Une société polythéiste

Image de Une société polythéiste
La société de l'époque était une société polythéiste où l'on pouvait aussi bien prier les dieux officiels de la cité qu'effectuer des sacrifices à un dieu secondaire dans le cadre d'un engagement personnel. C'était un monde ouvert, dans lequel les cultes se répandaient par l'intermédiaire des commerçants voyageurs ou des soldats. Il y avait des modes et de la concurrence, on se battait pour les dévots et les contributeurs, sans pour autant constituer une organisation sectaire. D'ailleurs, les plus hauts personnages de l'État se faisaient initier quand d 'autres récupéraient le culte pour trouver une forme d'adoubement (comme par exemple Vespasien avec le culte d'Isis).


A Rome, la relation entre le pouvoir et les religions était claire : tant que les groupes ne troublaient pas l'ordre public, ils étaient acceptés. Cette intégration dans la société ne signifiait pas pour autant une harmonie totale. Des répressions se produisirent, comme les expulsions isiaques à la fin de la République romaine ou, plus sanglant, le scandale des Bacchanales en 186 avant J-C.

Ces cultes étaient très encadrés par les monarques de l'époque et plus tard par l'Église catholique quand celle-ci pris de l'ampleur.


Lire la suite ...