La fabrication d'une baguette de magicien

Image de La fabrication d'une baguette de magicien
On coupera une branche de sureau de la grosseur de deux doigts environ et d'une longueur équivalente à celle de l'avant-bras, main comprise. On aura pris la précaution de choisir une branche sans nœud, si possible.

C'est là qu'intervient ensuite l'opération la plus délicate.

On introduira un fil de cuivre, préalablement chauffé, pour détruire progressivement la moelle de la tige. On tiendra ce fil de cuivre avec une étoffe de laine assez épaisse pour ne pas prendre le risque de se bruler.


Un fois la branche nettoyée de toute sa moelle il faut la laisser sécher pendant une lunaison, c'est à dire environ un mois.

Quand la branche est sèche il faut alors arrondir les deux extrémités en forme de demi-sphère. Pour cela on introduira à nouveau un fil de cuivre, plus gros, d'un diamètre de quatre à cinq millimètres. Il sera ensuite soigneusement poli aux deux côtés pour former une courbe sphérique qui épouse parfaitement les extrémités de la baguette. Le fil de cuivre ne doit pas dépasser.

La baguette pourra ensuite être polie avec précaution avec du papier abrasif très fin. Mais en la polissant il est très facile de l'abimer. C'est donc selon votre convenance. Personnellement je trouve que l'écorce apporte un peu plus d'authenticité et de rugosité. Mais une baguette bien lisse, ça en jette. Si vous prévoyez d'enlever complètement l'écorce, le choix de la branche est plus délicat car il faut prévoir à ce qu'elle soit plus grosse mais qu'elle finisse quand même en pointe après une longueur d'avant-bras.


Lire la suite ...