Cybèle assimilée à Marie

Image de Cybèle assimilée à Marie
Marie viendrait en fait remplir une case laissée vide par la défaite et l'exil des divinités féminines, Isis et Cybèle. Pour récupérer les fidèles du culte de Cybèle, les chrétiens n'ont pas hésité à doté Marie de beaucoup d'attributs de la déesse. L'influence est certaine.

Le culte de Cybèle, de son côté, contribue à la promotion de la figure de Marie, qui risque d'acquérir un statut divin. C'était le grand danger pour la religion chrétienne d'avoir ainsi plusieurs divinités.


Au départ on pensait appeler Marie « Christotokos », c'est-à-dire « mère du Christ ». Car l'appeler « Theotokos », la « mère de Dieu », avait pour effet d'élever Marie à un niveau presque divin et cette tentation redoutable était inacceptable pour Nestorius, le patriarche de Constantinople. C'est Cyrille d'Alexandrie, lors du concile d'Ephèse en 431, qui appuya la proposition de « Theotokos ». La formule de Nestorius fut rejetée et sa position déclarée hérétique par le Concile œcuménique : en effet, selon la tradition de l'Église orthodoxe, il n'est pas possible d'isoler l'humanité du Christ de sa divinité, une partie humaine d'une partie divine.

Le discours chrétien sur la chasteté provient également des pratiques des galles, les prêtres châtrés qui se consacraient au culte de Cybèle.



Sources : En partie tiré d'un texte de Claire Aubé, journaliste diplômée de l'École Normale Supérieure, titulaire d'un DEA de sociologie, ayant suivi des formations de Psychologie Positive (VIA Institute) et d'Approche centrée sur la Personne (ACP Formations).


Revenir au début ...