Les stryges à l’époque des Carolingiens

Une goule
Une goule
Le même Charlemagne, dans les Capitulaires qu'il composa pour les Saxons, ses sujets de conquête, condamne à la peine de mort (avec plus de raison) ceux qui auront fait brûler des hommes ou des femmes accusés d'être stryges. Le texte se sert des mots stryga vel masca ; et l'on sait que ce dernier terme signifie, comme larva, un spectre, un fantôme.

On peut remarquer dans ce passage des Capitulaires (4) que c'était une opinion généralement reçue chez les Saxons qu'il y avait des sorcières et des spectres qui mangeaient ou suçaient les hommes vivants ; qu'on les brûlait ; et que pour se préserver désormais de leur voracité on mangeait la chair de ces Stryges ou Vampires. Nous verrons quelque chose de tout semblable dans le traitement du Vampirisme au XVIIIe siècle.


Enfin ce qui doit prouver encore que les Lamies ou stryges des anciens étaient de véritables Vampires, c'est que chez les Russes et dans quelques contrées de la Grèce moderne, où le Vampirisme a exercé ses ravages, on a conservé aux Vampires le nom de Stryges.

-------------------------------------------------------
Notes :
(1) D. Calmet, Dissertation sur les Apparitions, p. 111.
(2) Gello et Gilo spectra vel lamiæ. Disquisit magic., lib. II, quest. 27, s. II.
(3) Voyes Ovide, Fastes, lib. VI; Pline, liv. II, etc.--Isaïe, prophétisant la ruine de Babylone, dit qu'elle deviendra la demeure des lamies et des stryges. Chap. 34, verset 14.
(4) Capitul. Caroli Mag. pro partibus Saxoniæ. Cap. 6

Source :
Tiré de « Histoire des Vampires et des Spectres malfaisants », par Jacques Albin Simon Collin de Plancy, Paris, 1820




Revenir au début ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Les lémures et les stryges

 2e partie : Les lamies chez les grecs

 3e partie : Les goules chez les arabes

 4e partie : Les stryges

 5e partie : Les stryges à l’époque des Carolingiens

Retour à la catégorie : Inexplicable
Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Les stryges à l’époque des Carolingiens