L'épopée de Gilgamesh

Gilgamesh
L'épopée de Gilgamesh est réputée comme l'une des plus anciennes œuvres littéraires connues. Les premières tablettes de la version babylonienne auraient été écrites au début du deuxième millénaire avant J.-C. Ca représente environ 3 600 lignes de vers qui ont été écrites sur 12 tablettes. L'épopée raconte le récit de la vie, des exploits et des voyages de Gilgamesh, roi d'Erech, dans sa quête pour la vie éternelle.

Ces tablettes forment une série appelée des trois premiers mots de la Première Tablette, SHA NAGBU IMURU, c'est-à-dire « Celui qui a tout vu ».

Dans la première section, Gilgamesh tente d'accomplir des actes héroïques afin de gagner une renommée éternelle pour son nom. Son ami Enkidu l'a accompagné dans ces aventures célèbres.

La deuxième partie de l'épopée, après la mort d'Enkidu, tourne autour de la survie physique de base du héros. Seul durant cette partie du voyage, Gilgamesh cherche un moyen de surmonter l'obstacle de la mort. Son voyage le conduisit à travers le Tunnel du Soleil et l'Eau de la Mort, et rapporte sa rencontre avec Utnapishtim, le héros du déluge, qui dit à Gilgamesh où trouver l'herbe de la vie. Il a trouvé l'herbe, mais elle lui a été volée et mangée par un serpent, et ainsi sa recherche de la vie éternelle a échoué. Tout ce qui reste de la renommée de Gilgamesh aujourd'hui est le mur qu'il construisit autour de sa ville, Uruk.

 

A quelle époque s'est déroulée l'épopée de Gilgamesh ?

La période exacte du règne de ce roi est inconnue, mais dans la liste des royaumes sumériens, il est cinquième souverain de la dynastie d'Erech, qui était considérée comme la deuxième dynastie à régner après le déluge. Il aurait été gouverneur pendant 126 ans. Les principaux vestiges de l'épopée sont les nombreux fragments des tablettes trouvées dans les ruines de la Bibliothèque de Nebo et de la Bibliothèque royale d'Assur-bani-pal à Ninive. Elles sont maintenant au British Museum. Mais des parties précieuses d'autres versions (y compris quelques fragments d'une traduction hittite) ont été récupérées à partir de diverses sources, ce qui contribue grandement à la reconstruction de l'histoire. Le contenu des Douze Tablettes peut être brièvement décrit ainsi :

La première tablette

Tablette de l'épopée de Gilgamesh
Les premières lignes décrivent la grande connaissance et la sagesse de Gilgamesh, qui a tout vu, tout appris, tout compris, qui a sondé le fond des mystères cachés de la sagesse et qui a connu l'histoire de tout ce qui s'est passé avant le Déluge.

Il a voyagé très loin au-dessus de la mer et de la terre, et a accompli des actions puissantes. Puis il a gravé sur une tablette de pierre le décompte de tout ce qu'il avait fait et souffert. Il a construit le mur d'Erech, a fondé le saint temple d'E-Anna et a réalisé d'autres grandes œuvres architecturales.

Gilgamesh était un être semi-divin, car son corps était formé de la « chair des dieux » et « les deux tiers de lui étaient dieu et un tiers était homme ». La description de sa personne est perdue. En tant que Pasteur d'Erech, il a forcé le peuple à travailler intensément et ses exigences les ont réduits à un tel état de misère qu'ils ont crié aux dieux et les ont suppliés de créer un roi qui devrait contrôler Gilgamesh et leur apporter la délivrance à son despotisme.
 

La création d'Enkidu par la déesse Aruru

Les dieux écoutèrent la prière des hommes d'Erech, et ils ordonnèrent à la déesse Aruru de créer un rival à Gilgamesh. La déesse accepta d'obéir à leurs ordres et, ayant prévu dans son esprit quelle sorte d'être elle comptait faire, elle se lava les mains, prit un morceau d'argile, le jeta par terre et fit une créature masculine ressemblant au dieu Enurta. Son corps était couvert de poils. Les cheveux de sa tête étaient longs comme ceux d'une femme, et il portait des vêtements comme celui de Sumuqan, le dieu du bétail. Il était différent dans tous les sens de la population du pays, et son nom était Enkidu.

Il vivait dans les forêts sur les collines, mangeait des herbes comme la gazelle, buvait avec le bétail sauvage et était parqué avec les bêtes des champs. Il était puissant, invincible, doté d'une très grande force et obtenait une maîtrise complète de toutes les créatures des forêts dans lesquelles il vivait.

Un jour, un chasseur est allé poser des pièges. Il a creusé des pièges et des filets, et a fait ses préparatifs habituels pour capturer ses proies. Mais après avoir fait cela pendant trois jours, il a constaté que ses fosses étaient rebouchées et ses filets brisés, et il vit Enkidu relâcher les bêtes qui avaient été piégées. Le chasseur était terrifié à la vue d'Enkidu, et rentra chez lui à la hâte et raconta à son père ce qu'il avait vu et à quel point il avait eu mal. Par les conseils de son père, il se rendit à Erech et rapporta à Gilgamesh ce qui s'était passé. Lorsque Gilgamesh a entendu son histoire, il lui a conseillé d'agir sur une suggestion que le père du chasseur avait déjà faite, à savoir, qu'il devrait embaucher une prostituée et l'emmener dans la forêt, afin qu'Enkidu soit pris au piège par la vue de sa beauté.

Piégé par une prostituée

Le chasseur accepta ce conseil et, ayant trouvé une prostituée pour l'aider à chasser Enkidu des forêts, il partit d'Erech avec elle et, en temps voulu, arriva à la forêt où vivait Enkidu et s'assit près du lieu où les bêtes venaient boire.

Le deuxième jour, quand les bêtes vinrent boire et qu'Enkidu était avec elles, la femme exécuta les instructions que le chasseur lui avait données. Quand Enkidu la vit rejeter son voile, il laissa ses bêtes et vint à elle et resta avec elle pendant six jours et sept nuits. A la fin de cette période, il retourna aux bêtes avec lesquelles il avait vécu en bons termes, mais dès que la gazelle l'eut aperçu tous les animaux prirent la fuite et le bétail sauvage disparut dans les bois. Quand Enkidu vit les bêtes l'abandonner, ses genoux cédèrent et il ne pouvait plus courir comme autrefois. Il avait comme un malaise. Quand il est revenu à lui, il est retourné voir la prostituée. Elle lui parla de mots flatteurs et lui demanda pourquoi il errait avec les bêtes sauvages dans le désert. Puis elle lui dit qu'elle voulait le ramener avec elle à Erech, où vivaient Anou et Ishtar, où régnait le puissant Gilgamesh.

Enkidu écouta et la prostituée lui raconta alors les gloires d'Erech et de Gilgamesh, qui, dit-elle, avait été prévenu de la venue d'Enkidu par deux rêves qu'il avait associé à sa divine mère Nin-sun. Ces rêves avaient été interprétés comme prévoyant l'approche d'un ami fort et fidèle. [Consultez l'article sur les rêves pour savoir comment fonctionnent les rêves]

Seconde tablette - La rencontre entre Enkiku et Gilgamesh

Enkidu et Gilgamesh
Après avoir raconté ces rêves de Gilgamesh, la prostituée exhorta à nouveau Enkidu à la rejoindre à Erech, et ils partirent ensemble. Sur le chemin, elle l'amena dans un village de bergers où elle lui enseigna comment manger le pain et la bière qui lui étaient servis; car jusqu'alors il n'avait sucé que le lait de bétail. En mangeant et en buvant comme un humain, Enkidu devint un homme au lieu d'une bête, et, prenant des armes, il chassa les lions et les loups qui faisaient leurs proies les troupeaux de bergers.

Un messager de Gilgamesh est maintenant apparu avec une convocation à la ville. Il annonça que le roi offrait du divertissement, mais qu'il s'attendait au cadeau habituel d'un étranger et qu'il exercerait son privilège sur la femme qui l'accompagnait. L'entrée d'Enkidu dans la ville provoqua une excitation générale. Tous étaient étonnés par sa force et par sa conversion de la sauvagerie à l'humanité.

La première entrevue entre Gilgamesh et Enkidu a eu lieu quand le roi est venu dans la nuit pour réclamer son droit à l'étrange femme. Enkidu lui résista violemment, et les deux héros s'agrippèrent sur le pas de la porte et soufflèrent comme des taureaux. Ils fracassèrent le seuil et le mur frémit sous la violence de leur lutte. Gilgamesh a finalement été battu, mais le résultat de ce combat était que les deux compères sont devenus des amis inséparables et des alliés.


 

La troisième tablette - La campagne contre Huwawa

Gilgamesh
En raison de la mutilation du texte, cette section commence obscurément, mais il semble que la prostituée ait abandonné Enkidu, car il déplorait son association avec elle. Gilgamesh lui confia alors son dessein de partir en expédition dans une forêt de cèdres, très loin dans un pays jamais visité. Un ogre redoutable craint de tous, appelé Huwawa (ou Khumbaba), y avait été nommé par les dieux comme gardien de la forêt, et personne n'avait jamais osé y pénétrer. Même la seule voix de Huwawa ferait trembler et s'étouffer ceux qui l'entendaient.

Enkidu a cherché à dissuader son ami de ce projet téméraire, en disant que lui-même, quand il vivait avec les bêtes, pénétrait dans la lisière de la forêt, où il avait appris à redouter le souffle rugissant et les flammes émises par Khumbaba. Cependant rien ni personne ne pouvait arrêter Gilgamesh. Aux avertissements de Enkidu, Gilgamesh semble avoir répondu qu'il devait aller dans la forêt de cèdres pour aller chercher le bois dont il avait besoin, et quand Enkidu s'opposait encore à lui, il conclut avec la réflexion que la mort était inévitable pour les mortels et qu'il la rencontrerait donc dans une glorieuse entreprise qui devrait apporter la célébrité pour lui et ses enfants pour toujours.

C'était donc pour sa propre gloire et occasionnellement pour construire une porte pour le temple de la déesse Enlil à Nippur que Gilgamesh voulait couper les cèdres sacrés de la forêt lointaine.

Les artisans ont ensuite reçu l'ordre de fabriquer des armes pour le couple de compères, ce qu'ils ont fait, en faisant des haches gigantesques et des épées ornées d'or, de sorte que chacun des guerriers était équipé d'un armement pesant dans les dix talents. Un talent correspondait à la masse d'eau contenue dans un pied cube et pouvait donc varier en fonction de la taille du pied retenue.

Attirés par ces préparatifs, les habitants d'Erech se sont réunis à la grande porte, et Gilgamesh a annoncé son projet aux anciens de la ville, qui, à leur tour, ont cherché à l'en dissuader. Mais en vain. Gilgamesh était têtu comme une mule.

Après que Gilgamesh ait reçu la promesse de protection du dieu du soleil Shamash, Gilgamesh, accompagné d'Enkidu et de plusieurs hommes de la ville, a revêtit son armure et se dirigea vers la forêt. Les dernières paroles des anciens étaient un avertissement au roi contre la présomption téméraire dans sa propre force et contre sa macronienne arrogance.

Les deux guerriers se rendirent au temple de Nin-sun, la mère divine de Gilgamesh, qui, à la prière sincère de son fils, demanda au dieu-soleil de le faire prospérer dans son voyage et dans sa la lutte contre l'ogre, et de le ramener sain et sauf à Erech.

La dernière partie de cette tablette est manquante.

Quatrième tablette - La porte du royaume de Huwawa

Il manque tellement de cette tablette que seule une notion très générale peut être obtenue de son contenu.

Les deux héros avait maintenant atteint la porte de la forêt où résidait Khumbaba. Enkidu a été étonné de la taille gigantesque et de la beauté de cette porte, façonnée à partir des bois de la forêt.

Quand le texte recommence, les deux se trouvent s'encourageant l'un l'autre dans leur entreprise, et Gilgamesh traversa la porte qu'il fit éclater. Peu de temps après, Enkidu était vaincu par la maladie ou par la crainte du combat. Il resta inerte pendant douze jours, apparemment à la suite de mauvais rêves qui l'avaient visité. Dans sa faiblesse, il s'efforça encore de détourner Gilgamesh de leur aventure désespérée, mais Gilgamesh a surmonté sa peur avec des encouragements.

Cinquième tablette - La lutte contre Huwawa

Les deux guerriers étaient maintenant dans la forêt, et cette tablette commence par une description de ses merveilles. Ils virent une route droite qui courait entre de grands cèdres, le long de laquelle Khumbaba marchait; ils virent aussi la montagne des cèdres, la demeure des dieux, l'ombre et le parfum agréables que répandent les arbres. Après cela, ils semblent s'être endormis, car Gilgamesh est retrouvé en relation avec Enkidu, un rêve qu'il avait eu : les deux se tenaient ensemble sur le sommet d'une montagne, quand le pic est tombé, les laissant indemnes.

Enkidu interprète cela comme une prémonition selon laquelle ils devaient renverser le gigantesque Khumbaba.

A la soixantième ligue, ils sont restés pour se reposer, et Gilgamesh a supplié la montagne pour lui envoyer un autre rêve. S'endormant tout de suite, il se réveilla terrifié à minuit et commença à raconter comment il rêvait que la terre était obscurcie, au milieu de grands rugissements et de flammes de feu qui s'éteignirent peu à peu. (Cela semble être la description d'une éruption volcanique et certains ont pensé que Khumbaba était la personnification d'un volcan connu des anciens Sumériens).

Ce rêve a aussi été interprété par Enkidu, sans doute favorablement, mais il ne reste plus rien de cette Tablette jusqu'à la fin, quand Khumbaba a été combattu et vaincu, et sa tête coupée.

Un fragment d'une autre version montre qu'il a été défait par l'aide du dieu-soleil, qui a envoyé huit vents mauvais contre lui de tous côtés pour qu'il ne puisse pas bouger. Huwawa était piégé. Ainsi emprisonné, il se rendit à Gilgamesh et offrit sa soumission en échange de sa vie, ce que Gilgamesh était disposé à lui accorder. Mais Enkidu l'avertit du danger de laisser vivre le géant.

Après, Gilgamesh (certaines versions disent Enkidu) a tué Huwawa et a emporté ses sept auras. Il est devenu le premier à jamais avoir coupé un cèdre sacré. Mais GiIgamesh a payé cher son audace, car son ami bien-aimé Enkidu est mort du sacrilège d'avoir coupé les arbres sacrés.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 1er Janvier 2018, il y a moins d'un an.