911 - Quelques irrégularités :

911 - Ils souhaitent rester anonymes, mais laissent des traces terroristes maladroites :


Les Twin Towers en flamme
Dans les attaques terroristes habituelles, les auteurs respectifs des organisations terroristes rapportent leurs revendications et propagent leurs idéologies. Dans les attentats du 11 septembre il n’y a pas eu de revendication immédiate, comme si les auteurs voulaient clairement rester inconnus. On sait maintenant que le cerveau autoproclamé des attentats du 11 Septembre est Khaled Cheikh Mohammed. Le 4 avril 2012 le ministère de la défense américaine précise que lui et quatre autres prévenus « sont accusés d'être responsables de la préparation et de l'exécution des attentats du 11 septembre 2001 à New York, Washington et Shanksville (Pennsylvanie), qui ont tué 2 976 personnes. »


Plus de détails dans l’article du Monde : lire

On sait également que les services secrets ne se signent pas et ne cherchent pas à orienter les enquêtes vers des auteurs individuels. Dans le cas du 11 septembre le nom de Oussama Ben Laden a rapidement été donné. On sait aussi que ce dernier a fini abattu et qu’il ne témoignera jamais devant un tribunal.

On remarque aussi que les auteurs, qui n’ont laissé aucune revendication et voulaient donc rester inconnus, ont négligemment laissé à l'aéroport de Boston une voiture avec à l’intérieur un Coran et un manuel de vol en arabe, alors même qu’ils savaient qu'ils ne reviendraient jamais pour les récupérer. Ils ont même enregistré leurs bagages à l’aéroport. C’est un peu comme les Kamikazes de Londres qui avaient pris un billet aller-retour alors qu’il prévoyaient de se faire sauter. Tout ceci ressemble étrangement au scénario de quelqu'un qui voudrait créer intentionnellement de fausses pistes.

Ce même genre de traces se retrouve dans les attentats en France de Charlie Hebdo en 2015, de Nice le 14 juillet 2016 et l’attentat des Champs-Elysées d’avril 2017 : les auteurs oublient dans leur véhicule des papiers d’identité ou laissent tomber des lettres de leur poche. Pourquoi n’avaient-ils pas leurs papiers d’identité sur eux ? Pourquoi les oublier intentionnellement ou les perdre malencontreusement sous un siège ? Si c’était pour que le monde connaisse leur nom, pourquoi alors ne pas avoir fait de revendications écrite pour accompagner les papiers d’identité ? Tout est construit pour faire croire que ce sont les enquêteurs qui ont découvert des pistes par l’accomplissement d’un travail minutieux. Ces pistes semblent trop évidentes pour être vraies.
 

Lire la suite ...