il était adoré dans un temple. Alors que les dirigeants précédents s'identifiaient souvent comme des enfants des dieux, la déification réelle du souverain lui-même a été trouvée avec Naram-Sin.

Naram-Sin a été divinisé en tant que dieu après qu'il ait vaincu une grande coalition d'ennemis ; il est devenu le dieu protecteur de sa capitale, Akkad.

La Stèle Naram-Sin

Stèle de Naram-Sin
Les batailles pour la continuation et l'expansion de son empire ont amené Naram-Sin jusqu'à la mer Méditerranée. Dans le nord-est, il est arrivé a proximité d’une tribu des montagnes, les Lullubi. Une stèle de six pieds de haut, astucieusement conçue en grès vers l’an 2230 av. J.-C., décrit sa victoire.

Il est vu comme un souverain majestueux régnant sur le monde des hommes et au-delà, dans le monde des dieux. Sur la stèle on voit Naram-Sin portant une couronne de cornes.

Au-dessous de lui, ses soldats sont représentés en marche. Sans aucun doute, c'est une tentative de rapprocher l'ascension du territoire montagneux escarpé de l'ascension au pouvoir d'Akkad.

La stèle montre trois scènes : dans la première, le chef adverse a les mains levées, demandant pardon. Ensuite, il est montré avec une lance dans son cou et finalement, au centre de la stèle, il peut être vu tombant la tête la première dans un abîme. Au milieu du XIIe siècle, la stèle fut volée par les Élamites et emmenée de Babylone à Suse.

Le Dieu protecteur

Au troisième millénaire avant notre ère, les dieux protecteurs ne sont connus que pour les souverains et les États. Naram-Sin lui-même a été élevé au statut de dieu protecteur dans sa capitale. Selon des sources du deuxième et du premier millénaire av. J.-C., chaque personne avait deux dieux protecteurs, qui créaient une sorte de paire parentale. Dans les rituels, les gens ajoutait le nom de leur père et de leur dieu protecteur au leur. Si les dieux étaient bienveillants envers l'humanité, tout allait bien. Sinon, les dieux les quitteraient et ils seraient confrontés à la maladie, à la pauvreté et à l'isolement social.

La malédiction d'Akkad

La chute du grand empire Akkadien a été expliquée par un mythe, une lamentation connue sous le nom de la malédiction d'Akkad. Dans le poème, Naram-Sin a été décrit comme un dirigeant impie. Il adorait et aimait la déesse Inana, ce qui irritait les autres dieux.

Ces dieux, avec Inana, leur ont enlevé leur protection. Parce qu'il n'avait pas la permission de rénover le temple d'Enlil, il le pilla et le détruisit. À cause de cela, Enlil envoya des ennemis barbares attaquer Naram-Sin, laissant la terre dévastée. Afin de calmer Enlil, les autres dieux maudirent la ville d'Akkad : elle resterait à jamais en ruines.

C'est en effet comme ceci que ça s'est passé. L'invasion des Goutéens, poussés par d'autres envahisseurs venus d'Anatolie, les Umman-Nanda, mit fin à l'empire d'Akkad. La dynastie ne subsista qu'au sud du delta. Les envahisseurs ne se maintinrent pourtant pas longtemps car ils furent chassés par un prince d'Uruk, Utukhegal, vers 2060 avant J.-C. Ce fut alors le début de la renaissance sumérienne.

La renaissance sumérienne avec la IIIe dynastie d'Ur

Les cités de Sumer, unies de nouveau, vont connaître une véritable renaissance. Ur, avec son roi Ur-Nammu et les quatre princes qui lui succéderont, assure pour un siècle son hégémonie sur ses sœurs : elle portera les armes de ses guerriers jusqu'aux montagnes du Zagros, s'efforçant de faire respecter son autorité dans les moyennes vallées du Tigre et de l'Euphrate. Les rois d'Ur, comme leur prédécesseur Sargon, se dénommeront « roi de Sumer et d'Akkad » ; le titre, désormais habituel, exprimant la fusion des deux éléments ethniques, sumérien et sémite, maintenant unis dans une civilisation commune (la tradition y fait naître Abraham, vers 2000 av. J.-C.).

Les noms des souverains sont empruntés aux deux langages. Le pouvoir religieux est en régression devant le pouvoir politique, et l'évolution va dans le sens d'un État bureaucratique, forme de gouvernement pour laquelle les Sémites avaient servi de modèle. Ur-Nammu fut l'auteur d'un code de lois, récemment découvert. Celui-ci passe pour le code le plus ancien de l'humanité, et l'on y retrouve, après quatre mille ans, certains accents de morale sociale qui ne nous paraissent pas étrangers. Le roi raconte, par exemple, qu'il a chassé les fonctionnaires malhonnêtes, qu'il a établi des poids et mesures justes et inaltérables, qu'il a veillé à ce que la veuve et l'orphelin ne soient pas la proie du puissant. Le souverain n'impose pas à ses vassaux une sujétion trop étroite. Nous le constatons à Lagash, dont le prince Goudéa agit avec la plus grande indépendance et domine ses voisins immédiats. Goudéa, bâtisseur de temples et de palais, fait sculpter dans la diorite plus de trente statues qui le montrent en adoration, dressant le plan d'un édifice ou assis en majesté. Les cylindres-sceaux évoquent fréquemment leur possesseur présenté à l'un des dieux suprêmes par son dieu personnel. La ville de Mari, elle aussi, allait un peu plus tard développer, dans le cadre d'une quasi-indépendance, une civilisation brillante. Les vestiges du palais des rois témoignent de cette splendeur. Il couvrait plus de trois hectares et demi d'un seul tenant, avec des quartiers distincts : appartements privés du souverain, chapelles royales, salles d'audience, bureaux, magasins, cuisines.

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : La mythologie mésopotamienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.