Le projet Pegasus

Projet Pegasus
L'avocat Andrew D. Basiago, de Seattle, nous a présenté en 2004 l'une des histoires les plus époustouflante qui soit au sujet d'un programme de voyages secrets géré par le gouvernement des États-Unis. Il a affirmé que le gouvernement participait depuis longtemps à des opérations très secrètes qu'il a baptisée « Projet Pegasus », qui était apparemment un terme générique désignant une grande variété d'expériences étranges, impliquant des choses telles que la téléportation, les portails inter-dimensionnels et bien sûr le voyage dans le temps.

Qu'est-ce que le projet Pegasus ?

Andrew Basiago
Le projet Pegasus serait un programme de recherche et de développement relatif à la défense mené par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency). Au sein de ce projet secret, la communauté technique de la défense américaine chercherait à voyager dans le temps pour le compte du gouvernement des États-Unis. La Philadelphia Experiment ferait partie de ce projet.

Une grande partie de ce projet mystérieux concernait particulièrement les voyages dans le temps et en particulier ses applications potentielles et l’étude de ses effets sur le corps humain. Dans une interview accordée au Huffington Post en 2012, Basiago affirme que les enfants ont souvent été recrutés dans le programme Pegasus et il explique que les enfants étaient mieux à même de s’adapter à la pression de la progression dans le temps car on pensait qu'ils étaient plus résistants aux effets négatifs de ces changements temporels. Basagio lui-même affirme qu'il était l'un de ces enfants et qu'il a participé à ces expériences à partir de l'âge de 7 ans, durant cinq ans, de 1968 à 1972.

Il prétend que c'est son père, Raymond Basiago, qui lui a présenté un dispositif de téléportation par lequel il a été transporté physiquement du New Jersey au Nouveau-Mexique, en tant que « premier enfant américain à se téléporter ». Le téléporteur était situé dans le bâtiment 68 de la « vieille » installation de la Curtiss-Wright Aeronautical Company, anciennement Passaic Avenue à Wood Ridge, New Jersey.

Par la suite, Andrew Basiago eut une existence normale. Basiago a un CV impressionnant. Il est titulaire de cinq diplômes universitaires, dont un baccalauréat en histoire de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) et une maîtrise en philosophie de l’Université de Cambridge. Ces diplômes lui ont valu d’avoir un poste de droit privé dans l’État de Washington. En tant que tel, il est professionnellement tenu de respecter des normes éthiques élevées pour continuer à être officier de justice. Parmi celles-ci, il y a la vérité lorsqu'il s'agit d'activités publiques. C’est un fait sur lequel Basiago a insisté à maintes reprises en ce qui concerne ses révélations et qui, s’il s'avérait faux, conduirait à sa radiation et mettrait effectivement fin à sa carrière professionnelle.

Il a été identifié comme le premier des deux principaux lanceurs d'alerte planétaires concernant le projet Web Bot qui analyse le contenu du World Wide Web afin de prédire les tendances futures. Nous y reviendrons dans un autre article car ce projet existe réellement.

Pendant dix ans, Andy a enquêté sur ses expériences dans le cadre du projet Pegasus dans le but de les prouver et de les communiquer aux autres. Bientôt, il publiera un livre complet qui décrira ses expériences impressionnantes et terrifiantes dans le cadre du projet Pegasus et la véritable histoire de l’émergence des voyages dans le temps dans la communauté de la défense américaine il y a 40 ans.
 

La machine à remonter le temps

Andrew Basiago prétend que le gouvernement avait plusieurs versions différentes d'une machine à remonter le temps, avec différents degrés d'efficacité. La plus prometteuse était apparemment une machine basée sur des plans supposés conçus par le célèbre inventeur Nikola Tesla lui-même, récupérés dans son appartement à New York après sa mort en 1943.

Cette machine fantastique était supposée comporter deux ellipses de deux mètres de haut placées à 10 pieds de distance. Elle canalisait ce que Basagio a appelé « énergie radiante ». L’énergie radiante est une forme d’énergie latente et omniprésente dans l’univers. Elle possède parmi ses propriétés, selon Tesla, la capacité de se déformer le continuum espace-temps. La machine créerait un mur de lumière scintillante dans laquelle un utilisateur pourrait entrer pour passer à travers un vortex, ou un tunnel temporel, et être emmené à différentes époques.

Basiagio Projet Pegasus Gettysburg
En utilisant une telle technologie, Basagio a déclaré que le gouvernement l'avait fait participer à plusieurs expériences différentes, dont quelques sauts dans le temps. Deux de ces sauts concernaient apparemment l'ancien président des États-Unis, Abraham Lincoln. Dans un cas, Basagio serait apparemment revenu au 19 novembre 1863, où il se serait rendu à Gettysburg, en Pennsylvanie, la veille du jour où Lincoln devait prononcer son célèbre discours de Gettysburg. Basagio dit que pour se fondre dans sa destination, il était vêtu de vêtements d'époque, déguisé en garçon aux clairons, mais ses chaussures étaient trop grandes. Pensant que la ruse ne fonctionnerait pas à cause des chaussures trop grandes, il affirme qu'il s'était ensuite éloigné de la foule et qu'il avait été photographié à l'époque.

À plusieurs reprises, Basagio a déclaré qu'il avait été renvoyé au Théâtre Ford la nuit de l'assassinat de Lincoln. Bien qu'il n'ait pas assisté à l'assassinat lui-même, il affirme avoir entendu le coup de feu et la panique et l'agitation qui ont suivi dans la foule. Globalement, Basagio affirme avoir effectué environ 8 sauts dans le temps en utilisant plusieurs technologies différentes.
 

La chambre de confinement au plasma

Une autre technologie employée pour voyager dans le temps serait ce que Basagio appelle la « chambre de confinement du plasma ». Elle était située dans le New Jersey. Les effets de ce mode de transport dans le temps s'estompent après une certaine période, ramenant ainsi le voyageur au présent. Il y avait également une « salle de saut » à El Segundo, en Californie. Il y avait aussi une sorte de « technologie holographique » qui leur permettait de voyager « à la fois physiquement et virtuellement ». Cette technologie s'appelait « le Chronovisor ». Cela permettait de vivre les événements passés et futurs de manière holographique, sans se déplacer physiquement.

Un « chronoviseur » est un dispositif électro-optique qui, en faisant passer une signature électromagnétique à travers un réseau de cristaux, propage un hologramme qui envoie au laboratoire un événement non local. Les chronoviseurs étaient pleinement opérationnels dans les domaines secrets de la communauté technique de défense américaine en 1967-1969.

À l’automne 1970, les enfants de son groupe ont commencé à accéder aux événements passés et futurs par l’intermédiaire de chronoviseurs Ernetti-Gemelli de troisième et quatrième dimensions situés dans la General Manufacturing Company à Convent Station, dans le New Jersey ; un auditorium public en construction à Morristown, dans le New Jersey ; et les installations de ITT Defence Communications à Nutley, New Jersey. Cette dernière information a été corroborée de manière surprenante par un personnage aussi célèbre que l'animateur de radio Art Bell, qui était à l’époque engagé par ITT dans un projet de communication classifié de l’OTAN. C’était une information que Bell n’avait jamais révélée publiquement auparavant.

Expériences menées sur des enfants

Les réalités alternatives du voyage dans le temps

Plutôt que de voyager dans le temps comme beaucoup le perçoivent, Basagio a dit que cela ressemblait plus à une diversification dans des réalités et des réalités alternatives. Il explique que c'était comme s'ils étaient envoyés vers des réalités alternatives légèrement différentes sur des lignes de temps adjacentes. Comme il a été téléporté au théâtre Ford en 1865 à plusieurs reprises, il se serait heurté à deux reprises avec une autre version de lui-même lors de deux visites différentes. Après la première de ces deux rencontres avec lui-même, il craignait que sa couverture ne soit détruite. Cela l'a amené à conclure que bien que la technologie utilisée pour le projet Pegasus puisse être utilisée dans la vie réelle comme machine de téléportation, les conséquences seraient chaotiques si le gouvernement décidait de l'utiliser fréquemment pour des voyages dans le temps. Contrairement au saut à Gettysburg, dans lequel il détenait une lettre du secrétaire d'État de la Marine, Gideon Welles, pour lui proposer assistance lors de son arrestation, il n'avait aucun matériel explicatif lorsque qu'il a été envoyé au Théâtre Ford.

Selon Basagio, cette technologie a été perfectionnée et développée depuis ses débuts. Il a raconté qu'au début, il y avait eu des accidents, notamment un enfant qui avait franchi l'un de ces portails sans ses jambes. Cependant, apparemment, c'est à présent sécurisé, et Basagio a déclaré que l'une des raisons pour lesquelles il avait communiqué cette information était qu'il estimait que le public avait le droit de savoir ce qu'il en était, et que la technologie de la téléportation ou du voyage dans le temps devait être utilisée pour le bien de l'humanité.

Tout cela ressemble beaucoup à un film de science-fiction, et devrait probablement être pris avec un brin d'humour car c'est le même homme qui affirme qu'il a également fait plusieurs sauts de téléportation à une base secrète sur Mars, accompagné par nul autre que Barack Obama en personne. C'est un sujet sacrément étrange et intéressant, cependant. Mais peut-on croire en de telles allégations ?

Les britanniques voyagent dans le temps

Si l'histoire d'Andrew Basiago, révélée en 2004, revient sur le devant de la scène aujourd'hui et fait l'objet de nombreux articles sur Internet, c'est tout simplement qu'une histoire similaire a été révélée en juin 2018, concernant cette fois-ci le gouvernement Britannique.

Le Royaume-Uni aurait en effet également utilisé de telles technologies. Les révélations proviennent d'un mystérieux homme anonyme qui prétend avoir été à l'emploi du gouvernement britannique. Pendant la période où il travaillait pour le gouvernement, il affirme s'être porté volontaire pour tester la technologie des voyages dans le temps. Au cours de l'expérience, il aurait reçu 200 000 € pour pouvoir avancer dans le temps jusqu'en 2365 afin de connaître l'avenir. L'homme a déclaré ceci au sujet de l'utilisation des voyages dans le temps par le gouvernement :

Les membres du gouvernement ne savent pas exactement comment les choses fonctionnent. Les paradoxes peuvent arriver. Tout ce qu'ils savent, c'est que le voyage dans le temps est possible et nous avons trouvé des moyens de le faire. Je peux vous dire que le voyage dans le temps existe au sein des factions du gouvernement britannique.
 

Alors qu'est-ce qu'il a bien pu voir dans l'avenir, vous pouvez vous le demander ? Eh bien, l’homme affirme qu’il est arrivé sur un très haut gratte-ciel futuriste, bien qu’il ne sache pas de quelle ville il s’agissait. Tout autour de lui il y avait des essaims de véhicules volants de toutes sortes, ainsi que des bâtiments de conception oblique qui s'élevaient à des hauteurs vertigineuses dans le ciel et, chose encore plus étrange, d'étranges robots et des êtres ayant l'allure d'extra-terrestres. Il a rapporté ses impressions de la vue fantastique qu'il avait rencontré avec ces mots :

Au sommet du gratte-ciel, j'ai vu diverses voitures volantes et des modes de transport qui voyageaient à mes côtés. Il y en avait de très longs et de très courts, il y avait des autobus et des voitures, et je me souviens avoir vu un trafic aérien beaucoup plus élevé au-dessus de cela, y compris des avions que je n'avais encore jamais vus. Je me souviens d'avoir reçu quelques regards étranges de personnes dans les voitures qui me regardaient. Les bâtiments étaient tous inclinés pour une raison inconnue. Ils étaient très grands, beaucoup plus grands que ceux que vous verriez à New York ou à Los Angeles. Je me souviens d'avoir vu des robots, des humains et ce qui semblait être des extraterrestres. Je ne sais pas s'il s'agissait d'êtres humains génétiquement modifiés ou d'aliens, mais je me souviens d'avoir vu d'étranges créatures aux grands yeux et à la tête en forme d'amande. Il y avait aussi des humains très normaux qui ressemblaient à des gens ordinaires d'aujourd'hui, mais ils portaient des vêtements très étranges.
 

Les voyages temporels sont-ils un complot gouvernemental ?

Au total, l'homme affirme avoir passé 6 jours dans le futur, qu'il décrit comme « le moment le plus mémorable de sa vie ». Au cours de ses conversations avec les hommes du futur, il a déclaré qu'il leur avait dit de quelle année il était et qu'ils n'étaient pas du tout surpris, l'informant que les voyages dans le temps seraient largement utilisés à partir de 2028.

C'est un autre récit très étrange, et qu'il soit réel ou non, il est tout à fait amusant. Avec des projets aussi obscurs et très secrets, on peut se demander ce que ces gouvernements pensent de ces lanceurs d'alerte publiant de manière peu commode ces informations confidentielles. Sont-ils ignorés ? Sont-ils suivis par des agents mystérieux comme dans Men in Black ? Selon un homme, ils risquent l'extermination et l'assassinat.

En juillet 2018, un homme qui se faisait appeler simplement « Noah » s'est présenté pour affirmer qu'il était un voyageur temporel employé par un gouvernement anonyme, bien qu'il ait un accent américain. Selon Noah, il viendrait de 2030 et a été renvoyé avec des collègues pour une mission non spécifiée. Selon lui, il y a eu un accident au cours de la mission et ils ont ensuite été intentionnellement bloqués en 2018 en raison de leur « incompétence », à la suite de quoi ils se sont apparemment séparés.

L’histoire bizarre est apparemment apparue sous hypnose, avec une vidéo de celle-ci publiée en ligne sur une chaîne appelée « Apex TV ». Au cours de la très étrange interview, Noah affirme que la troisième guerre mondiale éclatera avec la Corée du Nord et que le gouvernement échoue ou tue ceux qui bousillent ou racontent ce qui se passe réellement avec le voyage dans le temps. Dans la vidéo, Noah donne un compte-rendu assez crypté des événements et raconte à l'hypnotiseur ceci :

Je les connais suffisamment pour qu’ils viennent vous tuer si vous dites quelque chose à ce sujet. Je sais garder le mien. Ils te tueraient vite. Croyez-moi. Tout est de leur faute si le gouvernement a tué des voyageurs temporels qui se sont exprimés. Et je savais qu'ils ne pourraient pas se débrouiller seuls. Je n'arrive toujours pas à croire que je m'en suis tiré.
 

On ne sait pas vraiment ce que cela veut dire, et il reste à se demander s'il s'agit d'un canular, le produit d'un imaginaire délirant prenant source chez un individu peut-être très troublé, ou s'il est vraiment un voyageur temporel. En fin de compte, rien ne prouve quoi que ce soit, et c'est le problème de tous ces cas. Ici, nous avons examiné des récits de sombres conspirations gouvernementales et des récits de voyages dans le temps et les conséquences de leur révélation. Tout cela est très dramatique et amusant, mais cela finit par n'être que des histoires amusantes, sans fondement de vérité vérifiable. Les gouvernements du monde s’engagent-ils secrètement dans des projets secrets de voyages dans le temps ? Probablement pas, mais là encore, c'est ce qu'ils voudraient nous faire penser.

Les voyages dans le temps au cinéma

Dans le film classique de 1984 « The Philadelphia Experiment », une expérience gouvernementale a conduit à transporter deux marins d'un navire dans un port de Philadelphie en 1943 dans le désert du Nevada en 1984. En 1995, dans le film de science-fiction « 12 Monkeys », un prisonnier de 2035, est renvoyé dans le passé pour empêcher la diffusion d'un virus mortel qui effaçait la majeure partie de la population humaine. Et si vous avez regardé la série télévisée de Fox, "Fringe", vous avez probablement vu des agents du FBI se retrouver pris dans un monde étrange où des univers parallèles et des calendriers alternatifs étaient possibles.

Bien que ces récits de fiction soient certainement fascinants, on ne peut s’empêcher de se demander s’il existe un semblant de vérité. Les gouvernements ont-t-ils déjà participé à de grandes entreprises qui ont expérimenté la possibilité de téléporter des êtres humains dans un lieu éloigné et peut-être même de les transporter à un autre moment ?

Certaines personnes diront « oui » à cette question soit parce qu'elles croient simplement en sa possibilité, soit parce qu'elles prétendent être personnellement impliquées dans quelque chose de similaire.

Le projet Pegasus de la CIA aurait réellement existé

Le projet Pegasus semble avoir bel et bien existé en 1968-1969, à l'époque où Andrew Basiago l'aurait rejoint. Mais ce n'était pas particulièrement un programme de voyages dans le temps. Le projet Pegasus était un programme de renseignement pour la CIA.

Mais on peut supposer que le projet incluait néanmoins des recherches concernant les voyages temporels car les voyages dans le temps ne concernent pas uniquement le passé mais aussi l'avenir. Les participants qui étaient envoyés dans l'avenir étaient ensuite interrogés pour en tirer des informations avec lesquelles la CIA pourrait promulguer des rapports destinés soit au gouvernement américain, soit envoyés dans d'autres secteurs du projet gouvernemental à des personnes ayant le statut de « besoin de savoir » (Need to know), pour connaître certains événements.

Le projet Pegasus était censé être un programme de sécurité nationale essentiel et avait été placé administrativement sous le contrôle de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA, à l’époque : ARPA).

Ils espéraient qu'en développant de meilleures informations sur les événements passés et futurs, le projet Pegasus permettrait au président des États-Unis, à la communauté du renseignement et à l'armée de mieux planifier leurs imprévus pour les événements à venir.

Le projet Pegasus essayait donc d'accomplir cela en développant différentes technologies de voyage dans le temps.

Basiago a affirmé que la société Ralph M. Parsons était directement impliquée dans le développement de certaines de ces technologies de voyage dans le temps présentant un intérêt pour la CIA et la DARPA. Le père de Basiago, Raymond, était un « ingénieur des projets spéciaux » pour la société et était en liaison avec la CIA. Raymond était même sans doute un agent de la CIA sous couvert.

Il s'avère que Raymond F. Basiago se trouve bel et bien dans la base de données des employés de la CIA. Mais on ne sait pas si c'est par son travail auprès de la DARPA, de la CIA et d'autres agences de renseignement des forces américaines. La CIA ne communique pas à ce sujet.



Sources : https://www.exopolitics.org
https://mysteriousuniverse.org


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Etrange



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.