La création de l'humanité

Création de l'humanité
Selon les anciens mythes du Proche-Orient, les premiers peuples sont nés ou ont été formés à la main à partir de l'argile.

Deux divinités étaient responsables de la création de l'humanité : la déesse mère connue sous une variété de noms (Nammu, Ninmah, Namma, Belet-Ili...) et Enki, le dieu de l'eau douce et des inventions pratiques.

Le plus souvent, ces mythes combinent la naissance et la mise en forme des premiers hommes en une seule histoire. Des histoires qui mentionnent la déesse mère soulignent sa grossesse, qui n'a duré que neuf jours au lieu de neuf mois, et la naissance en elle-même. En revanche, des mythes sur une création plus artistique décrivent Enki formant des gens à partir de l'argile comme s'il faisait un pot. La différence était que l'argile était mélangée avec un liquide extraordinaire qui possédait des pouvoirs surnaturels. Plusieurs mythes associent le liquide utilisé dans la création au sang d'une divinité égorgée.

Enki était aidé dans sa tâche par Ninmah. Parfois, Enki ajoutait de la salive divine dans le mélange d'argile brute. Souvent, la raison donnée pour créer l'humanité était de fournir des travailleurs afin que la jeune génération de dieux puisse être soulagée du dur travail de creuser des canaux. Ceci corrobore avec une certaine interprétation de la Bible qui veut que le Jardin d'Eden soit en fait un camp de travail.

 

Quand les dieux étaient humains

Tablette d'argile sumérienne
Le mythe babylonien Atramchasis commence avec les mots « inuma ilu awilu » ( « quand les dieux étaient humains »). Le mythe concerne les dieux et les humains : leur création, leurs devoirs et leurs rapports les uns avec les autres. Même la langue indique la croyance que quelque chose des dieux (ilu) était également présent chez les humains (aw-ilu).

Les gens étaient faits d'argile mélangée avec le sang d'un dieu rebelle de la connaissance sacrifié. De cette façon, on disait que les humains partageaient avec les dieux le don de la compréhension divine et ont reçu d'eux quelque chose d'immortel, un esprit, afin de ne jamais oublier le dieu sacrifié.

Belet-Ili, ayant ouvert la bouche,
Répliqua aux grands-dieux :
« Par moi seule, cela ne peut se faire;
Mais avec le concours d'Enki (Ea),
Oui, l'opération est possible !
Lui seul peut tout purifier :
Qu'il me livre l'argile en état, et moi j'opérerai ! »

Enki ouvrit alors la bouche
Et s'adressa aux grands-dieux :
« Le premier du mois, le sept, ou le quinze,
Je décréterai une lustration avec bain.
Alors on immolera un dieu igigu,
Avant que les dieux se purifient par l'immersion.
A sa chair et son sang,
Belet-Ili / Nintu mélangera de l'argile :
Ainsi seront associés du dieu et de l'homme,
Réunis en l'argile,
Et désormais, nous serons de loisir !
De par la chair du dieu
Il y aura aussi dans l'homme, un esprit (etemmu),
qui le démontrera toujours vivant après sa mort.
Cet esprit sera là pour le garder de l'oubli ! »
 

Enki et Ninmah

Fabrication des hommes à partir de l'argile
Enki et les déesses-mères travaillaient ensemble, mais parfois il y avait des conflits. Dans une querelle au sujet des humains, Enki voulait prouver à sa mère Ninmah qu'il pouvait assigner à chaque personne un endroit approprié et une fonction particulière, même si Ninmah avait doté cette personne de lacunes. Enki réussit. Il a même donné aux personnes handicapées certaines tâches.

Ce récit cherche à répondre aux deux principales questions que se posent les hommes : leur raison d'être sur terre et pourquoi il existe des êtres « imparfaits ».

La déesse mère Ninmah, la « dame de la couronne », a également permis aux êtres humains de procréer. Pour cette raison elle a été assimilée à Ninhursag, la déesse de la fertilité.



Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Création de l'humanité

 2. Quand les dieux étaient humains

 3. Enki et Ninmah


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : La création de l'humanité


Retour à la catégorie : Mythologie sumérienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.