D’où vient son nom ?

Cernunnos sur le Chaudron de Gundestrup
Le théonyme Cernunnos apparaît sur le Pilier des bateliers, un monument gallo-romain datant du début du 1er siècle de notre ère, aujourd'hui exposé au Musée National du Moyen Age à Paris, pour étiqueter un dieu représenté avec des bois de cerf au début de leur croissance annuelle. La partie inférieure du relief est perdue, mais les dimensions suggèrent que le dieu était assis les jambes croisées, fournissant un parallèle direct avec la figure boisée présente sur le chaudron de Gundestrup. Il fut découvert en 1710 dans les fondations de la cathédrale Notre-Dame de Paris. L'ancienne Lutèce était la capitale civitas des Celtes Parisii.


Le Pilier des Nautes

Le pilier de pierre distinctif est un monument important de la religion gallo-romaine. Ses bas-reliefs représentent et désignent par leur nom plusieurs divinités romaines telles que Jupiter, Vulcain et Castor et Pollux, ainsi que des divinités gauloises comme Esus, Smertrios et Tarvos Trigaranus. Le nom de Cernunnos peut être lu clairement sur les dessins des inscriptions du 18ème siècle, mais la lettre initiale s’est effacée depuis, de sorte qu'aujourd'hui seule une lecture [_]ernunnos peut être vérifiée. Le pilier des Nautes est le seul document où on trouve l'image et le nom associés.

Quelle est l'origine de son nom ?

Le nom a été comparé à une épithète divine Carnonos dans une inscription celtique écrite en caractères grecs à Montagnac, Hérault. On trouve également un adjectif gallo-latin carnuātus , "cornu".

On pourrait penser que l’étymologie de son nom vient de « corne » mais le mot celtique pour « corne » s’écrit avec un a (comme dans Carnonos). Et en gaulois c’est également avec un a (karnon).

Une preuve supplémentaire est donnée par une inscription sur une plaque de métal de Steinsel-Rëlent au Luxembourg, sur le territoire des celtes Treveri. Cette inscription indique « a lu Deo Ceruninco » ("au dieu Ceruninco"), qui est supposé être la même divinité.

Une origine insulaire

C’est en fait chez les celtes insulaires que l’on peut trouver la racine cern dans le nom de Conall Cernach, le frère adoptif du héros irlandais Cuchulainn dans le Cycle d'Ulster. Dans cette interprétation, Cernach est pris comme une épithète avec un champ sémantique large - "angulaire, victorieux, portant une croissance proéminente" - et Conall est considéré comme "la même figure" que les anciens Cernunnos.


Lire la suite ...