Picatrix - Volume II (suite)

Picatrix Tome II

Le vrai nom du recueil est la Ghayat Al-Hakîm. Mais tout le monde a l'habitude de l'appeler le « Picatrix ». Ce grimoire est plein de ressources concernant l'astronomie arabe et la manière de réaliser des talismans magiques. Il se compose de quatre tomes.

Vous trouverez ici un résumé et non une traduction de cet ouvrage essentiel dans l'étude et la compréhension de la magie arabe qui se présente comme une concaténation de tous les documents que l'auteur a pu rassembler sur le sujet.

Cette page est consacrée à la suite du second tome. Si vous avez raté les deux premiers résumés, vous pouvez retrouver le résumé du TOME I et le début du résumé du TOME II

 
 

Picatrix - LIVRE II - Suite

Chapitre 7 :

Illustration du Picatrix
L'importance de la similitude et de la dissimilitude pour l'explication de certains effets sidéraux a été mentionnée à plusieurs reprises dans le chapitre 6. Dans le chapitre 7, l'auteur prend la possibilité de définir la similarité comme un aspect de la catégorie logique de relation appliquée à l'art talismanique. Il pénètre ensuite dans une discussion détaillée de la catégorie de la quantité, en tenant compte des lignes, des surfaces, du temps, du lieu, de la parole et des numéro dans la mesure où ils sont importants pour les talismans, avec un paragraphe plus court, à la fin, concernant la position et la qualité. L'ensemble est un résumé du Kitâb al-Baht de Jâbir.

Un article de ce site est consacré à l'art de la magie talismanique. Consultez le pour obtenir des informations complémentaires.
 

Le chapitre 8 :

Egalement tiré de Jâbir, il contient un tableau des qualités primitives des choses telles que la chaleur, le froid, l'humidité et la sécheresse et ce qui en résulte dans les différentes façons de former des combinaisons entre elles. Le tableau est précédé d'une discussion sur l'antique origine du monde (Antiochus d'Athènes). Vient ensuite la logique de la séquence des combinaisons des états, encore tirée de Jabir. L'auteur termine cette section très difficile, dont l'importance pour l'ensemble des gens n'est pas facile à discerner, avec ces mots :

Je mets en avant ces questions miraculeuses et confuses de toutes les sciences uniquement pour la raison suivante : que vous puissiez être purifié pour l'étude sérieuse de ces arts merveilleux et que vous puissiez réaliser ce que les anciens sages ont obtenus et atteindre les hauteurs qu'ils ont atteints.
 

Chapitre 9 : Où il reprend la notion de la combinaison des étoiles en chiffres magiques

(voir le chapitre 5) et donne des instructions pour la fabrication de six talismans gravés avec de tels chiffres.

Chapitre 10 : Qui traite des talismans faits par gravure de certains chiffres sur les pierres et les métaux qui appartiennent aux planètes.

Astronomie arabe
Il se divise en trois parties, dont la première est une énumération des minéraux appartenant aux diverses planètes. Les manuscrits arabes de l'Objectif du Sage, contrairement à ceux des traductions, montrent des écarts frappants de la classification habituelle. Il est donc possible que les correspondances des traductions avec la norme peut être due à un remaniement du texte. Dans tous les cas, il est remarquable que certains des écarts (par exemple le fer au lieu du plomb pour Saturne, le cuivre au lieu du fer pour Mars) se trouvent également dans le livre III, chapitre 7, au chapitre sur les prières Sabéennes envers les planètes. La première partie se termine avec des illustrations, des figures, dont certaines survivent encore comme symboles de ces planètes. La deuxième partie décrit les images des dieux planétaires. L'auteur donne trois sources, mais il y en a en fait plus. Les trois sources spécifiées sont lapidaires : `Utârid, un livre sans titre, Apollonius, et un travail d'un certain Kriton sur les talismans. Dans la troisième partie se trouvent des instructions pour graver ces images, ainsi que d'autres, dont certains d'entre eux avec des signes magiques, sur différentes pierres, avec des informations sur leurs différents effets. Les sources sont alors enrichies d'un livre d'Aristote consacré à Alexandre (le Secretum secretorum) et d'une œuvre de Hermes (al-Hâdîtûs). Il n'y a cependant aucune indication sur la source précise de chaque instructions, de sorte qu'il n'est pas possible de déterminer si les sources sont les mêmes que celles que nous venons de citer pour chacune des instructions ou seulement pour certaines d'entre-elles. Le degré d'explicitation des instructions diffère de l'une à l'autre. Il est probable que l'auteur a recueilli son matériel de partout où il pouvait le trouver. Le chapitre se termine par une courte liste de talismans qui doivent être fabriqués lorsque les planètes se trouvent dans certains décans. Les effets sont donnés, mais sans autres détails. Cette liste est clairement liée aux deux derniers chapitres du livre II, qui traitent des décans plus en détail.
 

Chapitre 11 : Où figure un avertissement

Ce chapitre ouvre sur un avertissement pour garder la doctrine cachée de l'illettré qui, par son manque de sagesse, ne fera que dénigrer la dignité de l'astrologue. Elle se poursuit avec la définition de la compréhension et de la sagacité, en utilisant des formulations qui doivent être trouvées dans une collection d'aphorismes attribués à al-Farabi, mais également imputable, en partie, à Miskawaih et même à Aristote. Suit l'énumération détaillée des trente-six décans (ici appelé wujûh,c'est à dire "visages"), les images d'ascendant, et les noms des planètes avec lesquelles ils sont connectés, en commençant par le Bélier avec Mars, le Soleil et Vénus et se termine pas les Poissons avec Saturne, Jupiter et Mars. Il y a quelques mots d'introduction à la liste, indiquant que les effets des décans sont fondées dans leur concorde avec les physeis de leurs « seigneurs ». Un post-scriptum traite de la puissance relative des différentes planètes et positions astrologiques et des physeis. Une description identique se trouve dans Ibn Abi 'l-Rijal, sauf que celui-ci omet toutes les images. Pour clore le chapitre l'auteur nous dit que, pour rendre leur fonctionnement efficace, les images doivent être gravées sur les substances qui correspondent aux planètes respectives.

Chapitre 12 : Où l'on découvre une deuxième liste de décans,

Livre des secrets sacrés
basée sur le système des « Indiens », dans lequel les décans sont appelés Darijan, le nom que les indiens leurs donnent. Ils sont maintenant attribués aux planètes d'une manière telle que chaque premier décan contient le nom du signe zodiacal (Mars, par exemple, est dans le premier décan du Bélier), tandis qu'aux deux autres décans sont attribués les noms des signes situés en trigone (120 °), comme dans le Bélier, le Soleil (Lion) et Jupiter (Sagittaire). Les effets ne sont pas mentionnés, ni les images. Nous continuons avec des informations sur les brahmanes et les pratiques ascétiques qui sont effectuées à des moments importants de l'année astrologique et permettent aux praticiens d'atteindre un état de dématérialisation leur permettant de dominer les puissances célestes. Ils sont guidés par le « livre du Bouddha », à partir duquel des extraits sont cités. Vient ensuite la description, souvent dans d'autres textes, de la rupture d'une tête d'un corps vivant afin qu'il puisse être remis en question à des fins prophétiques. Notre auteur ne donne aucune indication s'il est question ici des « Indiens » ou des Sabéens. Suit une liste détaillée des couleurs appartenant aux décans des planètes (encore appelé wujûh), sans aucune indication de leur signification. Si l'on en croit cette liste, chaque planète a trois décans, comme si elle était un signe du zodiaque, et une couleur et deux talismans sont attribués à chaque décan. La conclusion de ce chapitre et du livre II se compose d'un extrait d'un ouvrage sur les talismans rédigé par le médecin al-Razi, décrivant les constellations favorables à la fabrication de talismans à des fins spécifiques. L'auteur donne les noms de plusieurs livres, parmi lesquels le Kitâb al-Baht de Jâbir, souvent cité. Enfin, il donne le contenu des deux livres magiques des lois, attribuées à Platon, et compare leur méthode avec celle de Jâbir. Mais il semblerait que le philosophe grec n'ait rien à voir dans sa rédaction. Il s'agirait plutôt du Kitab al-Nawamis ( Le livre des Secrets Sacrés ), également appelé plus communément le Livre des lois de Platon.

Livres de magie arabeDécouvrez d'autres livres de magie arabe...

 

Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

Le Picatrix Vol.II (suite)

Picatrix - LIVRE II - Suite

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Picatrix - Volume II (suite)




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 27 Mai 2018. Il est à jour.