Picatrix - Volume III

Al-Majriti
Après avoir exposé, dans le livre II du Picatrix, la doctrine des planètes et les signes du zodiaque pour la plupart comme des éléments de constellations dans le but de faire des talismans, l'auteur de ce grimoire de sorcellerie arabe, Maslama Al-Maǧrīṭī, dans le livre III, les traite plus individuellement, avec leurs qualités spécifiques.

Comme vous allez le voir, les planètes sont personnifiées à un degré tel qu'elles sont pratiquement conjurées et adorées.

 
 

Picatrix - LIVRE III

Chapitre 1 : Qui traite de la dénomination des planètes

Après une brève introduction, pas facilement intelligible, dont l'objet est d'établir l'heure astrologique qui rend un talisman efficace, se trouve une description détaillée des dominations des sept planètes, qui embrasse toutes les divisions de la nature et de certains aspects de la civilisation, comme les langues, les religions et les sciences. En conclusion, on découvre une brève note sur les effets des deux nœuds de l'orbite lunaire.

Chapitre 2 : Qui traite de la dénomination des douze signes du zodiaque

Une liste similaire, mais beaucoup plus courte, donne les détails de la dominations des douze signes du zodiaque.

Les planètes et les signes du zodiaque

Chapitre 3 : est un omnium gatherum, un pêle-mêle,

en commençant par une liste des substances dont les encres des planètes peuvent être faites. Aucune source n'est encore connue pour quoi que ce soit depuis le début du livre III jusqu'à ce point. Nous trouvons maintenant une citation d'un ouvrage pseudo-aristotélicien ailleurs inconnu intitulé Le Livre des lampes et des bannières. L'auteur donne d'abord une liste, telle qu'elle apparaît dans ce livre, des images des planètes personnifiées, qui est en fait un complément au livre II, chapitre 10. Puis, à nouveau, il parle du Livre des Lampes et des Bannières. Il donne les couleurs et les étoffes des robes pour être portées lors de l'adoration des planètes, ainsi que les fumigations qui leurs sont propres. Il ajoute à celles-ci, tiré d'une autre source sans nom, les formules pour les encres des trente-six décans et explique, dans un post-scriptum, l'importance de travailler régulièrement avec seulement ces choses qui appartiennent à des planètes. Pour s'en expliquer il s'appuie sur un aphorisme d'un texte de Utârid, qui se répète, avec d'autres aphorismes du même auteur, dans le livre IV, chapitre 4. Les effets des planètes sur les régions géographiques de la terre sont maintenant illustrés, certains produits et d'autres caractéristiques propres à des pays étrangers étant précisé, dans un mélange du vrai et du fantastique. Au milieu de cette section se trouve une liste des produits d'Espagne, la patrie de l'auteur, et l'ensemble conclut, en dépit de penchant de l'auteur vers l'astrologie, avec une citation de l'œuvre hippocratique De Aerobús aquis locis. Le chapitre se termine par une liste des effets généraux du soleil et de la lune et des cinq autres planètes sur l'humanité.

Chapitre 4 qui se trouve complètement isolé,

Etude du Coran
car il est le seul dans tout le livre qui mentionne l'islam dans le cadre de l'astrologie. Il va même jusqu'à utiliser le Coran comme une base pour une méthode de calcul de la durée du royaume arabe en utilisant les valeurs numériques de quelques lettres et groupes de lettres simples au début d'un certain nombre des sourates. Tous les versets du Coran sont d'abord attribués, dans l'ordre, aux sept planètes. Ensuite, ces lettres ou groupes de lettres, sont sélectionnés par ce qui les distingue au début de ces sourates dont le premier ou le dernier verset a été attribué à Vénus, la patronne planétaire des Arabes.

L'auteur commence par une brève description de sa source, un livre écrit par un certain Ja'far, jusqu'à présent inconnu, de Bassora (Iraq). Le symbole d'expression utilisé ici le pousse à faire une digression sur le sens explicite et implicite et la relation de cette distinction à la psychologie de la cognition. Les différentes façons de connaître Dieu sont données à titre d'exemples. Des parties de l'argumentation se trouvent dans une œuvre mineure de al-Gazzali. La comparaison, fréquente dans la littérature islamique, entre l'incompréhensibilité de Dieu et l'éclat intolérable de la lumière, est utilisé à titre d'illustration. Elle est suivie par la spéculation quant à la raison pour laquelle, des vingt-huit lettres de l'alphabet arabe qui forment ensemble un ensemble, composé d'esprit et de matière, que la moitié seulement qui représente l'esprit apparaît au début des sourates, pourquoi plus que cinq de ces lettres ne se produisent ensemble, et, enfin, pourquoi la première lettre de ce genre à apparaître dans le Coran est alif et la dernière Nun.

En complément, vous pouvez consulter notre article sur la magie des lettres dans l'islam.



Certaines admonestations de l'Evangile et des Hadith, enjoignaient que les secrets ne devraient être conférés qu'à ceux qui sont dignes de les recevoir, mais librement à ces personnes qui sont ensuite citées. Suit l'énumération de toutes les sourates, y compris le nombre de leurs vers et la déclaration de la planète à laquelle chaque premier et dernier verset appartient. L'auteur cherche à prouver que la durée du royaume arabe est de six cent quatre-vingt-trois ans, le même nombre auquel al-Kindî était arrivé par deux autres méthodes de calcul dans un ouvrage dont l'auteur cite explicitement et qui a survécu. La conclusion concerne une explication de la nature de l'esprit, car l'esprit est représenté, comme mentionné ci-dessus, par les lettres au début de certaines sourates. L'explication commence par la définition stoïcienne de l'esprit vital, une définition souvent utilisée dans la littérature arabe. D'autres définitions suivent, dont seulement quelques-unes peuvent être attribués à des sources précises.

Il est à noter que ce chapitre « islamique » vient directement avant cette partie du livre dans lequel l'auteur se tourne vers la magie noire. L'introduction de cette partie est d'autant plus remarquable.
 

Chapitre 5 ouvre avec l'affirmation que l'auteur est « de retour au sujet ».

La lutte contre les djinns
Il se réfère à la division des créatures des trois règnes de la nature parmi les planètes, qui a été traitée au début du livre III. L'auteur rompt bientôt avec ces idées et revient à la supériorité de l'homme sur les êtres vivants, dont il a déjà fait allusion dans le livre I, chapitre 6. Il détaille les caractéristiques d'un certain nombre de différents animaux et établit la supériorité de l'homme par le fait que tous les éléments ont une part en lui. La réitération dans la digression est intentionnelle car elle donne à l'auteur l'occasion de discuter des djinns, des diables et des anges.

Il annonce alors une fois de plus qu'il est sur le point de reprendre son sujet principal et se met à parler des peuples qui ont été célèbres pour les arts de la magie et de la façon dont ils ont atteint la position d'être en mesure de contrôler les pneumata. A titre d'exemple, il raconte une histoire d'un livre connu seulement du présent ouvrage. Il relate, avec des descriptions détaillées, des procédés magiques, comment par exemple un jeune homme riche et beau s'est retrouvé « vibrant » à l'endroit où son amante se trouvait, puis, plus tard, libéré de l'enchantement. Après avoir rappelé soigneusement l'importance du sujet et l'ampleur de la peine qu'il a connu, l'auteur parle pour la troisième fois de son retour au thème de son livre et donne des directives exhaustives pour l'attraction de l'esprit planétaire en utilisant la connaissance des seigneuries des planètes. Les fumées d'encens brûlés dans l'incantation de la planète doivent être passées à travers le milieu d'une croix creuse. Les raisons explicites sont données pour cela. Le chapitre se termine par quelques citations générales à partir d'une source non identifiée sur les relations entre les planètes et les âmes terrestres.

Livres de magie arabeDécouvrez d'autres livres de magie arabe...

 

Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

Le Picatrix Livre III

Picatrix - LIVRE III

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)

(paragraphe sans titre)


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Picatrix - Volume III




Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 27 Mai 2018, il y a moins d'un an.