La sorcellerie fait partie intégrante de la religion tamoule

Image de La sorcellerie fait partie intégrante de la religion tamoule
Les Malbars sont assimilés à des sorciers car la sorcellerie est à la religion "tamoule" ce qu’elle est aussi à la religion chrétienne : elles s’interpénètrent, s’alimentent et se combattent réciproquement. On ne peut pas les dissocier l'une de l'autre et il existe malheureusement des gens qui accordent plus d'importance à la sorcellerie qu'à la religion et en font le centre de leur préoccupations.

Comme pour beaucoup de magies noires, la sorcellerie Malabar s'utilise pour augmenter son pouvoir et accroître ses richesses. Différents rituels sont à classer clairement dans le domaine de la sorcellerie, notamment le rituel des « poules noires ». Dans ce rituel sacrificiel, une poule noire est tuée en offrande à la déesse Pétiaye. Il est fait appel au monde des ancêtres.


Les exorcismes sont également assez cruels pour les animaux. L'une des versions les plus pratiquées est « service croisé ». Il consiste à faire le sacrifice d'un poulet, en pleine nuit, à un croisement de routes. L’intention est d’amadouer les divinités féminines malfaisantes par une offrande. D’autres méthodes sont encore plus violentes et s'en prennent à l'intégrité physique du malade en le rouant de coups jusqu'à l’abdication du Mal.

Mais les sorciers Malabars se sont forgé une solide réputation d'efficacité, si bien que tous ceux qui cherchent à promouvoir le renouveau de la religion tamoul se heurtent à des préjugés associés à la sorcellerie. Les croyances populaires sont en effet très marquées par la croyance aux démons ou autres mauvais esprits.



Revenir au début ...