L'origine de cette sorcellerie

Ruth Behar
Ruth Behar
Les origines de la brujería contemporaine – notamment telles qu'elles sont présentées dans ses racines afro-latino – peuvent être mieux comprises grâce au développement d'une pratique spirituelle face à l'Inquisition espagnole et à son tribunal colonial au Mexique.

L'anthropologue américano-cubaine Ruth Behar, dans « Sex and Sin, La sorcellerie et le diable dans le Mexique de la fin de la colonisation  », souligne le rôle essentiel joué par l'Église catholique dans le renforcement des liens spirituels entre les populations africaines, indigènes et espagnoles de classe inférieure. En poussant les communautés marginalisées aux limites de la société dans le but d'éradiquer les pratiques superstitieuses, l'Inquisition a finalement contribué à créer « une interaction de personnes et de croyances… qui s'est avérée un terrain fertile pour l'épanouissement d'une culture populaire magique et religieuse au-delà du contrôle de l'Inquisition. »


Pendant cette période, les femmes qui pratiquaient la brujería étaient généralement des guérisseuses, des sages-femmes et des vendeuses de nourriture et d’alcool. Et tandis que le mysticisme était pratiqué avec toutes sortes d'intentions par les deux sexes, les rituels sexuels et romantiques accomplis par les femmes étaient particulièrement répandus.

Ruth Behar indique que ce phénomène pourrait s'expliquer par le fait qu'au XVIème siècle, les femmes de tous les niveaux sociaux ont perdu la plus grande partie de leur autonomie juridique après le mariage – alors que leurs maris conservaient le droit de battre leurs femmes ou d'avoir des activités illicites. Ainsi, plutôt que de compter sur un système judiciaire et religieux qui les laisserait tomber, les femmes se sont tournées vers la magie sexuelle et la sorcellerie pour lutter contre la domination patriarcale omniprésente.
 

Lire la suite ...   


Partager sur facebook