La pulsion sexuelle serait la force fondamentale de l'univers

Franz Anton Mesmer
Randolph estime que la pulsion sexuelle est la force la plus puissante et fondamentale dans l'univers, en raison de son attraction naturelle entre l'actif / positif et le négatif / passive. Suivant le modèle de pensée de Franz Anton Mesmer (mesmérisme), Randolph compris que l'homme et la femme possèdent des forces électromagnétiques opposées mais complémentaires. Les organes génitaux masculins en étant le positif et ceux de la femme le négatif. Parce que l'attirance sexuelle est la force la plus puissante et la plus fondamentale dans la nature, l'expérience de l'orgasme est un moment extrêmement primordial, puissant et critique dans la conscience humaine. Il est la clé de la puissance magique. A ce moment précis, l'âme est à son apogée et exposée à des énergies de l'univers et une vie nouvelle est transférée du monde spirituel vers le monde matériel. À ce stade, tout ce qui est vraiment désiré peut arriver.


Le moment où un homme déverse sa semence - son moi essentiel - dans un utérus de femme est le moment le plus solennel, énergétique et puissant qui puisse jamais exister sur la terre ; si cela est réalisé sous l'influence de la simple convoitise, les conséquences sont suicidaires... A ce moment, les glandes séminales sont ouvertes, les narines se dilatent, et tandis que la graine va de son âme à son ventre il respire l'une des deux atmosphères possibles :
soit l'odeur fétide des espaces frontaliers de la damnation
soit l'énergie divine des cieux

Tout ce qu'il doit vraiment faire est d'avoir la volonté et prier intérieurement pour l'amour... Si les prières montent jusqu'au ciel, la réponse à celles-ci descendra alors en ce bas monde.

Une caractéristique unique de ses techniques sexuelles, en dehors de l'emploi et de l'utilisation magique de l'orgasme comme d'un moyen d'acquérir des sympathies d'un autre monde, était son accent sur la réciprocité et l'égalité entre les hommes et les femmes lors de leur union amoureuse. Toutes les formes de violence sexuelle qui avaient cours à l'époque victorienne, que ce soit par la masturbation ou des relations excessive, dépouillaient le corps de l'énergie vitale nécessaire à la réalisation d'une opération de magie sexuelle.

Bien qu'il ait été accusé par beaucoup de perversion sexuelle, sous le couvert de ses enseignements de magie sexuelle, Randolph était en réalité d'un caractère très conservateur. Sa pratique de la magie sexuelle est tout sauf une simple vue hédoniste. Pour Randolph, le sexe était strictement réservé aux couples mariés s'apportant un amour pur et mutuel.

L'amour libre, déguisé comme vous le pouvez, signifie une licence sensuelle, ni plus, ni moins. Cette licence autorise à faire tout et n'importe quoi et au final, quand sa doctrine prévaut, vous trouverez soit un débauché usé, une femme de liberté criant des charmes fanées, ... ou des hommes érudits mais effectivement avec une motivation sans cœur, spasmodiquement lubrique. Randolph était contre ces idées.

Bien que pour beaucoup au XIXème siècle victorien en Amérique, Randolph pourrait sembler être un radical spirituel antinomique menaçant le fondement moral et spirituel de la société américaine très puritaine. Ses enseignements sur l'amour spiritualisé et la magie sexuelle reflètent et incarnent la plupart des valeurs sexuelles de base de son temps, à la fois physiquement et spirituellement. Son système est la référence des techniques sexuelles développées par de nombreux magiciens qui se sont inspiré de lui. Ses enseignements pourraient aller au delà du sexe magique.

 

Revenir au début ...