La cosmogonie celtique

La cosmogonie celte : le dieu Toutates
Parmi ces doctrines secrètes sur la « nature des choses » qui, comme le disait César, les druides ne s'engageraient jamais dans l'écriture, y avait-il quelque chose dans la nature d'une quelconque cosmogonie ou d'un récit sur l'origine du monde et de l'homme ?

Il y en avait sûrement. Il serait en effet étrange que, seuls parmi les races du monde, les Celtes n'aient pas de mythe à propose de la cosmogonie. Le spectacle de l'univers, avec ses phénomènes immenses et mystérieux, dans le ciel et sur la terre, a d'abord suscité l'imagination, puis la raison spéculative, chez tous les peuples capables de raisonnement. Les Celtes avaient de l'imagination et du raisonnement en abondance, et pourtant, à l'exception de la seule phrase sur « l'indestructibilité » du monde qui nous a été transmise par Strabon, nous ne savons rien de leurs premières imaginations ni de leurs raisonnements à ce sujet.

 

Rien dans la littérature légendaire irlandaise

illustration La cosmogonie celtique
L'Irlande possède une abondante littérature légendaire. Sans doute, tout cela a-t-il pris sa forme actuelle à l'époque chrétienne ; pourtant, le christianisme a laissé assez de paganisme si essentiel qu'il serait étrange que des influences chrétiennes aient conduit à l'excision de tout, dans ces textes anciens, qui indiquaient une conception non chrétienne de l'origine des choses – si les rédacteurs et les diffuseurs chrétiens ne nous avaient jamais donné la moindre lueur de l'existence d'une telle conception. Pourtant, le fait est qu'ils ne le donnent pas ; Il n’y a rien dans la plus ancienne littérature légendaire des Gaels irlandais, qui est la plus ancienne littérature celtique existante, correspondant à la conquête babylonienne du Chaos, ou au mythe sauvage nordique de la fabrication de Midgard à partir du cadavre de Ymir, ou à la Création égyptienne de l'univers à partir de l'eau primitive par Thot, ou la Parole de Dieu, ou même selon les conceptions folkloriques primitives trouvées dans presque toutes les tribus sauvages.

Voir notre explication de la Genèse chrétienne

Il est impossible de douter que les druides avaient une doctrine à ce sujet. Mais, en le limitant résolument aux initiés et en interdisant toute spéculation laïque sur le sujet, ils semblent avoir complètement étouffé l’instinct de création de mythes concernant les questions de cosmogonie parmi le peuple en général, et fait en sorte que, lorsque leur propre ordre disparaîtrait, leur enseignement disparaisse avec lui. Quoi qu'il en soit, il devrait mourir avec eux. Par conséquent, dans les premiers comptes rendus irlandais des débuts, nous constatons que ce n’est pas avec la Création du Monde que les narrateurs prennent leur départ, c’est simplement avec leur propre pays, avec l’Irlande. C'était en fait la pratique de préfixer à ces récits d'invasions et de colonisations anciennes le récit scriptural de la construction du monde et de l'homme, ce qui montre que quelque chose de ce genre a été jugé nécessaire ; mais nous ne savons pas ce qui a pris la place du récit biblique à l'époque préchrétienne et, malheureusement, nous ne le saurons jamais maintenant, à moins de nouvelles découvertes archéologiques éblouissantes.
 

Les cycles de la légende irlandaise

On peut dire que la littérature irlandaise mythique et légendaire, telle que nous la connaissons sous sa forme la plus ancienne, se divise en quatre divisions principales. Il s’agit, dans l’ordre chronologique, du cycle mythologique ou cycle des invasions, du cycle ultonien ou conorien, du cycle ossianique ou fénien et d’une multitude de contes et légendes divers qu’il est difficile d’inscrire dans un cadre historique.

 
Gallica propose un livre ancien sur le cycle mythologique irlandais.

Le cycle mythologique

Le cycle mythologique irlandais comprend les sections suivantes :

1. La venue de Partholon en Irlande.

2. La venue des Nemed en Irlande.

3. L’arrivée des Firbolgs en Irlande.

4. L'invasion du Tuatha De Danann ou du peuple du dieu Dana.

5. L'invasion des Milésiens (Fils de Miled) en provenance « d'Espagne » et leur conquête du peuple de Dana.

Avec les Milésiens, nous commençons à entrer dans quelque chose qui ressemble à de l'histoire – ils représentent, dans la légende irlandaise, la race celtique ; et d'eux, les familles dirigeantes d'Irlande sont censées être descendues. Les gens de Dana sont évidemment des dieux. Les colons ou envahisseurs antérieurs aux Tuatha De Danann sont d’énormes figures fantasmagoriques, qui se profilent vaguement dans les nuages de la tradition et qui n’ont guère de caractérisation précise. Les récits qui en sont donnés sont nombreux et contradictoires, et parmi ceux-ci, nous ne pouvons donner que les récits les plus anciens.


Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Cosmogonie celte

 2. Rien dans la littérature légendaire irlandaise

 3. Les cycles de la légende irlandaise


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : La cosmogonie celtique


Retour à la catégorie : Mythologie celtique



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.