L’épreuve de l’eau

Image de L’épreuve de l’eau
Celle de l'eau commençait immédiatement après. Le candidat devait franchir un canal dont le courant se précipitait avec un bruit formidable, soit en nageant, soit en s'aidant de deux rampes qui étaient placées dans la direction du souterrain. Celui qui reculait devant ces dernières épreuves était condamné à passer sa vie dans les temples sans recevoir l'initiation. On lui permettait néanmoins de se marier et d'écrire à sa famille. Les fonctions qu'il avait à remplir étaient celles d'officier subalterne.


La porte d'ivoire

Lorsqu'il était parvenu de l'autre côté du canal, il se voyait comme enfermé entre deux murs d'airain. Au fond apparaissait une porte revêtue d'ivoire. De chaque côté, une grande roue que faisait mouvoir un mécanisme secret.

L'aspirant poussait la porte, qui résistait. Après un examen attentif, il distinguait deux anneaux d'acier poli, qu'il saisissait, en appuyant dessus. Les roues se mettaient aussitôt en mouvement, tandis que le pont-levis étroit sur lequel il était debout s'abaissait avec rapidité. Obligé de se tenir cramponné aux anneaux, le malheureux se sentait emporté dans le vide.


Lire la suite ...