An et Enlil

Dieu An
Dieu An
Les dieux et les déesses sont nombreux en Mésopotamie et incarnent les grandes forces naturelles de l'univers. Pendant plusieurs siècles, les dieux An (ou Anou) et Enlil avaient le statut le plus élevé parmi les dieux de la Mésopotamie. Ils ont joué un rôle central dans la cosmologie mésopotamienne, étant à l'origine des mythes de la création de l'Univers où le dieu du ciel, An, séparé de la déesse de la terre, ont créé ensemble le monde et ses dieux. Enlil (Régnant à Nippur, ville sacrée d'Enlil) était désigné comme le créateur des dieux ou comme le séparateur du ciel et de la terre.

Alors que An, le dieu le plus élevé de la hiérarchie, est clairement traduit par « ciel », la traduction d'Enlil reste incertaine. Les significations possibles incluent le « seigneur des vents », « le seigneur qui est un esprit », ou encore le « dieu des dieux ».

An et Enlil présidaient tous deux l'assemblée des dieux et décidaient de l'avenir du monde et des humains, seuls ou avec l'assemblée. Les humains, cependant, pouvaient essayer d'influencer leur sort. Le pouvoir des décisions d'An et Enlil était d'assurer l'ordre public. Par conséquent, ils étaient aussi les figures les plus importantes dans la constitution des dirigeants mésopotamiens.

An serait comparable à Kronos et Enlil serait Zeus.

 

L'ordre des dieux

Le monde des dieux était structuré selon une hiérarchie stricte, que l'on peut voir dans les documents de la deuxième moitié du deuxième millénaire av. JC. Ils énumèrent les symboles spécifiques des dieux : les dieux des étoiles sont montrés en haut, les dieux terrestres au milieu, et les puissances du monde souterrain en bas.

Les divinités astrales : lune, soleil et étoiles forment une triade qui éclaire et règle la vie sociale. Au-dessous s'agite la sphère des démons, bons ou malveillants. Les sumériens croient à l'au-delà. Celui-ci est sinistre, car les morts, surveillés par des gardes, errent à jamais dans les ténèbres. Les prêtres ont le monopole de la magie et de la divination.

Dès le troisième millénaire av. J.-C., il y avait des livres semblables aux encyclopédies qui énuméraient les noms de tous les dieux. A chaque dieu élevé a été assigné une famille avec une femme et des enfants, aussi bien qu'une maison céleste avec des ministres, des scribes, des messagers, et même des boulangers, des serveurs, des coiffeurs, et des balayeurs. An était toujours prééminent sur ces listes de dieux.

Vous trouverez sur ce site une liste des Dieux mais c'est en anglais.

Audience avec les dieux

Dieu Enlil sur son trône
Dieu Enlil sur son trône
Un dieu élevé ne pouvait être visité que lorsqu'une certaine étiquette était observée, tout comme un auditoire avec une règle qui serait requise. Tout d'abord, il fallait s'inscrire auprès du portier. Avec un peu de chance et l'aide d'un dieu gardien personnel qui faisait office de médiateur, on était autorisé à continuer. Avant de présenter la question de la visite, il fallait se prosterner devant le dieu assis sur son trône. Un cadeau pour le dieu (ainsi que le souverain) était un must afin de l'apaiser et qu'il soit enclin à nous aider.

Des sacrifices et des offrandes accompagnent généralement les fêtes religieuses.



 

Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

An et Enlil

L'ordre des dieux

Audience avec les dieux


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : An et Enlil




Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 29 Avril 2018. Il est à jour.