Les premiers événements paranormaux

Image de Les premiers événements paranormaux
Le secrétaire poursuit donc son récit en expliquant qu'au XIV° siècle, à cet endroit, le révérend Herbert Veal construit un presbytère. Il a été détruit par feu en 1841. Borley Rectory a été construit près de l'église Borley par le révérend Henry Dawson Ellis Bull en 1862 pour y vivre avec sa famille de quatorze enfants.

Les premières apparitions

Les premiers événements paranormaux se seraient produits aux environs de 1863. Quelques habitants se souviennent avoir entendu des bruits de pas dans la maison à cette époque. Le 28 Juillet 1900, quatre filles du recteur Henry Dawson Ellis Bull, ont vu ce qu'ils pensaient être le fantôme d'une religieuse au crépuscule, à environ 40 m de la maison ; elles ont essayé de lui parler, mais il a disparu quand elles s'en rapprochaient. L'organiste local, Ernest Ambrose, a dit plus tard que la famille habitant au presbytère étaient « très convaincue qu'ils avaient vu une apparition à plusieurs reprises ». Plusieurs personnes ont affirmé au cours des quatre décennies suivantes avoir été témoin d'une variété d'incidents embarrassants, comme un cocher fantôme conduit par deux cavaliers sans tête.


Une période de calme

Bull est un homme pieux qui habite le presbytère avec sa femme et ses quatorze enfants, sans ennuis particuliers. Il meurt en 1892 et son fils, Henry ("Harry") Foyster Bull, lui succède comme pasteur. En 1900, le 28 juillet, on voit bien le fantôme de la religieuse, mais à part cela, c'est le calme qui précède la tempête. Il faut attendre 1928, le 2 octobre, pour que le révérend Guy Eric Smith soit nommé au presbytère de Borley comme successeur de Harry Bull décédé le 9 juin 1928.

Là, le secrétaire se tait, interrompu une fois encore par le révérend Smith :

— Si vous le permettez, je voudrais faire remarquer que ce récit me paraît tendancieux. Avant que je sois nommé au presbytère de Borley, celui-ci fut habité trente ans par le fils du révérend Henry Bull. Or il était déjà formel : le presbytère était hanté. D'ailleurs, il est mort en affirmant qu'après son décès, il ferait tout ce qu'il pourrait pour rester en communication avec les vivants. C'est tout ce que j'avais à dire, monsieur le maire.


Lire la suite ...