Le pouvoir de l'esprit

Image de Le pouvoir de l'esprit
Bien que ce modèle puisse expliquer de manière plausible la relation de cause à effet entre un facteur de stress externe et le décès de l'individu qui s'ensuit, son critère d'évaluation, à savoir une arythmie cardiaque ou un choc cardiogénique, appelle les signes et symptômes cliniques correspondants. Alors, qu'en est-il de notre patiente atteinte d'un cancer du pancréas ? Plutôt que de succomber à une mort subite d'origine cardiaque, son cas ressemble à l'évolution décrite par Milton dans un sous-groupe de patients en apprenant qu'ils souffrent d'une maladie mortelle :


Le patient, lorsqu'il est confronté pour la première fois au problème de sa maladie maligne, semble le négliger et être extraordinairement gai… Du jour au lendemain, son comportement change et il se transforme physiquement et mentalement. Il se tourne littéralement vers le mur et reste inerte dans son lit… Il ne semble pas terrifié mais… fait preuve d'une indifférence fade. Un mois après le début du syndrome, le patient sera presque certainement mort. Si une nécropsie est pratiquée… il semblera souvent que la cause du décès ne soit pas suffisamment expliquée.

Ces cas ont été qualifiés de « mort volontaire » ou de « complexe d'abandon » dans la littérature. Qu'ils se produisent dans le contexte d'une culture tribale avec ses anciens rituels vaudou ou dans le contexte de la société occidentale contemporaine, ils constituent des épitomes fascinants du pouvoir de l'esprit et échappent encore à des modèles explicatifs scientifiques suffisants.


Revenir au début ...