Le monde souterrain

Le monde souterrain
Le monde souterrain est généralement présenté comme sombre, poussiéreux et inhospitalier dans la plupart des mythologies du Proche-Orient. C'était le royaume des dieux souterrains, Nergal et Ereshkigal, et de divers démons et esprits. Le sort des morts dans les enfers dépendait de leur vie terrestre.

Après sa mort, Enkidu a rapporté à son ami Gilgamesh que quelqu'un qui n'avait pas d'enfants serait, par conséquent, affamé dans l'au-delà. Et plus il aurait de fils, plus il aurait à boire et à manger. Ces croyances ont façonné le comportement des gens dans la vie de tous les jours. Se nourrissant particulièrement bien dans le monde souterrain, les bébés pas encore nés étaient autorisés à jouer sur les tables des dieux et à recevoir des friandises au miel.

 
 

Le rêve de la mort d'Enkidu

Ce qui arrivait dans les rêves était considéré comme tout à fait réel pour les Mésopotamiens. C'est dans un rêve qu'Enkidu, le compagnon de Gilgamesh, a été saisi par un démon odieux et emmené brutalement dans le monde souterrain. Terrifié et tétanisé de peur, Gilgamesh n'a pas fait le moindre geste pour l'aider. C'est après ce rêve qu'Enkidu a perdu tout espoir de guérison quand il est tombé malade, et il est mort.

Esprits et démons maléfiques

Nergal
Dieu du monde souterrain : Nergal
Toute personne saisie par un démon devenait malade et mourrait. Le terrible démon femelle Lamashtu ciblait principalement les femmes enceintes et les bébés. D'abord, elle leur offrait le sein comme une nourrisse bienveillante pour ensuite les arracher et les emmener aux Enfers l'instant d'après.

Un autre démon, Pazuzu, avait le pouvoir de chasser la démone Lamashtu, de sorte que les gens portaient souvent des amulettes Pazuzu pour se protéger.

Les esprits étaient aussi à craindre. Les fantômes de ceux qui n'avaient pas été enterrés correctement et qui n'avaient pas assez à manger dans l'au-delà ne pouvaient pas se reposer et ils hantaient, torturaient et blessaient les vivants.

De nombreux rituels ont vu le jour à la suite de ces croyances dans les démons et les esprits. Mais les morts, en particulier les membres de sa propre famille, pouvaient aussi être des juges miséricordieux et des intercesseurs lorsqu'une personne vivante faisait face à un jugement. Les morts ont également transmis leur connaissance de l'avenir aux vivants.
 

Mort d'un ménage royal

La fouille d'un cimetière à Ur, datant du début du XXVème siècle avant Jésus-Christ, a révélé en 1926 ce qui fut considéré comme une découverte unique : toute une famille royale, y compris les serviteurs, les animaux et des trésors d'or et de lapis-lazuli, enterrés aux côtés de leur souverain. Le cimetière comportait quelques 2 100 tombes dont 16 sont considérées comme des tombes royales.

Étonnamment, il n'y a pas si longtemps un texte sumérien décrivant une telle scène a été découvert : La mort de Gilgamesh raconte l'histoire de Gilgamesh qui, en rêve, a été appelé à un rassemblement des dieux. Là, il a appris que le dieu du ciel avait décrété sa mort, même si Gilgamesh était le fils d'une déesse. Mais le dieu de la sagesse, Enki, a confié à Gilgamesh une façon d'obtenir une position particulièrement bonne dans le royaume des morts.

Pour devenir un souverain dans l'au-delà, Gilgamesh devait construire un palais funéraire sous la rivière Euphrate. Alors Gilgamesh détourna la rivière, construisit une maison de pierre et emménagea dans le palais avec ses femmes préférées, ses concubines, ses enfants, ses serviteurs et de nombreux trésors à donner aux dieux des enfers. La rivière a ensuite été ramenée à son cours naturel.




Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Le monde souterrain

 2. Le rêve de la mort d'Enkidu

 3. Esprits et démons maléfiques

 4. Mort d'un ménage royal


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Le monde souterrain


Retour à la catégorie : La mythologie mésopotamienne



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.