Les esclaves des Anunnaki

Les tablettes sumériennes nous expliquent que les premiers hommes ont été créés pour être les esclaves des Anunnaki et accomplir la dure besogne à leur place.

Les esclaves des Anunnaki
Enki, l'un des plus grands dieux sumériens, fit entendre sa voix et dit aux dieux ses frères :

Pourquoi blâmer les Anunnaki de s'être rebeller contre les dieux ? Leur travail était trop dur, leur ennui était trop fort. Le signal d'alarme était pourtant assez fort et nous avons continué malgré tout. Mais il y a un remède à cela : puisque Nammu la Matrice, la déesse-utérus, est ici, qu'elle fabrique un prototype d'homme. C'est lui qui portera le joug des dieux, qui portera le joug des Igigus. C'est l'homme qui sera chargé de leur labeur ! ...
 

Alors le dieu Enki ouvrit la bouche pour fixer les règles :

Le premier du mois, le sept, ou le quinze, je décréterai une lustration avec bain. Alors on immolera un dieu igigu, avant que les dieux se purifient par l'immersion. A sa chair et son sang, Nammu mélangera de l'argile. Ainsi seront associés du dieu et de l'homme, réunis en l'argile, et désormais, nous serons de loisir ! De par la chair du dieu il y aura aussi dans l'homme, un esprit (etemmu), qui le démontrera toujours vivant après sa mort. Cet esprit sera là pour le garder de l'oubli !  

 

Quelle fut la réponse des Anunnaki ?

Et les grands Anunnakis,
Assignateurs des destins,
De répondre : "Oui !", tous ensemble.
Le premier du mois, le sept, ou le quinze,
Enki décréta donc une lustration avec bain,
Et le dieu We / Geshtu-e, qui avait de l'esprit,
Fut immolé en pleine assemblée.

A sa chair et son sang
Ils ont entendu le battement de tambour.
Un esprit a hérité des caractéristiques de la chair du dieu,
Et elle l'a proclamé en tant que son signe vivant.
L'esprit était là pour que le dieu massacré ne soit pas oublié.
Belet-Ili mélangea de l'argile,
Pour que fussent associés le dieu et l'homme.
Et les Igigu devenus, eux aussi, grands-dieux,
Crachèrent sur l'argile.

Belet-Ili ouvrit la bouche
Et s'adressa aux dieux :
« Le travail que vous m'aviez commandé,
Je l'accomplirai !
Vous avez immolé ce dieu avec son esprit,
Et je vous débarrasserai de votre lourde corvée,
En imposant votre besogne à l'Homme.
Quand les hommes auront pullulé,
je détacherai les chaînes des Igigus,
ils pourront ainsi rejoindre les grands dieux
puisque les hommes assureront leur besogne. »

Anugal, chef des Igigus, dit :
« Ô Mammi, notre libératrice,
nous embrassons tes pieds !
Que ton nom désormais soit
"Dame de tous les dieux" ! »

Le travail des déesses mères et les premières sages-femmes

Enki qui voit loin et Belet-ili / Mammi la sage
Sont entrés dans la salle du destin.
Les déesses-mères ont été rassemblées.
Il a foulé l'argile en sa présence.
Elle a continué à réciter une incantation,
Pour Enki, restant en sa présence.

Quand elle a eu fini son incantation,
Belet-Ili détacha quatorze pâtons d'argile,
En mit sept à sa droite
Et les sept autres à sa gauche.
Entre eux elle a déposé une brique de boue.
Elle s'est servie d'un roseau,
pour couper les cordons ombilicaux.

Des quatorze matrices
Réunies par la sage Experte :
Sept produiraient des mâles,
Et les sept autres des femelles.
Devant la divine Matrice, faiseuse des destins,
On les apparia et les accorda deux par deux.

Mammi a fait ces règles pour les personnes :
Dans la maison d'une femme qui donne naissance,
la brique de boue sera déposée pendant sept jours.
Belet-ili, Mammi la sage sera honorée.
La sage-femme se réjouira dans la maison de la jeune mère,
et quand la femme donne naissance au bébé,
la mère du bébé s'ouvrira.

Un homme à une fille (....?....)
sa barbe de la poitrine.
Elle peut être vue sur la joue du jeune homme.
Dans les jardins, l'épouse et son mari se choisiront.

Les déesses-mères ont été rassemblées
et Nintu était présente. Elles ont compté les mois,
et appelé le dixième mois comme limite des destins.
Quand le dixième mois est venu, elle a ouvert l'utérus.
Son visage était heureux et joyeux.
Elle a couvert sa tête, exécuté l'obstétrique,
a mis sa ceinture par dessus, et a dit une bénédiction.

Elle a fait un dessin en farine et a déposé une brique de boue :
« Je l'ai créé moi-même, de mes mains. »
La sage-femme se réjouira dans la maison de la prêtresse Qadistu.
Toutes les fois qu'une femme donnera naissance,
la mère du bébé s'ouvrira,
la brique de boue sera déposée pendant neuf jours.
Nintu la déesse mère sera honorée.
Elle appellera leur (..?..) "Mami", elle (..?..)
la déesse mère, fixera le tissu de toile.

Quand le lit sera présenté dans leur maison,
l'épouse et son mari se choisiront.
Inanna se réjouira dans les rapports conjugaux
dans la maison du beau-père.
La célébration durera pendant neuf jours,
et ils appelleront Inanna / Ishtar : "Ishhara".

Le quinzième jour, à la période fixée du destin, elle appellera
(..?..) un homme (..?..) nettoyez le à la maison (..?..)
Le fils à son père (..?..) Ils se reposeront et (..?..)
Il porteront (..?..) Il verra (..?..)
Enlil (..?..) ont pris (..?..)
faites de nouvelles sélections, faites de grands canaux,
pour alimenter les personnes et soutenir les dieux.(..?..)

(Certaines parties des tablettes d'argiles sont perdues ou ne peuvent être déchiffrées.)

Par la suite, sous la responsabilité d’Enki, les Igigus dirigèrent le travail des hommes. Enki enseigna aux hommes comment fertiliser la terre, comment confectionner des pioches et des houes, comment édifier de grandes digues d’irrigation afin qu’ils puissent se nourrir eux-mêmes et fournir de la bonne chère aux dieux.

Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Mythologie sumérienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.